Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

VENEZ A LA MAISON VERS LA BONTE ETERNELLE DE DIEU !

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Sunday, October 28th, 2007

CHATIMENT ETERNEL, 29 octobre au 4 novembre 2007
Traduction libre d'un texte de Craig L. Ghislin, C.S. of Glen Ellyn, Illinois, USA
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s'appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l'importance de l'étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l'année, et pas seulement pendant la durée du camp. La version originale en anglais de ce texte est disponible sur le site Internet de CedarS à l'adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Vous pouvez vous inscrire à cette adresse afin de recevoir ce texte en anglais, ainsi qu'en français ou en espagnol (par Ana Arcioni) chaque mercredi.
 
 
Historiquement, le danger de passer l'éternité dans le feu de l'enfer, supportant le châtiment éternel,          avait établi la croyance erronée que Dieu était quelqu'un qui prenait des notes sur ce « qui était mauvais et ce qui était bon » et punissait ou récompensait alors en conséquence. Cette vision contraste de manière éclatante avec la déclaration de Jean, « Dieu est amour. » La Leçon biblique de cette semaine rétablit le concept d'un Dieu qui est Amour avec la nécessité d'une punition juste et de la destruction du péché. [Idée d'Etude pour l'Ecole du Dimanche ou I.E.E.D. : « Fais ce qui est juste et ne crains point. » Tout spécialement lorsque personne ne vous surveille, lancez-vous le défi cette semaine de faire ce qui est juste (sans crainte, ni bouderie), non pour espérer une récompense si vous le faites ou craindre une punition si vous ne le faites pas, mais seulement pour faire ce qui est juste.]
 
Dans le Texte d'Or nous lisons, « ... l'Eternel est bon ; sa bonté dure toujours... » Même si le titre de cette Leçon évoque le problème théologique du châtiment éternel, nous trouvons la toute première citation parlant de la bonté éternelle de Dieu. Comme l'indique Student's Reference Dictionary (SRD), la bonté est « un attribut distinctif de l'Etre Suprême. » La première partie de la définition de « bonté » dans SRD dit, « la bienveillance, la douceur ou la tendresse de cœur qui permet à une personne d'oublier des blessures ou de traiter un offenseur mieux qu'il ne le mérite, l'humeur qui tempère la justice et qui incite une personne blessée à pardonner les offenses et les blessures, et s'abstenir de punir ou d'infliger moins que la loi ou la justice ne pourrait le justifier... Cela implique la bienveillance, la tendresse, la douceur, la pitié ou la compassion et la générosité, mais exercée seulement envers des offenseurs. » [I.E.E.D. : En étudiant cette Leçon-sermon, essayez de vous mettre à la fois à la place de l'offenseur et du défenseur. Comment répondriez-vous dans ces circonstances ? Prenez le temps de considérer s'il y a des situations similaires dans votre propre expérience et voyez si vos réponses pourraient tendre vers le châtiment ou la bonté.]
 
Les premiers versets de la Lecture Alternée indiquent que la patience de Dieu est intarissable. L'amour de Dieu est éternel. Dieu est représenté comme rassemblant les exilés des quatre coins du monde. Personne n'est laissé derrière. Ceux qui rentreront à la maison auront des larmes de joie et de pénitence. Ils seront conduits sur un chemin droit « où ils ne chancellent pas. » Les versets ici sont corrélatifs au livre d'Osée dans lequel l'amour de Dieu est montré au pays d'Ephraïm (le Royaume du Nord d'Israël) récidiviste. Mais Dieu les sauva aussi. Malgré cela, Ephraïm n'évita pas la souffrance. Le retour incluait l'assagissement. Dummelow écrit, « Dieu est représenté comme un père le ferait, lorsqu'il se préoccupe de l'ingratitude et de la rébellion d'un fils, et malgré cela, il ne pouvait que l'aimer. » [I.E.E.D. : Y a-t-il quelque chose contre lequel vous vous sentez rebelle ou ingrat ? Permettrez-vous à l'Amour de votre Père-Mère de guérir toute votre rébellion et votre ingratitude afin qu'elles ne vous troublent plus ?]
 
