Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

IL EST TEMPS DE "CHANGER DE MODELE" ! CHANGEZ VOTRE PARADIGME DE L'HUMAIN AU DIVIN !

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Saturday, April 28th, 2007

CHATIMENT ETERNEL, 30 avril au 6 mai 2007
Traduction libre d'un texte de Craig L. Ghislin, C.S. of Bartlett, Illinois, USA
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s'appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l'importance de l'étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l'année, et pas seulement pendant la durée du camp. La version originale en anglais de ce texte est disponible sur le site Internet de CedarS à l'adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical
 
(Note du traducteur : Dans ce texte, le mot « paradigme » est souvent utilisé. On peut utiliser les mots « exemple, idée, pensée » à la place)
 
Pendant des siècles, la majorité des religions monothéistes a essayé de dissuader les gens des comportements immoraux et égoïste en utilisant la menace du châtiment éternel. La philosophie orientale du Karma (des conséquences éthiques aux actions de chacun qui déterminent les circonstances du futur) a été popularisée par la phrase « tout ce que vous faites, vous revient (le bien comme le mal). » La prédisposition humaine aux comportements illicites provoque un désir équivalent pour voir les choses correctement. Nous aurions certainement du mal à imaginer que le mal tragique qui a pris des vies innocentes, comme lors des fusillades ou des attaques terroristes récentes ne mérite pas une conséquence radicale. Tout en sachant que même les lois humaines sont imparfaites, il existe toujours l'espoir, qu'à la fin, Dieu corrigera les choses. De ce désir émerge les paradigmes (idées) ou modèles religieux qui voient l'homme comme étant pécheur, et Dieu comme étant le juge, dur ou clément suivant les cas. Mais ce modèle a besoin d'être « remodelé » car il voit Dieu se comportant comme l'homme, avec vengeance et rétribution. En outre, perdre la foi en la justice humaine et la justice divine a conduit à la violation des lois, à une justice sommaire, et au terrorisme. Le paradigme (l'exemple) traditionnel de justice est une situation « où personne ne gagne ».
 
Dieu punit-il le péché ? L'homme est-il un pécheur ? Est-il condamné au châtiment éternel ? Dieu nous « délivrera-t-il » des infractions que nous commettons ? Le Texte d'Or est le premier pas dans notre changement de pensée pour passer de l'humain au divin. Il nous assure du tendre amour de Dieu et que Sa patience est inépuisable. Au lieu de distribuer un châtiment éternel, Dieu déverse sur nous un « amour éternel ».
 
La Lecture alternée nous parle du fils prodigue qui représente ceux qui se détournent de la loi de Dieu. Celui-ci veut tous les bénéfices de la filialité, mais avec ses conditions. Il aurait pu profiter de tous ces bénéfices chez lui (dans la loi), mais séparés de leur source, ils s'épuisent. En réalisant que les serviteurs de son père avaient mieux que lui, son modèle de ce qui lui apporterait satisfaction changea et il retourna chez lui. En racontant cette histoire, Jésus pousse ses disciples à changer de modèle non seulement au sujet des pécheurs, mais aussi au sujet de la nature de Dieu. Le père représente Dieu. Dieu ne réagit pas comme un parent humain le ferait. La majorité des pères humains seraient bouleversés par le fils capricieux, mais la solution divine pour le péché est assez différente de la solution humaine. Ici, le père a attendu avec patience le retour de son fils, courut à la rencontre de son fils dévoyé, l'étouffa de baisers, et lui restitua son statut. Dieu est Amour. Il est toutefois nécessaire de s'occuper du péché. Cette histoire apporte le modèle pour un nouveau paradigme. Le péché est détruit, mais le fils est sauvé. Le père ne punit pas - il aime. Le reste de la Leçon développe cela.
 
