Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

SUIVEZ L'INSTRUCTION PERMETTANT D'ENTRER DANS LE ROYAUME DES CIEUX

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Monday, October 26th, 2009

 

CHATIMENT ETERNEL, 26 octobre au 1er novembre 2009
Traduction libre d'un texte de Craig L. Ghislin, C.S. Glen Ellyn, Illinois, USA
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s'appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l'importance de l'étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l'année, et pas seulement pendant la durée du camp. La version originale en anglais de ce texte est disponible sur le site Internet de CedarS à l'adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Vous pouvez vous inscrire à cette adresse afin de recevoir ce texte en anglais, ainsi qu'en français ou en espagnol chaque mercredi.
 
 
 
Pour de nombreuses personnes, le sujet « Châtiment éternel » ressemble à un vestige démodé d'une théologie traditionnelle, et il y a aussi ceux qui adhèrent à la vision que des mortels impénitents sont confrontés à une réelle probabilité de châtiment éternel pour leurs péchés. Les dernières Leçons Sermons sur ce sujet ont présentés une bien meilleure image. On peut facilement remplacer le mot « châtiment » dans « Châtiment éternel », par rédemption, opportunité, clémence, et ainsi de suite. La Leçon de cette semaine prend une orientation quelque peu différente. Tout en reconnaissant l'amour de Dieu pour l'homme, et l'opportunité continue que l'homme a de faire les choses correctement, elle souligne certains aspects spécifiques de pensées immorales qui tendent à se mettre sur le chemin de notre progrès spirituel. Elle parle aussi des visions erronées de Dieu et de l'homme qui conduisent à une mauvaise compréhension du châtiment et du pardon des péchés.
 
Les paroles de notre Texte d'Or tirées de I Chroniques (et répétées dans le Psaume 106), font partie d'un document connu comme le Manuel de la Discipline. C'était l'un des nombreux manuscrits connus sous le nom des Rouleaux de la Mer Morte trouvés à Qumran. Cette phrase particulière faisait partie d'une cérémonie des Esséniens, qui comprenait la description des actions salvatrices de Dieu. Au même moment, les Lévites parlaient des péchés des Israélites. « Tout ceci semble être un manuel pour les leaders de la communauté et pour les initiés, pour que ces derniers soient correctement instruits et initiés à la vie en communauté. » (The Interpreter's One-Volume Commentary on the Bible).
 
L'auteur du Psaume 77 de la Lecture Alternée a été rendu perplexe par la perspective d'un châtiment à venir. Pendant sa lutte, même ses prières ne sont pas parvenues à lui apporter du réconfort. Il se demande si Dieu a chassé Son peuple à tout jamais et se demande pourquoi leur condition de détresse pourrait être permanente. « Dieu a-t-il oublié d'avoir compassion ? » demande-t-il. Il se concentre néanmoins sur la contemplation de la preuve de la bonté de Dieu envers les hommes. Les versets du Psaume 85 et 86 montrent une attitude beaucoup plus utile, mais rappelle que le bien de Dieu ne peut être conservé qu'en obéissant à Sa loi.
 
Lorsqu'on est au milieu de la souffrance à cause de nos méfaits, nous pourrions certainement nous demander si nous serons un jour soulagés, et si nos vies retourneront sur la bonne voie. Nous pourrions croire que nous nous sommes tellement éloignés de Dieu que nous ne pourrons jamais être pardonnés. Que devrions-nous faire ? Nous pouvons utiliser cette Leçon Sermon de la même manière que les Esséniens, dans leur Manuel de la Discipline. Nous pouvons l'utiliser comme une directive appropriée pour notre admission dans la vie de la communauté spirituelle de ceux qui croient au Royaume des cieux.
 
Section 1 : Précieux à Ses yeux
Tout comme une bonne structure est bâtie sur une solide fondation, cette Leçon commence avec la solide fondation de la relation ininterrompue et incassable entre Dieu et Sa création bien-aimée. Peu importe si nous semblons errer au loin, nous pouvons nous fier à l'amour et à la gentillesse éternels de Dieu (Bible 1). C'est vrai qu'il y a des fois où nous tombons du chemin, mais le tendre amour de Dieu est toujours là pour nous relever. Esaïe nous rappelle que nous sommes précieux (que nous avons « du prix ») aux yeux de Dieu et que nous sommes honorés. (Bible 3) Lorsque quelque chose ou quelqu'un est précieux à vos yeux, il a une valeur inestimable. Rien ne peut vous empêcher de le rechercher et d'en prendre soin. Paul voyait que Dieu considère l'homme de cette manière. Aucun pouvoir dans l'univers ne peut nous séparer de l'amour de Dieu. Ni les maux causés par les hommes, les défis environnementaux, les calculs astronomiques, les désastres naturels, ou les causes mystiques ne peuvent déranger notre unité avec Dieu ou l'espoir de notre salut assuré. (Bible 5)
 
