Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

VOTRE PLACE LEGITIME EST AVEC LE FILS QUI VEUT VOUS TROUVER ET VOUS SAUVER !

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Sunday, February 25th, 2007

CHRIST JESUS, 26 février au 4 mars 2007
Traduction libre d'un texte de Craig L. Ghislin, C.S. of Bartlett, Illinois, USA
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s'appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l'importance de l'étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l'année, et pas seulement pendant la durée du camp. La version originale en anglais de ce texte est disponible sur le site Internet de CedarS à l'adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical
 
Avez-vous déjà perdu quelque chose ? Avez-vous cherché longtemps pour le trouver ? Si vous l'avez trouvé, comment vous êtes-vous senti ? Les efforts que nous faisons pour chercher quelque chose dépendent de la valeur que cela a pour nous. Si quelque chose est perdu, cette chose est séparée de son propriétaire. Dans le Texte d'Or, le Fils de l'homme recherche quelque chose qui lui appartient. Cela implique que notre place légitime est avec le Fils. Le Fils ne souhaite pas seulement nous trouver, mais il désire aussi nous sauver. Le mot traduit par « sauver » signifie aussi « délivrer, protéger, guérir, et préserver. » (Strong's Exhaustive Concordance of the Bible).
 
Dans la Lecture Alternée, les pharisiens et les scribes critiquent Jésus à cause du temps qu'il passe avec les « pécheurs ». Les pharisiens et les scribes ne considéraient manifestement pas que ces personnes avaient de la valeur. Mais Jésus les réprimanda avec l'histoire de la brebis perdue. Il sous-entend que pour Dieu, ces personnes ont de la valeur. En pensant à votre propre expérience, ne ressentons-nous pas une immense joie et soulagement lorsque nous trouvons quelque chose que nous avions perdue ? Une fois, après plusieurs années de recherche, j'ai retrouvé un petit coussin utilisé pour effacer les marques dans la Bible et Science et Santé pour étudier la Leçon. Même si cet objet n'avait pas vraiment de valeur, j'étais vraiment enchanté de le retrouver. Mais lorsque j'étais à l'école, nous avons perdu mon frère pendant une promenade en famille au bord du lac. La situation était sérieuse, et il avait bien sûr beaucoup de valeur pour nous. Toute notre famille était là, et c'était une vraie chasse à l'homme. Je me souviens avoir cherché dans l'eau et je me demandais si j'allais un jour revoir mon frère. J'ai prié tellement fort pour savoir que Dieu le protégeait et qu'Il ne pourrait jamais perdre de vue Son enfant. Peu de temps après cela, il a été retrouvé assis dans le sable en train de regarder des cousins plus âgés qui se trouvaient dans l'eau profonde. Ils ne savaient même pas qu'il était là. Je n'oublierais jamais combien j'étais plein de gratitude, de joie et de soulagement, lorsque nous l'avons retrouvé. Vous aussi avez peut-être vécu une expérience semblable. Que nous ayons perdu une petite chose ou une chose importante, nous ressentons toujours de la joie lorsque nous la retrouvons.
 
Jésus nous dit qu'il en est de même de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repend, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes. Dummelow note que les « justes » sont ceux « qui pensent ne pas avoir besoin de repentir, mais en en réalité ils en ont plus besoin que les pécheurs. » Que nous nous identifions plus au juste ou à celui qui est perdu, nous savons aussi que nous sommes précieux pour Dieu. Le Christ nous recherche aujourd'hui, comme toujours. Et il y a une grande joie lorsque nous sommes retrouvés.
 
 SECTION I : Notre berger le Christ.
Les gouverneurs de Juda ne faisaient pas bien leur travail de bergers du peuple (comme demandé par Dieu). Ezéchiel représente Dieu comme ramenant Son troupeau et promettant de désigner un vrai berger. (Bible 1) Pour les chrétiens, Christ Jésus réalisa cette promesse. « ... la parole a été faite chair. » (Bible 2) La signification de Parole ou Logos comme indiquée dans les discussions des Leçons précédentes, est multiple, comprenant à la fois la pensée et la pensée exprimée. « Pour les Stoiques et les Platonistes, le Logos - en tant que "Entendement (pensée) de Dieu" immanent ou reflété dans un langage compréhensible, dans la rationalité, dans l'ordre, et dans l'harmonie de l'univers - était d'une importance capitale. » Le poète Wordsworth capture le concept dominant du Logos de cette manière :
« ... Et j'ai ressenti
Une présence qui me dérange avec la joie
De pensées élevées ; un sens sublime
De quelque chose qui est profondément interfused,
Dont la demeure est la lumière du soleil levant,
Et le vaste océan, et l'air vivifiant,
Et le ciel bleu, et l'entendement de l'homme,
Un mouvement et un esprit, qui amène
Toutes les choses de pensée, tous les objets de la pensée,
Et va à travers toutes les choses. »
(« Written A Few Miles Above Tintern Abbey », 13 juillet 1798)
 