SECTION I : Dieu a les yeux trop purs pour voir le mal
Comme indiqué ci-dessus, le sens humain de justice et de rétribution est bien différent du divin. Comment le péché et le châtiment s'intègrent-ils avec un Dieu qui est Amour ? Si Dieu est tout-bien, peut-Il avoir quelque chose à voir avec le péché ? Dans Esaïe (Bible 1), le prophète représente Dieu comme tendant la main avec pardon. Peu importe si un péché semble grand, il sera éliminé. The Interpreter's One-Volume Commentary on the Bible traite de la justification au pardon du péché par Dieu. « Les hommes n'ont aucun droit de se tenir en présence de Dieu avec la culpabilité en eux. Comment les hommes peuvent-ils alors être libérés du péché ? La seule possibilité est que Dieu le pardonne. » [Paraphrasé] Mais son pardon est seulement pleinement expérimenté par l'humanité comme résultat de la repentance et de l'obéissance. Le Psalmiste (Bible 2) rappelle que Dieu l'a toujours soutenu même lorsqu'il était sur le point de tomber de son chemin. Dans la citation de Bible 3, le Psalmiste compte sur la protection constante de Dieu basée sur son expérience passée. Le caractère immuable de Dieu est comblé avec grâce. Cela nous encourage. En connaissant et en faisant confiance à l'amour de Dieu et à son pardon, nous pouvons désirer une relation continue avec Lui. La satisfaction vient non du péché, mais par l'éveil à la véritable vision de l'homme comme ressemblance de Dieu.
 
Mme Eddy comprit clairement que Dieu est Amour. Et il n'y a donc aucune raison d'en demander d'avantage ou de rappeler à Dieu Son devoir. (S&S 1) Comme mentionné plus haut, la plupart des théologies humaines opèrent sur le paradigme que Dieu connaît le péché, qu'Il permet à l'homme de pécher et qu'Il finit par le punir. Tout cela amène à se poser des questions en considérant la vraie nature de Dieu. (S&S 2) Il n'est tout simplement pas logique que Dieu ait quelque chose à voir avec le péché. Il « a les yeux "trop purs pour voir le mal" ». (S&S 3) C'est un bond de géant depuis la théologie traditionnelle. Le pécheur mortel n'est pas l'homme créé par Dieu. (S&S 4) L'homme de Dieu est « impeccable et éternel. » (S&S 5) Cela nous donne-t-il maintenant le privilège de faire ce que nous voulons car « l'homme » de Dieu « est incapable de pécher » ? Pas question. Ce qui est mortel doit être reconnu comme étant pécheur. Mais la création de Dieu n'est pas mortelle. Si Dieu ne créa pas son enfant capable de pécher, nous devons donc agir conformément à cela. Nous devons changer notre paradigme (idée) de qui est Dieu et de qui nous sommes, et prouver ensuite cela dans nos vies.
 
SECTION II : Dieu n'est pas apaisé par la souffrance
Bien que cela fût considéré un blasphème que d'oser poser des questions à Dieu, cette section nous montre que raisonner par notre compréhension de Dieu peut être une bonne chose. Il peut être difficile de réconcilier la magnifique bénédiction ancienne dans Nombres (Bible 5) avec le feu et le souffre de l'enfer. La bénédiction confirme la nature de Dieu. « ... Son nom est son caractère. Et son nom est sur ceux qui trouvent en lui leur bénédiction, leur joie, et leur paix. » (Abingdon) Abraham a eu un moment difficile pour accepter le paradigme (l'idée) que le juste périrait avec les mauvais et que Dieu détruirait des vies innocentes. (Bible 6) Dans les temps anciens, il était acceptable d'éliminer des familles entières pour l'infraction commise par une personne. Etait-ce possible que celui « qui juge toute la terre » pourrait agir selon un modèle humain ? L'innocent périrait-il avec le coupable ? La façon qu'avait Abraham de s'approcher de Dieu était tellement remplie d'amour qu'on ne peut pas s'empêcher de l'aimer. Lorsqu'il en sortit, la ville fut détruite, mais le peuple juste fut sauvé. Dieu n'a pas puni l'innocent avec le coupable. Comme l'écrit Mme Eddy, « C'est le mal qui meurt ; le bien, lui, ne meurt pas. » (S&S 8) Le passage d'Ezéchiel (Bible 7) défie le paradigme (l'idée) qui punit l'innocent pour le coupable par association. Il oblige chaque génération à se libérer elle-même des maux hérités de ses ancêtres. Le destin d'Israël « n'est déterminé ni par ses ancêtres coupables, ni par son propre passé coupable. Dieu est clément, et s'ils se repentent, Il se réjouira de leur pardonner. » (Ibid.) ... S'ils se repentent.
 