L'une des plus grandes difficultés à laquelle nous sommes confrontés lorsque nous pensons au châtiment du péché, c'est de dépasser la croyance que d'une manière ou d'une autre, Dieu initie, pardonne, ou exécute le châtiment, et même pire, que Dieu nous a créé capable de pécher. Mary Baker Eddy refusait d'accepter que Dieu avait quelque chose à voir avec le péché ou le châtiment. Elle écrit, « Le Dieu de la Science Chrétienne est l'Amour divin, universel et éternel, qui ne change pas et ne crée ni le mal, ni la maladie, ni la mort. » (S&S 1) Dieu ne trouve pas d'excuses à Sa création et ne place pas non plus Ses enfants dans de mauvaises circonstances insupportables, inévitables. (S&S 2) Contrairement à ce que pense la croyance religieuse populaire, l'homme n'a pas la liberté de pécher. (S&S 3) « Un pécheur mortel n'est pas l'homme de Dieu. » L'homme de Dieu est toujours aussi parfait que son créateur. Notre relation à Dieu est indestructible. (S&S 4) Penser que Dieu accepte le mal ou a créé l'homme sensible au mal, c'est voir Dieu comme ayant Lui-même des tendances mortelles. Le Dieu que nous glorifions est totalement séparé de toute caractéristique humaine. C'est un Zeus mythologique qui trompe la création. Si nous considérons une telle vision limitée de Dieu, nous sommes logiquement enclins à faire appel à un tel dieu pour nous laisser une chance et faire cesser les problèmes qui nous entourent. C'est en réalité ce que nous faisons lorsque nous demandons à Dieu de pardonner nos péchés. Mais si nous comprenons que Dieu est un Principe divin infaillible, la seule voie conduisant au salut consiste à ce que nous corrigions nos manières et que nous revenions sur la voie de ce Principe. (S&S 5)
 
La façon dont nous voyons le châtiment pour le péché nous ramène à la façon dont nous comprenons Dieu. Si Dieu n'est rien de plus qu'un humain magnifié, nous pouvons supposer qu'il peut permettre le mal et punir ou pardonner avec fantaisie ou en fonction de notre capacité à le convaincre de nous laisser une deuxième chance. Si nous comprenons que Dieu est divin, le Bien infini, nous savons qu'Il ne fait pas ou ne permet pas que nous soyons mauvais ou que nous agissions mal, et Il ne punit rien d'autre que le péché. S'il semble que nous soyons perdus, c'est à nous de revenir sur le bon chemin.
 
Section 2 : Un appel au réveil spirituel
Etes-vous une personne paresseuse ? Au premier abord, cette section semble être un avertissement contre la paresse. Mais le mot traduit par « paresseux » signifie aussi fainéant ou même indolent. Etre indolent est plus que d'être simplement oisif ou lent. C'est une inaction « venant d'un amour de la facilité ou d'une aversion du labeur. » (Student's Reference Dictionary). Notre Leader se réfère à l'existence mortelle comme à un songe (S&S 8), nous pouvons donc penser à ces avertissements bibliques comme à des appels à cesser de nous complaire dans le songe de la vie dans la matière. A la page 108 d'Ecrits Divers, Mme Eddy parle du « vil pécheur » comme étant le « soi-disant chrétien endormi ». L'homme juste ne trébuche pas en vivant dans l'obscurité ; sa vie est un jour qui se lève et qui devient toujours plus clair. (Bible 7) Le psalmiste est prêt et se réveille tôt, son cœur est fermement attaché à Dieu, peu importe les circonstances. (Bible 8) Il ne trouve aucune satisfaction dans le songe de la matière, mais seulement dans sa relation avec Dieu. (Bible 9) Le Nouveau Testament continue sur le thème de l'éveil spirituel appelant les chrétiens à marcher dans la lumière et ne pas prendre « part aux oeuvres infructueuses des ténèbres ». (Bible 10) Dans la version anglaise de la Bible, au lieu du terme « ne pas prendre part », il est utilisé le verbe « reprove » qui signifie « blâmer, réprimander ». Et ce mot est aussi traduit par « exposer, révéler ». Vivre dans la lumière révèle que le mal est un mensonge.
 