SECTION I : « Conduis-moi sur la voie de l'éternité ! » (Bible 4)
Avez-vous déjà fait quelque chose que vous regrettez réellement ? Vous êtes-vous déjà demandé si les problèmes que vous rencontrez actuellement sont le résultat de vos erreurs passées ? C'est le point de vue dont le Psalmiste parle dans Bible 1. Il sait qu'il a mal agit, mais il est capable d'approcher Dieu car, « le Seigneur s'est révélé ... comme un Dieu qui pardonne aux pécheurs » (Interpreter's One-Volume Commmentary on the Bible). Dans Bible 2, Dieu souhaite que « la vérité soit au fond du cœur » - « la vérité en opposition à un état d'illusion produit par soi-même ou à une hypocrisie consciente au fond du cœur, en opposition à une bonté beaucoup plus superficielle. » (Dummelow). La tache du péché s'est incrustée et nécessite une purification en profondeur. Le Psalmiste demande d'être créé à nouveau. Le terme utilisé pour créer évoque les souvenirs de l'acte de création originel. La prière est pour un tout nouveau départ dans la vie. La justice de Dieu n'est pas punitive ; elle est fortifiante. (Bible 3) Tous les hommes attendent avec impatience une vraie justice. La méchanceté conduit certainement à la tristesse et à la souffrance, et s'il y a un quelconque mal qui se cache dans la conscience, le Psalmiste prie qu'il soit révélé et éradiqué ; et que Dieu le conduira sur le chemin de la vie éternelle. (Bible 4)
 
Généralement, ces versets de la Bible sont mal compris soit en pensant que Dieu pardonne seulement si nous faisons appel à lui, ou en pensant que la clémence de Dieu dépend principalement d'un appel. Mme Eddy souligne que « Dieu est Amour. » Penser que Dieu répond favorablement ou vertement selon que l'on prie ou non pour obtenir le pardon, est une erreur. (S&S 1) La bonté de Dieu est consistante. Le pardon est proportionnel à l'élimination de l'erreur (S&S 2, 3).Comme suggéré dans le Psaume 51, « La Vérité fait une nouvelle créature » (S&S 4). Le pardon du péché requiert une complète transformation. Toutes les tendances pécheresses doivent céder à l'omnipotence du bien. Ce processus de purification sera manifesté dans des états humains améliorés. La spiritualisation de la conscience humaine apporte la santé, la pureté et l'abnégation de soi, qui expose le néant du mal et la permanence de la bonté. (S&S 5) [I.E.E.D. : Quelle « transformation extrême » êtes-vous prêt à faire ? Pour une transformation éternelle, soyez certain qu'un praticien de la Science Chrétienne fasse partie de votre « équipe extrême ». - Note du Traducteur : cela fait référence à une émission diffusée sur une chaîne américaine où une équipe de spécialiste (maquilleurs, spécialiste de mode, etc.) aide des personnes à faire changer certaines choses en eux - pouvant aller jusque à de la chirurgie.)
 