Abraham s'accrocha fermement à une plus haute idée de justice divine. Il comprit que Dieu était un conservateur et non un destructeur. (S&S 6) La page 22 de Science et Santé, (S&S 7) contient l'un des plus convaincants énoncé jamais fait. « Quiconque croit que la colère est juste ou que la divinité est apaisée par la souffrance humaine ne comprend pas Dieu. » WOW ! Cela semble tellement faire partie de notre culture de voir les méchants garçons recevoir leur dû. Mais les voies de Dieu sont plus hautes que nos voies. La justice divine demande réformation. Une fois que le péché est détruit, la dette pour le péché est annulée. Dieu ne tue pas un homme pour le rendre meilleur. Dieu détruit le péché, et sauve l'homme. Une fois encore, « c'est le mal qui meurt ; le bien, lui ne meurt pas. » (S&S 8) Bien entendu, si quelqu'un est déterminé à s'identifier avec le péché, la conséquence misérable continuera. Le seul moyen de sortir de cette misère est de sortir du péché. (S&S 9) Nous ne pouvons pas être menacés en faisant le bien. Les menaces ne servent qu'à réprimer le comportement. Le comportement est le sommet de l'iceberg qui flotte sur les systèmes de fausse croyance. Réprimer simplement le comportement, c'est comme enfoncer un iceberg sous la surface de l'océan. Une fois que la pression est relâchée, il ressort d'un coup pour reprendre sa position initiale. Il est nécessaire de changer le paradigme - le système de croyance sous-jacent. Le véritable chemin pour sortir du péché est de raisonner correctement et d'apprendre à aimer la bonté. Au lieu de nous voir comme des pécheurs perdus et de vivre avec cela, nous devons admettre notre ressemblance à Dieu. Cela fermera la porte sur la fin inévitable du péché (la mort) et ouvrira la porte à la vie. (S&S 10)
 
SECTION III : Des prières significatives remplacent les pensées centrées sur soi par des pensées centrées sur Dieu
Que devez-vous faire si vous voulez être sauvés du péché ? Il faut vous écrier comme le fit le psalmiste. (Bible 8) Ayez confiance en la nature salvatrice de la grâce aimante de Dieu. Mais la requête n'est pas suffisante en elle-même. La prière doit être mise en action. Il y a quelques indications utiles dans Bible 9 : être humble, prier, rechercher Dieu, et se détourner des mauvaises voies. Dieu est avec vous dans cette aventure. Sa grâce envers vous abonde. (Bible 10) Les bénédictions que nous recevons nous donnent l'opportunité de bénir les autres. Lorsque la pensée est détournée d'elle-même, on est alors libre de partager et de donner aux autres. Le péché est centré sur lui-même. Un changement pour aimer activement et de manière désintéressée les autres, aide à nous détourner du péché. Si vous ne pensez pas pouvoir le faire, tournez votre pensée vers Dieu. Sa grâce apporte du soutien.
 
Mme Eddy devait avoir ressenti que le désintéressement était important. Il est mentionné comme un élément clé de la prière dans la première phrase du premier chapitre de notre livre d'étude. (S&S 11) Une phrase plus loin, il nous est rappelé que surmonter l'égoïsme demande des efforts. Mme Eddy nous met fortement en garde que la prière ne devrait pas être utilisée comme méthode pour annuler le péché. (S&S 12) En d'autres termes, le péché n'est pas supprimé uniquement par la prière. Un grand nombre de criminels terribles prie régulièrement. Dieu ne nous pardonne pas parce que nous avons prié. La pensée doit changer pour que notre vie change. Prier pour sortir d'affaire alors que nous continuons à pécher pourrait en fait conduire à des problèmes encore pires. L'Amour divin corrige l'homme par la réformation - remplaçant le mal par le bien. Croire que la prière pour le pardon est suffisante, fait de la prière « une soupape de sûreté pour échapper aux conséquences du péché. » (S&S 13) Cela donne un faux sens de sécurité basé sur des paroles sans conviction. Interpreter's signale le danger de penser que la prière seule peut rendre quelqu'un juste. « Cela engendre l'intolérance, la supériorité spirituelle, et la tendance à considérer comme égaux nos propres ennemis et ceux de Dieu. » Mme Eddy vit le même danger. La prière efficace change notre vie. Elle a écrit, « Ce dont nous avons le plus besoin, c'est de la prière du désir fervent de croître en grâce... » (S&S 14) Une telle prière a besoin d'être exprimée par de bonnes actions. Le Psalmiste cria pour demander de l'aide. Nous aussi, devons nous attendre avec impatience à la sainteté et prouver notre sincérité par nos actions.
 