La théologie conventionnelle indique que l'homme a une âme pécheresse, et qu'il s'est perdu spirituellement. Mais la Science Chrétienne enseigne que Dieu est la seule Ame ou Esprit et est exempt de péché. Ce n'est pas une âme humaine, mais une croyance que la chair pèche. (S&S 6) Nous pourrions demander, « Qui est donc celui qui croit à ce mensonge ? » Mme Eddy souligne que la fausse croyance est à la fois : le mensonge et celui qui y croit, « ce qui tente et ce qui est tenté, le péché et le pécheur... » (S&S 7) Ceci peut sembler être un raisonnement qui tourne en rond, mais tout comme dans un rêve, la personne et tout le monde qui se trouvent dans le rêve, sont eux-mêmes le rêve, le rêve de la vie dans la matière est en lui-même le rêveur, ou l'homme mortel. (S&S 9)C'est un système clôt. C'est un mensonge qui se dit un mensonge lui-même et qui y croit. Ce n'est pas l'homme de Dieu qui croit un mensonge. Le Christ nous réveille du songe (S&S 11). Lorsque nous nous éveillons d'un rêve, nous réalisons que pas un seul fragment du rêve n'était réel. De la même manière, le Christ nous réveille du songe de la vie matérielle et nous trouvons qu'il n'y a rien de réel dans ce songe.
 
Section 3 : L'obéissance vers la vertu ou le péché vers la destruction ?
Même si le songe est irréel, nous sommes tentés de croire le contraire. La sagesse éternelle appelle à ce que nous la suivions vers la réalité de la vie en Dieu et nous prévient que le péché se détruit lui-même. (Bible 12) Ceux qui sont perdus dans le péché semblent ne pas avoir la bonne image. Ils sont coincés dans un mauvais jeu contre Dieu. Ils demandent à Dieu, « Pourquoi me punis-tu pour ne pas croire en toi et pour désobéir à la loi divine ? » N'est-ce pas clair que nous avons besoin de prendre la responsabilité de notre condition ? Ce n'est pas la faute de Dieu, si nous Lui désobéissons. Le problème fondamental est notre propre rébellion, et nous ne pouvons guère être surpris que la souffrance soit un dérivé du péché. (Bible 13). Paul demande aux chrétiens romains (Bible 14), « Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez ? » Voici le sous-titre pour ce passage dans le commentaire de la Bible The Abingdon : « La soumission au péché n'est pas raisonnable pour les hommes qui sont libres en Christ ». C'est assez clair, n'est-ce pas ? Dans Galates (Bible 15), le passage est simple : Tu récoltes ce que tu sèmes. Le châtiment éternel, ou la vie éternelle ? Le choix vous appartient.
 
Tout comme celui qui quitte la chaleur de sa maison pour errer dans le blizzard ne peut pas reprocher à sa maison d'avoir pris froid, le pécheur, renonçant au royaume de Dieu, provoque sa propre souffrance. Notre livre d'étude est direct : « L'erreur s'exclut elle-même de l'harmonie. Le péché se punit lui-même. » (S&S 12) Pour le pécheur, le songe du péché est réel. Tant qu'il pèche, sa souffrance semblera aussi réelle. Le pécheur « nuit à son âme ». (Bible 12) « Il fait partie d'une conspiration dirigée contre lui-même. » (S&S 13) Certaines personnes doivent penser que c'est trop sévère, mais c'est ce qui est. Comme cela a été mentionné plus haut, le songe de la vie dans la matière est un système clôt. Le pécheur crée son propre enfer - ses croyances et actions produisent les conséquences de ces croyances. (S&S 14) Une fois encore, Dieu ne punit pas. Mais le péché apporte son propre châtiment. Nous avons l'opportunité à n'importe quel moment de renoncer au péché. Nous n'avons pas à permettre aux mauvais penchants de nous surmonter, mais si nous le faisons, nous aurons à compter sur eux. (S&S 16) Nous n'avons jamais besoin d'avoir peur du péché. Il n'y a qu'un seul moyen de sortir de la souffrance provoquée par le péché et c'est réellement simple - cessez de pécher ! (S&S 15)
 