La déclaration de Jésus comme étant l'incarnation de la Parole est une revendication profonde. Jésus représenta la plénitude des attributs divins. Son enseignement demanda un changement dans notre nature par la grâce - l'influence divine sur le coeur, et son reflet dans notre vie. (Strong's) Dans l'appel de Jésus à Nathanaël, il y a deux références au besoin de rectification de la pensée des hébreux. Tout d'abord, Jésus se réfère à Nathanaël comme étant quelqu'un dans lequel il n'y a pas « de fraude ». La tromperie semblait être un problème particulier pour les Israélites, en commençant par le vol par Jacob du droit d'aînesse de son frère. La deuxième référence est lorsque Nathanaël a été impressionné que Jésus semble le connaître avant même avoir été présenté. Jésus a répondu que cet acte mineur était insignifiant en comparaison de ce que les disciples allaient expérimenter pendant son ministère. Ils verraient bientôt les cieux s'ouvrir comme cela fut le cas pour Jacob avec les anges qui montaient et descendaient. Les cieux qui étaient fermés allaient donc à nouveau s'ouvrir, et la communication entre Dieu et l'homme serait restaurée.
 
Mary Baker Eddy comprenait le Christ peut-être plus que quiconque avant elle et depuis lors. Elle écrit, « Christ exprime la nature spirituelle, éternelle de Dieu. » (S&S 1) Jésus incarnait cette nature. Le Christ a toujours été présent et vient à tous ceux qui sont prêts pour le recevoir. Jésus était humain, mais il était le plus haut concept de l'homme parfait, que le monde ait jamais connu. Il était « inséparable du Christ ». (S&S 2) C'était le Christ qui animait Jésus et c'était l'autorité de tout ce qu'il fit. (S&S 3) Jésus était venu pour aider ceux qui étaient perdus dans la croyance mortelle. (S&S 4) Le Christ est toujours actif aujourd'hui, recherchant ceux qui sont perdus. Si les campeurs sont séparés de leur groupe, ils peuvent être réconfortés en sachant que leurs amis et leurs moniteurs sont en train de prier et de prendre garde à eux. Ils peuvent avoir confiance dans le fait qu'il est toujours pris soin d'eux. Si nous perdons notre chemin dans n'importe quel domaine de notre vie, nous pouvons avoir encore plus confiance que le Christ est capable de nous trouver et de nous ramener en sécurité à la maison.
 
SECTION II : Une aide pour ceux qui s'interrogent.
Les pharisiens étaient très scrupuleux au sujet des règles de la loi. Ils considéraient que ceux qui n'observaient pas aussi bien qu'eux les « détails de la loi rituelle » (Interpreter's) étaient des pécheurs (Bible 3). La racine pour le mot « péché » en hébreux signifie en fait, « manquer la marque ». (Strong's) Comme les règles dont parle Ezéchiel, les pharisiens n'étaient pas des bergers très efficaces. Ils étaient navrés que Jésus ait un contact avec les « indésirables ». Mais Jésus n'était pas intéressé par l'ostracisme : Sa mission était une mission d'inclusion. Même Jean Baptiste lui demanda s'il était le Messie. Jésus répondit à Jean par ses oeuvres de guérison. Il promit aussi que celui qui croirait en lui serait béni. (Bible 4) Dans quelle catégorie vous trouvez-vous ? Pensez-vous comme les pharisiens qui sont plus concernés par les règles que par l'amour ? Ou pensez-vous comme un paria car vous ne suivez pas chaque règle à la lettre ? Peut-être doutez-vous du pouvoir guérisseur du Christ. Tout comme Jésus répondit alors, ainsi le Christ répond aujourd'hui à chaque préoccupation ou inquiétude que vous pourriez avoir au sujet de l'autorité divine du pouvoir guérisseur.
 