SECTION II : « ... et une joie éternelle couronnera leur tête » (Bible 8)
Avant le ministère de Jésus, Dieu était pour la plupart, considéré comme faisant la justice - punissant et pardonnant - un peu à la manière d'un juge strict. Mais le message de Jésus, « apportez une nouvelle lumière sur le caractère et la nature de Dieu, enrichissant la conception spirituelle des prophètes en faisant de l'amour et de la bonté un point central de son caractère. » (The Abingdon Bible Commentary) Jésus donnait plus de valeur à l'amour et à la charité qu'au cérémonial et au respect des rituels. (Bible 6) Selon Interpreter's, Jésus voyait sa mission comme une manière « de réunir dans la fraternité du peuple de Dieu les exclus de la religion, plutôt que de confirmer les Pharisiens orgueilleux dans leur sens de supériorité morale. » Les Pharisiens étaient très critiques. Ils critiquaient tout spécialement Jésus de manger avec ceux qu'ils considéraient comme indignes, pécheurs et impurs. Pouvez-vous penser à des moyens par lesquels cela se produit encore aujourd'hui ? La Bible indique la réponse de Jésus avec trois histoires. Les deux premières sont dans cette section : les paraboles de la brebis et la pièce d'argent perdues. (Bible 7) La plupart des commentaires voient ces deux histoires comme symbolisant les membres potentiels de l'église. La différence est que la brebis perdue est en dehors du parc, et la pièce perdue est à l'intérieur de la maison. La brebis perdue est le pécheur recherché par le Christ. Une fois trouvée, elle est implorée, il en est pris soin, et elle est ramenée en sécurité. La pièce perdue représente un membre qui est tombé à cause d'une négligence de l'église. Le remède réside dans l'église rachetant sa négligence et en allumant la chandelle pour trouver et retrouver ce qui est perdu. (Dummelow). A la fois la brebis et la pièce ont de la valeur, et lorsqu'ils sont retrouvés, il y a une grande réjouissance. C'est un avertissement pour l'église de ne pas seulement chercher à sauver et restaurer le pécheur, mais aussi à ne pas oublier le traitement et le soin corrects de ces membres actuels. Esaïe prévoit que celui qui est racheté - celui qui est perdu - n'est pas sujet au châtiment éternel, mais comblé d'une joie éternelle. (Bible 8)
 
N'oublions pas le fait que leur joie est due à leur rédemption. Ceux qui sont perdus sont retrouvés et restaurés. Cela signifie que leurs vies ont été changées. Le péché a été abandonné. Comme notre Leader le souligne, lorsque le péché est détruit, « l'accusateur n'est pas là » et le chant le plus haut est entendu. (S&S 6) Jésus ne fréquentait pas les pécheurs simplement parce qu'il était un type sympa. Le Christ détruisait la croyance au péché. (S&S 7) Il ne choyait pas les pécheurs. Il était ferme sur le fait que le chemin du salut passait par ses enseignements. (S&S 8) Un comportement pécheur est le résultat d'être perdu dans la croyance que l'entendement est dans la matière. Dieu ne joue aucun rôle dans un tel état (S&S 9, 10). Jésus connaissait l'homme comme Dieu l'avait créé, et il demandait que la vraie image de Dieu soit exprimée (S&S 11). « Dieu parfait et l'homme parfait » est le standard, et c'est la raison pour se réjouir. [I.E.E.D. : Nous arrive-t-il parfois, comme les Pharisiens, de juger imparfaits, perdus ou indignes, ceux qui sont à l'église ou à l'école ? Les identifier spirituellement les empêche, ainsi que nous, de devenir perdu ou de le rester.]
 