SECTION IV : Remplacez l'exclusion par l'inclusion
Les Pharisiens sont tombés dans le piège de la « supériorité morale ». Ils ont sévèrement critiqué Jésus d'avoir des contacts avec ceux qui étaient appelés « pécheurs ». (Bible 12) Ils étaient tout spécialement perturbés par le fait que Jésus mangeait avec les indésirables. Prendre un repas était considéré comme une forme de contact intime, et J. R. Dummelow appelle le repas que prenait Jésus avec les Publicains, « un acte de courage extraordinaire ». Jésus était plus concerné par l'amour et la charité actifs que par le respect des rituels. Jésus n'encourageait pas l'ostracisme. Il promouvait l'inclusion de tous ceux qui voulait le recevoir. Si vous vous êtes déjà trouvé d'un côté d'une exclusion sociale ou religieuse, vous devriez savoir que cela n'a pas de place dans le christianisme véritable. Dans la parabole des pièces d'argent perdues (Bible 13), l'important est que, contrairement à la brebis perdue qui était en dehors de la maison (l'église ou la communauté religieuse), les pièces étaient à l'intérieur de la maison. Les pièces représentent les membres de l'église qui ont été déchus. L'ancien paradigme était d'éviter ceux qui étaient dévoyés. Mais Jésus considère que les membres capricieux de l'église ont aussi de la valeur. Dans la parabole, une chandelle devait être allumée et la maison devait être balayée pour pouvoir trouver les pièces. Cela demande des efforts de trouver des pièces perdues. Vous ne feriez pas des efforts pour les rechercher uniquement pour pouvoir vous en débarrasser. De la même manière, la recherche de ce qui est perdu devrait être assidue et une grande joie devrait suivre la découverte.
 
Jésus n'acceptait pas les paradigmes (idées) matériels. Il regardait sous la surface matérielle pour voir la cause spirituelle. (S&S 15) Au lieu d'accepter la maladie et le péché comme faisant partie de la vie, il a offert un modèle bien au-delà de tout ce qui avait existé avant. (S&S 16) Il montrait bien sûr aussi l'exemple pour les Pharisiens, mais leur fierté faisait qu'ils refusaient de le voir. Ils jugèrent très mal Jésus. (S&S 17) Avez-vous déjà essayé de faire remarquer à quelqu'un ses erreurs ? Quelqu'un vous a-t-il déjà fait remarquer les vôtres ? Dans un cas ou l'autre, le processus est plus facile si l'amour est présent. (S&S 18) Nous ne surmontons pas le mal par le mal. Nous surmontons le mal par le bien. Le troisième verset (S&S 19) présente un paradigme bien différent de ceux offerts par la théologie traditionnelle. Le péché est pardonné lorsqu'il est détruit ; et remplacer la vue matérielle par la vue spirituelle montre que le mal est irréel. Mais la souffrance continuera tant que l'on s'identifie au péché. Pour que le péché soit pardonné, un changement de pensée et d'action doit prendre place.
 
SECTION V : La souffrance est éliminée lorsque le péché est supprimé
Dans la guérison que Jésus fit du paralytique (Bible 14), beaucoup a été dit sur le fait que Jésus avait fait cette guérison face à une grande opposition. D'une certaine manière, cela a été vu comme une preuve de l'autorité divine de Jésus, autorité dont manquaient les Pharisiens. Jésus représentait un nouveau modèle d'autorité. En plus, dans ce cas nous pouvons voir la corrélation entre la maladie et le péché. Cet homme souffrait à cause d'un quelconque péché. Jésus le détecta et s'occupa de le supprimer. Les Pharisiens étaient choqués par la revendication de Jésus de pardonner le péché. N'importe qui pourrait revendiquer de pardonner les péchés. Il n'y avait apparemment aucun moyen de prouver ou réfuter la revendication. Jésus les obligea et se mit sur la ligne pour parler en commandant à l'homme de se lever et de marcher, et il tint fermement à son autorité de pardonner le péché. Dans ce cas, le péché était la racine du problème. Ce péché était détruit et pardonné, et l'homme a été guéri instantanément. La réparation du toit et le changement d'idées des Pharisiens prendraient probablement plus de temps. (Bible 14)
 
Mme Eddy étudia plus en profondeur l'importance de la connexion entre le péché et la souffrance. Toute maladie n'est pas le résultat du péché. Mais le péché apporte la souffrance. En Science Chrétienne, il nous est enseigné de suivre la méthode de guérison de Jésus. (S&S 20) Jésus enseigna que la maladie et le péché sont guéris par le pouvoir de Dieu. (S&S 21) Il n'y a aucun arrangement dans la pratique de la Science Chrétienne pour céder au péché. Nous sommes les enfants parfaits de Dieu, mais il nous incombe de le prouver par la maîtrise de la prédisposition humaine. Et il est tellement plus facile de voir et de corriger les péchés à leur commencement ! (S&S 23) A la page 40 de Science et Santé (S&S 24), Mme Eddy indique très clairement que la peine est supprimée en retirant tout d'abord le péché. C'est le sens que notre Leader a de la méthode que Dieu emploie pour détruire le péché. Mme Eddy trouva qu'une fois que le péché est détruit, le châtiment disparaît.
 