Mme Eddy indique que Jésus était incompris, car il opérait sur une base totalement différente de celle de ses contradicteurs. « Il faisait son travail en Science divine. » (S&S 5) Il enseigna que le péché et la maladie pouvaient être surmontés par le pouvoir de Dieu. (S&S 6) Jésus revendiqua son autorité avec des preuves de guérison. Sans guérison, ses paroles n'auraient pas eu un tel effet durable. Mme Eddy comprit que la preuve de Jésus était la Science Chrétienne. (S&S 9) Certains pourraient être catastrophés par cette revendication, mais Mme Eddy basait sa déclaration sur la même fondation que Jésus basa ses déclarations - la guérison. Si vous avez des doutes au sujet de la légitimité de la démonstration de Jésus ou de la Science Chrétienne, il vous suffit de voir le rapport de la preuve de guérison - une évidence solide de la véracité du Principe divin de guérison. Nos volumes reliés sont pleins de témoignages depuis plus d'une centaine d'années. Aux réunions de témoignages du camp, chacun, du plus jeune campeur au plus vieux membre du personnel, exprime sa gratitude au sujet des preuves de guérison qu'il a eu pendant toute sa vie. De nombreux témoignages donnés au camp ont eu lieu pendant la période du camp. Ces guérisons sont l'évidence de la relation intacte de l'homme avec Dieu. Basés sur les résultats de guérison, il est parfaitement logique de conclure que la guérison spirituelle moderne est la même méthode que Jésus enseigna et pratiqua.
 
SECTION III : Repentance véritable.
Dans cette section, autant le Psalmiste que la femme qui lava les pieds de Jésus avec ses larmes, était profondément repentants. Seul le pouvoir du Christ qui transforme peut apporter un tel changement de coeur. Psaume 51 (Bible 5) a été écrit du plus profond de l'âme. Il montre un coeur profondément sincère. « Un esprit brisé » dit Interpreter's, « est un esprit dans lequel la passion décidée pour l'autonomie a été brisée et remplacée en conformité pour la volonté de Dieu. » Dieu souhaite que « la vérité soit au fond du coeur. » Cet état de conscience est véritable. Il n'est pas concerné par les apparences. La femme qui vint à Jésus avait cet esprit brisé. Elle était comblée par le changement dans son caractère et était remplie de gratitude pour son ami Jésus. Elle lava ses pieds avec des larmes et les essuya avec ses cheveux. Dummelow écrit, « Pour estimer cet acte, nous devons nous souvenir que c'était l'une des plus grandes humiliations pour une femme qu'être vue avec ses cheveux ébouriffés. » Elle n'était pas embarrassée. Son amour pour le Christ se déversa.
 
Mme Eddy plaça cette histoire dans les premières pages du chapitre « Pratique de la Science Chrétienne ». Elle note que Jésus ne se détourna pas de la femme même s'il aurait pu le faire. (S&S 10) Elle écrit, « Grâce à la plénitude de sa pure affection, il définit l'Amour. » (S&S 12) Mme Eddy est très directe dans sa déclaration que le Christ détruit le péché. (S&S 14) Regardez maintenant la plénitude de l'amour de Jésus pour le pécheur. Science et Santé énonce, « La divinité du Christ fut rendue manifeste dans l'humanité de Jésus. » (S&S 15) La divinité n'est pas manifestée par des règles ou des rituels de proscription. Elle n'est pas non plus manifestée par la satisfaction de soi. La divinité est manifestée par l'affection charitable et abondante pour tous les hommes. Une fois encore, à quel caractère vous identifiez-vous ? Avez-vous ressenti assez de remords pour vous repentir ? Avez-vous ressenti le pouvoir de Christ qui transforme ? Avez-vous montré l'affection du pardon divin pour le pécheur ?
 
SECTION IV : Le Christ répond à tout besoin humain.
Simon mit en question le statut de prophète de Jésus, car « en étant touché par elle, il est contaminé par son péché » (Interpreter's) Jésus répond à son inquiétude avec une histoire des deux débiteurs qui avaient été graciés tous les deux, même si leurs dettes étaient largement différentes. Ceux qui aiment le plus, sont ceux qui restent stable dans leur besoin de pardon.
 