SECTION III : « c'est toi, Eternel, qui es notre père, qui, dès l'éternité, t'appelles notre sauveur. » (Bible 11)
Alors que des parties de l'histoire du Fils Prodigue viennent assez souvent, cette fois, nous avons l'histoire entière répartie sur trois sections. Cela permet une étude plus profonde de chaque portion. Cela commence avec le jeune homme qui demande son héritage en avance, sachant très bien que cela signifierait sa renonciation à toutes les revendications futures. Depuis le commencement, le jeune homme montre une attitude irresponsable et centrée sur lui. Il veut ce qui lui appartient, et il le veut maintenant ! La satisfaction instantanée est assez commune dans le monde d'aujourd'hui ! Le gosse ne veut pas attendre ou travailler pour quelque chose, et il ne fait aucun effort pour penser plus loin. Dummelow écrit, que ce jeune homme demande la portion entière de ses facultés et pouvoirs. Mais il veut être le seul au contrôle et l'utiliser selon son propre désir. Et en plus de cela, il « était délibérément résolu de dévouer sa fortune entière et tous ces pouvoirs pour la poursuite du plaisir... » Sa fuite symbolise son rejet de la loi de Dieu. Mais ces faux plaisirs perdent leur lustre lorsque sa fortune est épuisée. Et vient alors la famine dans le pays. Il voit qu'il vit dans un endroit qui ne lui offre ni protection, ni nourriture. Sa première réponse est de plonger plus profondément dans le péché « se vendant à Satan. » Il était affamé et était donc résolu de rentrer chez lui en tant que serviteur. Souvenez-vous maintenant que le père n'a pas puni son fils. Le péché apporte sa propre punition. Dans Esaïe (Bible 11), il nous est rappelé que même si les ancêtres et les parents humains pourraient nous oublier et ne rien faire pour nous, Dieu est notre vrai Père et sera toujours là pour nous.
 
Science et Santé souligne qu'un homme est corrigé et gouverné par l'Amour divin. « Causer la souffrance comme conséquence du péché, c'est le moyen de détruire le péché. » (S&S 12) Nous ne pouvons pas l'éviter. Nous devrions être désolés pour les mauvaises choses que nous faisons, mais c'est uniquement le premier pas. Nous devons changer notre façon d'agir. (S&S 13). Sinon, nous ne faisons que des vas et viens « entre le péché et l'espoir du pardon » (S&S 14). C'est un problème habituel. Paul a dit, « car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. » (Romains 7:19) Ne désespérez pas si vous souffrez du péché. Tout cela fait partie de la bonté éternelle du Père. Son but, « est de réformer le pécheur. » (S&S 15) [I.E.E.D. : Quand êtes-vous comme le jeune frère ? Satisfaites votre tentation pour une gratification instantanée des sens avec la gratification spirituelle qu'en Dieu, vous avez tout ce dont vous avez besoin et vous le savez !]
 
SECTION IV : « Ta justice est une justice éternelle... » (Bible 14)
Ainsi, junior décide de rentrer à la maison (Bible 12), non en tant que fils, mais en tant que serviteur. A cette époque, cela pouvait être considéré comme un parent pauvre qui devait travailler pour gagner sa nourriture. Nous pouvons seulement imaginer le fils rentrant en baissant la tête avec honte. Mais le père attendait impatiemment le retour de son fils. Il courut à sa rencontre, se jeta à son cou, et l'embrassa. Le fils avait appris de sa souffrance et commença sa confession, mais le père lui coupa la parole. Il le restaura entièrement dans la famille et appela à une célébration. Cela symbolise bien entendu, la réconciliation de l'homme avec Dieu par le pouvoir du Christ. « La bonté et la fidélité se rencontrent » (Bible 13) Abingdon écrit, « La bonté de la part de Dieu et la vérité de la part de l'homme sont points les fondamentaux de la restauration. » Lorsque l'homme se repent avec honnêteté, la bonté de Dieu le sauve.
 
Nous croyons parfois à tort que comme Dieu ne connaît pas le péché, nous pouvons éviter la punition. Alors qu'il est vrai que Dieu ne connait rien du mal, « le péché se punit lui-même. » (S&S 16) L'irresponsable et l'immature pourrait penser qu'il y a du bonheur dans le péché, mais il n'apporte que la servitude. Le seul vrai bonheur est dans l'unité de l'homme avec Dieu. (S&S 17) Il est facile de dire que nous souhaitons la vérité, mais cela demande des efforts de le démontrer. Pour être entièrement libre de punition, nous devons délaisser tout péché. Dieu ne fait rien pour rendre notre voyage difficile. Dieu nous aide dans cette aventure (S&S 18). L'agonie qui accompagne l'erreur aide à la détruire. Lorsque l'homme retourne dans sa maison des cieux, il peut voir qu'il n'a jamais été séparé de son Père céleste et ne pourrait jamais perdre son divin héritage. Mme Eddy appelle ce processus, la « nouvelle naissance » (S&S 20). Comme dans l'histoire, l'homme « était mort et qu'il est revenu à la vie, parce qu'il était perdu et qu'il est retrouvé. » (Luc 15 :32) [I.E.E.D. : Quelle « nouvelle naissance » et « bienvenue à la maison » chérissez-vous ?]
 