SECTION VI : La transition est totale - L'Amour omnipotent élimine tout mal
Alors, pensez-vous toujours que Dieu réclame le châtiment et la rétribution à Sa création ? Non ! Sois heureux car « l'Eternel a détourné tes châtiments » (Bible 15) La loi de Dieu supprime tout ce qui pourrait se mettre sur le chemin de notre obéissance. La compassion de Dieu ne faillit jamais. (Bible 16) Il y a une alliance aimante et loyale entre Dieu et Son peuple. Notre juge ne nous condamne pas. Il nous sauve. (Bible 17) Le caractère de Dieu « reste constant et fiable à travers le temps. » (Bible 18 - Interpreter's)
 
Finalement, tous les péchés seront détruits et les chants de joie rempliront les cieux. A ce moment, il n'y aura aucun accusateur. (S&S 25) La panoplie se réfère à une armure complète. Revêtus de l'armure complète de l'Amour, nous serons hors d'atteinte de la haine et de la condamnation. (S&S 26) Mais souvenez-vous, que nous devons revêtir l'armure. Sans elle nous sommes vulnérables. Lorsque nous comprenons réellement Dieu, les maux de toute sorte disparaissent. Dans un tel état spirituel, nous avons la justice, la paix, la sécurité, et aucune malédiction. (S&S 27) Les souffrances et le châtiment sont terminés. Il ne reste rien d'autre à faire que glorifier Dieu. (S&S 28)  
 
Remarque
Le texte ci-dessus fait partie d'une longue série de notes sur les leçons bibliques créées chaque semaine par des praticiens résidents de CedarS (un camp sans but lucratif qui s'appuie sur la Science Chrétienne dans toutes leurs activités - semblable à Arc-En-Ciel en Suisse) et de manière occasionnelle par d'autres métaphysiciens. Ce document est destiné à pousser plus loin l'étude des leçons bibliques hebdomadaires (selon les Livrets trimestriels de la Science Chrétienne), ainsi qu'encourager la mise en application des idées qu'on y trouve. A l'origine, ce document n'était envoyé qu'aux participants des camps CedarS, ainsi qu'à leurs familles qui voulaient continuer chez eux, dans leurs Ecoles du Dimanche, à appliquer les mêmes principes pour l'étude de la leçon. Ces notes hebdomadaires ne sont en aucun cas définitives, ou un substitut à l'étude quotidienne de la leçon dans les livres. Les pensées présentées sont l'inspiration d'un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension et de fond aux idées et passages étudiés. La Leçon-Sermon parle individuellement à chacun par le Christ, fournissant un aperçu unique et une mise en application sur mesure à chacun d'entre nous. Nous sommes heureux que vous ayez demandés ce partage métaphysique et nous souhaitons que vous y trouviez des idées qui vous aideront dans votre voyage spirituel quotidien.
 
********
 
Le Bulletin Métaphysique hebdomadaire est offert sans frais aux 1'200 campeurs et au personnel, bénit chaque été au camp CedarS aussi bien qu'aux anciens campeurs, aux amis et aux familles qui l'ont demandé. Cependant, des contributions actuelles et futures sont très appréciées pour nous aider à faire face aux coûts de production de ce bulletin, aussi bien que pour aider les campeurs, pour le soutien des programmes et de l'exploitation du camp. Cliquez sur http://www.cedarscamps.org/giving pour savoir comment vous pouvez nous soutenir sur Internet, ou pour trouver des renseignements pour nous contacter en privé pour faire un don qui aidera à perpétuer le bon travail de CedarS. Vous pouvez aussi envoyer votre contribution non-imposable par la poste à: The Cedar's Camps, Inc., 1314 Parkview Valley, Manchester, MO 63011 

Metaphysical

Wake Up from the Dream to Reality! - Are you a prophet? A spiritual seer? A prophet is someone...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page