Généralement, cette histoire est utilisée pour souligner le traitement de la femme par l'amour de Jésus. Mais nous pouvons aussi voir comme Jésus traita Simon. Il aurait pu ouvertement le réprimander. Au lieu de cela, il a conduit Simon à arriver à sa propre conclusion par une parabole. Notre Leader souligne que c'était souvent la méthode de Jésus pour enseigner. (S&S 17) C'est un exemple des « riches en esprit [qui] aident les pauvres ». (S&S 18) Jésus démontra que même si cela était juste pour lui d'accepter la repentance de la femme, il était aussi juste pour lui de pardonner à Simon. Trouvez-vous cela plus dur de pardonner à certains qu'à d'autres ? D'une certaine manière, Jésus aurait pu être plus désappointé par Simon que par la femme, même si elle avait eu une mauvaise vie. Elle vit le besoin de guérison et l'accepta, alors que Simon aurait dû en savoir plus. Chacun a besoin de s'examiner lui-même. (S&S 19) Le Christ vient pour rechercher et pour sauver chaque individu mentionné dans cette Leçon. Mais notez que ces individus sont aussi en train de rechercher. Certains recherchent la compréhension ; certains recherchent la pureté, et d'autres, la santé. Comme indiqué plus tôt, l'objet recherché appartient à celui qui le cherche. Ils recherchaient la spiritualité qui leur appartenait. Jésus, à son tour, cherchait ceux qui étaient prêt à le recevoir.
 
SECTION V : La Leçon rapportée à la maison.
Une fois que Simon sembla avoir compris, Jésus continua son explication. (Bible 8) Simon manqua la courtoisie qu'un invité aurait pu attendre à cette époque. La femme fit tout ce que Simon aurait dû faire et en fit même plus. Au lieu d'utiliser de l'huile pour oindre Jésus, elle utilisa un onguent très cher. Jésus ne comparait pas les péchés de la femme avec ceux de Simon, mais il comparait la mesure de leur gratitude. « Simon et la femme ont tous les deux été pardonnés ... mais, la valeur du pardon de Dieu dépend de l'accueil qu'il reçoit. » (The Abingdon Bible Commentary) Simon n'estima pas pleinement sa propre position, ni le pardon de Jésus. La femme déborda de gratitude. En recherchant ceux qui étaient perdus, Jésus nous montra comment trouver nos véritables natures. « Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. » (Bible 9) Cela suggère que « s'il l'on accepte ce mode de vie, cela signifie de se nier soi-même, même de perdre ... sa vie afin de pouvoir trouver le vrai mode de vie que Dieu seul peut apporter. » (Interpreter's) Nous atteignons la découverte de soi par l'abnégation.
 
Mme Eddy recommande ceux qui la suivent d'avoir une repentance véritable démontrée par la femme au lieu de la satisfaction de soi démontrée par Simon. (S&S 20) Elle demande si nous cherchons la Vérité par le conservatisme matériel et l'hommage personnel ou par la repentance et l'humilité. Il semble que le conservatisme matériel et la recherche spirituelle se contrarient l'un l'autre. La question de notre Leader montre qu'il y en a qui ont essayé d'approcher Dieu par ces méthodes. La pensée pharisienne qui place l'apparence et l'hommage personnel au-dessus de l'amour et de l'affection véritables, ne peut pas arriver à trouver le Christ. Nous ne devrions plus être « égoïstes dans nos rapports avec notre prochain » (S&S 21). Si vous êtes tentés de vous comporter comme Simon, prenez un moment pour considérer cette leçon.
 
SECTION VI : Aucune discrimination en Christ.
Comme l'indique Dummelow, la femme de Canaan (Bible 10) n'était pas une païenne ordinaire. Il est notable que, même si Jésus était un étranger dans ce territoire, la femme reconnu sa lignée royale dans la maison de David. Lorsqu'elle l'implora pour sa fille, Jésus sembla l'ignorer. Lorsque les disciples lui demandèrent d'accéder à sa requête, Jésus dit qu'il avait seulement été envoyé pour la brebis perdue d'Israël. Elle continua à appuyer sa demande. Jésus répondit, « Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » (Bible 10) A priori, cela pouvait sembler vraiment dégradant. Mais en y regardant de plus près, le mot grec utilisé pour « chiens » signifie « petit chien » dans le sens de l'animal de compagnie et non de bâtard. La femme s'accrocha à cela et rappela à Jésus que les « petits chiens » sont nourris avec amour par les morceaux de pain utilisés pour essuyer le plat du maître et ses mains après le repas. Jésus commenta sa persistance et guérit sa fille. Jésus montra ici que le Christ sauve tous ceux qui le cherchent sans discrimination. Il en est fait écho dans Galates (Bible 11). « En Christ ... toutes les différences de race et les préjugés de classes sont mis de côté » (Abingdon). Si vous recherchez la guérison comme cette femme, êtes-vous aussi persistant qu'elle ? D'un autre côté, aideriez-vous quelqu'un qui vient à vous pour avoir la guérison, comme Jésus le fit, sans distinction de race, de classe ou de condition humaine ?
 