SECTION V : « ... leur joie sera éternelle. » (Bible 17)
Le fils aîné travaillait dans les champs anticipant un plus grand héritage (Bible 15). Lorsqu'il trouve que son père prépare une fête de bienvenue pour son frère, il est en colère. Il est tout simplement jaloux. Son père l'accueille, mais il proteste. Non seulement, il ne veut pas se joindre à la fête, mais il pense aussi que le plus jeune fils ne le mérite pas du tout. Interpreter's note que si le comportement du plus jeune fils est comme celui des pécheurs et des percepteurs ; le comportement du fils aîné est comme celui des Pharisiens. Le père le prie une fois encore en lui rappelant qu'il bénéficie de tout ce que le père a toujours possédé. Esaïe (Bible 16) promet que tous sont précieux aux yeux de Dieu et que les exilés de toute condition seront bienvenus à la maison. Leur promesse est une joie éternelle. (Bible 17).
 
La famille de Dieu inclut chacun (S&S 21). L'homme, dans sa vraie nature, ne peut jamais être séparé de Dieu. Nous semblons être séparés lorsque nous nous perdons dans le moi matériel. (S&S 22) Parfois il semble que les gens ne méritent pas la louange, la reconnaissance, ou la position qu'ils ont. Ne laissez pas la jalousie vous atteindre. Vous pouvez penser que vous avez plus de mérite, que vous êtes plus intelligent, plus fort, ou même plus saint. Mais, même si vous pouvez être tout cela, comme le fils aîné, la jalousie et l'égoïsme vous prive de la joie et obscurcit votre vraie relation à Dieu (S&S 23, 24) Mme Eddy écrit, « Quand nous comprenons pleinement notre relation au Divin, nous ne pouvons avoir d'autre Entendement que le Sien,... » Le fils aîné a-t-il pleinement compris sa relation au père ? Si c'était le cas, il aurait compris que tout bien véritablement gagné serait toujours reconnu. Lorsque nous réalisons l'unicité de Dieu, tout conflit disparaît. (S&S 25) Seule la joie éternelle subsiste. [I.E.E.D. : Quand êtes-vous comme le fils aîné ? De qui êtes-vous tenté d'être jaloux ? L'athlète naturel ? Ceux qui sont bénis par une famille fortunée et des biens en abondance ? Ceux qui ont du succès dans le sport, à l'école/travail ou dans des positions sociales, et pour qui tout semble facile ? Etre jaloux, c'est le fait d'affirmer à tort qu'ils ont cela et que vous ne l'avez pas.]
 
SECTION VI : « ... avec un amour éternel j'aurai compassion de toi, ... » (Bible 20)
Dummelow considérait la guérison à Béthesda (Bible 18) comme une illustration des « effets mortels du péché, et du pouvoir du Sauveur de traiter les cas les plus difficiles. » De manière évidente, l'homme à la piscine de Béthesda était considéré comme souffrant à cause du péché. Il est intéressant de remarquer que le mot Béthesda signifie « La maison de la bonté. » Les cinq portiques pourraient représenter les cinq sens. Même si l'homme avait fait son lit à cet endroit, Jésus vint vers lui avec beaucoup de bonté, en lui disant de se lever et de changer de vie. Dieu « nous éclaire » (Bible 19) - « La nuit du désespoir est passé, et le matin d'un nouveau jour vient de se lever. » (Abingond) La bonté de Dieu dure toujours. Même si pour le sens humain, l'amour de Dieu semble caché, ce n'est que pour un instant. La gentillesse et la bonté de Dieu sont toujours là. (Bible 20)
 