Mme Eddy nous rappelle que les chrétiens « sont aujourd'hui sous des ordres aussi formels qu'ils l'étaient alors d'être semblables au Christ » (S&S 23). Avons-nous « l'esprit du Christ » qui touche toute l'humanité ? Reconnaissons-nous que même ceux qui semblent défier ce pouvoir guérisseur recherchent effectivement des réponses ? Le message et le pouvoir guérisseur de Jésus sont pour tout le monde et à tout jamais. (S&S 24, 26) Résistons-nous à la tentation pharisienne de critique de la satisfaction de soi ? L'erreur des pharisiens était qu'ils avaient en fait plus besoin de Christ que les soi-disant pécheurs de leur époque. Christ est libre pour tous. Chacun le mérite, et chacun peut le trouver. Mme Eddy a prévu un temps où chacun chercherait la vérité qui guérit.  Il est naturel de chercher ce qui semble être perdu. Le Christ est toujours là pour chercher et sauver. Si vous vous sentez perdu, laissez alors le Christ vous trouver. Si vous sentez que vous avez été trouvé, joignez-vous à la recherche des autres. Quand nous trouvons quelque chose, nous réalisons que cela n'était jamais vraiment perdu. Il en est ainsi avec chaque brebis du Bon Berger. Il nous ramène à la maison avec joie.
 
Remarque
Le texte ci-dessus fait partie d'une longue série de notes sur les leçons bibliques créées chaque semaine par des praticiens résidents de CedarS (un camp sans but lucratif qui s'appuie sur la Science Chrétienne dans toutes leurs activités - semblable à Arc-En-Ciel en Suisse) et de manière occasionnelle par d'autres métaphysiciens. Ce document est destiné à pousser plus loin l'étude des leçons bibliques hebdomadaires (selon les Livrets trimestriels de la Science Chrétienne), ainsi qu'encourager la mise en application des idées qu'on y trouve. A l'origine, ce document n'était envoyé qu'aux participants des camps CedarS, ainsi qu'à leurs familles qui voulaient continuer chez eux, dans leurs Ecoles du Dimanche, à appliquer les mêmes principes pour l'étude de la leçon. Ces notes hebdomadaires ne sont en aucun cas définitives, ou un substitut à l'étude quotidienne de la leçon dans les livres. Les pensées présentées sont l'inspiration d'un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension et de fond aux idées et passages étudiés. La Leçon-Sermon parle individuellement à chacun par le Christ, fournissant un aperçu unique et une mise en application sur mesure à chacun d'entre nous. Nous sommes heureux que vous ayez demandés ce partage métaphysique et nous souhaitons que vous y trouviez des idées qui vous aideront dans votre voyage spirituel quotidien.
 
********
 
Le Bulletin Métaphysique hebdomadaire est offert sans frais aux 1'200 campeurs et au personnel, bénit chaque été au camp CedarS aussi bien qu'aux anciens campeurs, aux amis et aux familles qui l'ont demandé. Cependant, des contributions actuelles et futures sont très appréciées pour nous aider à faire face aux coûts de production de ce bulletin, aussi bien que pour aider les campeurs, pour le soutien des programmes et de l'exploitation du camp. Cliquez sur http://www.cedarscamps.org/giving pour savoir comment vous pouvez nous soutenir sur Internet, ou pour trouver des renseignements pour nous contacter en privé pour faire un don qui aidera à perpétuer le bon travail de CedarS. Vous pouvez aussi envoyer votre contribution non-imposable par la poste à: The Cedar's Camps, Inc., 1314 Parkview Valley, Manchester, MO 63011 Et nous prenons grand plaisir à vous annoncer que, jusqu'au 1er janvier 2007, un fonds a été constitué qui doublera vos dons (jusqu'a un montant de $25,000), pour l'entretien nécessaire du camp.

Metaphysical

Find out what it takes to follow the Master Christian! - We have to be willing to leave the...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page