Tout comme l'homme boiteux qui avait besoin de prendre son lit et d'abandonner ses vieilles façons de penser, nous devons aussi nous détourner du péché pour voir notre véritable filialité. (S&S 26) Mme Eddy voyait deux sources de problème : la crainte de la maladie, et l'amour du péché (S&S 27). Toutes les maladies ne sont le produit du péché. Mais si la crainte est produite par le péché, le péché doit être pris en compte. Cela ne signifie pas que Dieu punit le péché par la maladie. Cela renforce simplement le point que le péché produit la souffrance. Mme Eddy nous conseille d'être conscients de ce qui nous influence et de la façon dont nous gouvernons le corps. (S&S 28) Une fois que nous renoncerons à toute foi en l'erreur, le péché, la maladie et la mort disparaîtront. Il ne restera rien d'autre que l'homme parfait gouverné par Dieu (S&S 29). Sommes-nous condamnés au châtiment éternel ? Pas si « Dieu est Amour » (S&S 30).La bonté éternelle de Dieu condamne le péché à la destruction ; mais accueille chaque enfant racheté avec les bras ouverts dans la maison. [I.E.E.D. : A quelle résistance des cinq sens sommes-nous confrontés lorsque nous recherchons la santé ? Comment pouvons-nous voir à travers et dissoudre cette résistance ?]
 
 
Remarque
Le texte ci-dessus fait partie d'une longue série de notes sur les leçons bibliques créées chaque semaine par des praticiens résidents de CedarS (un camp sans but lucratif qui s'appuie sur la Science Chrétienne dans toutes leurs activités - semblable à Arc-En-Ciel en Suisse) et de manière occasionnelle par d'autres métaphysiciens. Ce document est destiné à pousser plus loin l'étude des leçons bibliques hebdomadaires (selon les Livrets trimestriels de la Science Chrétienne), ainsi qu'encourager la mise en application des idées qu'on y trouve. A l'origine, ce document n'était envoyé qu'aux participants des camps CedarS, ainsi qu'à leurs familles qui voulaient continuer chez eux, dans leurs Ecoles du Dimanche, à appliquer les mêmes principes pour l'étude de la leçon. Ces notes hebdomadaires ne sont en aucun cas définitives, ou un substitut à l'étude quotidienne de la leçon dans les livres. Les pensées présentées sont l'inspiration d'un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension et de fond aux idées et passages étudiés. La Leçon-Sermon parle individuellement à chacun par le Christ, fournissant un aperçu unique et une mise en application sur mesure à chacun d'entre nous. Nous sommes heureux que vous ayez demandés ce partage métaphysique et nous souhaitons que vous y trouviez des idées qui vous aideront dans votre voyage spirituel quotidien.
Warren Huff, Directeur du Camp : director@cedarscamps.org
 
********
 
Le Bulletin Métaphysique hebdomadaire est offert sans frais aux 1'200 campeurs et au personnel, bénit chaque été au camp CedarS aussi bien qu'aux anciens campeurs, aux amis et aux familles qui l'ont demandé. Cependant, des contributions actuelles et futures sont très appréciées pour nous aider à faire face aux coûts de production de ce bulletin, aussi bien que pour aider les campeurs, pour le soutien des programmes et de l'exploitation du camp. Cliquez sur http://www.cedarscamps.org/giving pour savoir comment vous pouvez nous soutenir sur Internet, ou pour trouver des renseignements pour nous contacter en privé pour faire un don qui aidera à perpétuer le bon travail de CedarS. Vous pouvez aussi envoyer votre contribution non-imposable par la poste à: The Cedar's Camps, Inc., 19772 Sugar Drive, Lebanon, MO 65536
 

Metaphysical

Find out what it takes to follow the Master Christian! - We have to be willing to leave the...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page