Section 4 : Pardon ou réforme ?
La manière dont la Science Chrétienne comprend le pardon du péché est une différence importante. La théologie traditionnelle accepte la croyance que l'homme est un pécheur et que Dieu l'a créé comme tel, donc l'homme a pas d'autres choix que de demander le pardon de ses péchés. Après tout, il ne peut pas aider à pécher. Mais en Science Chrétienne, le système clôt du péché et le pécheur, ne font pas partie du plan de Dieu. Céder au péché, c'est se séparer soi-même de Dieu. En retournant vers Dieu, le péché doit cesser. Une théologie traditionnelle base le pardon sur la grâce, alors que la métaphysique divine base le pardon sur la réforme. En considérant la promesse d'Esaïe que nos péchés seront éliminé (Bible 16), Dummelow remarque que « le pardon suivra l'obéissance et le repentir. »
 
Jésus n'est pas venu condamner, mais sauver. (Bible 17) L'histoire de la femme adultère (Bible 18) est chargée de condamnation. Les accusateurs de la femme, à part leur motivation malveillante pour piéger Jésus, avait une vision limitée des choses. Ils ne voyaient que deux solutions - condamner ou pardonner. Mais Jésus trouva une troisième solution - réformer. Jésus l'a-t-il simplement laissée tranquille, car il était désolé pour elle ? Ou était-il simplement intelligent de ne pas se condamner lui-même ? Non. Il voyait les choses différemment. Il ne condamnait pas, et ne pardonnait pas non plus. Il demandait un changement de comportement. Nous n'y pensons probablement pas beaucoup, mais cela a dû être quelque chose de difficile à faire pour la femme. Changer demande des efforts.
 
Mme Eddy souligne que « le Principe divin ne pardonne jamais nos péchés ou nos fautes avant qu'ils ne soient corrigés. » (S&S 17) Cette méthode élimine complètement le péché. Elle écrit, « Nous ne pouvons échapper à la peine due au péché. » (S&S 18) Ce sont des mots très forts. Mais ils sont tout à fait sensés. Si le péché n'apportait pas de souffrance, il y aurait peu de motivation à l'éviter. « Causer la souffrance comme conséquence du péché, c'est le moyen de détruire le péché. » Trop souvent, nous insistons sur le fait que l'homme est « l'enfant parfait de Dieu, incapable de pécher ; » mais nous oublions alors de le prouver. Pour Mme Eddy, Dieu pardonne le péché en le détruisant. (S&S 19) Mais elle nous avertit franchement que, « la croyance au péché est punie tant que dure la croyance. » (S&S 20) Elle souligne aussi que « La crainte du châtiment n'a jamais rendu l'homme réellement honnête. » (S&S 21) Nous devons aimer le bien plus que le mal que nous faisons. Nous devons souhaiter nous réveiller du songe du plaisir et de la souffrance dans la matière pour nous éveiller à la réalité de l'existence exempt de péché dans l'Esprit. Au lieu d'être des mortels pécheurs coincés dans un cycle de péché et de pardon, nous pouvons permettre au Christ de réformer notre caractère et purifier nos vies du péché. Au lieu de nous voir comme des pécheurs sans espoir, nous sommes soudainement responsables de nos actions. Nous pouvons alors dire que nous sommes sauvés, non à cause du fait que Jésus est mort pour nos péchés, mais car le Christ les détruits.
 
Section 5 : Aucune nécessité de la maladie.
Ce n'est pas inhabituel que les gens croient qu'ils sont devenus malades à cause de leurs péchés (une punition). Le psalmiste se réjouit que Dieu l'ait sauvé de toutes maladies - physiques, mentales, morales et spirituelles. (Bible 19). La croyance que la maladie était le résultat du péché, prévalait dans la pensée juive à l'époque de Jésus. Il en était de même de la conviction que seul Dieu peut pardonner les péchés. Jésus faisait face à tous les défis qu'il rencontrait, avec l'autorité divine. L'homme paralytique (Bible 20) avait besoin de se libérer du fardeau du péché qui se cachait derrière sa maladie. Jésus a sagement répondu à ce besoin et l'a guéri.
 
Notre livre d'étude note que Jésus ne se demandait pas si ses patients méritaient d'être guéris ; et il ne s'appuyait pas sur des moyens matériels pour faciliter la santé ou la guérison. Il s'accrochait simplement à la vérité suprême de l'existence parfaite de l'homme. Il y a une histoire qui est racontée au sujet d'un praticien - pas un grand nom, mais une gentille dame âgée - qui avait aidé beaucoup de gens à guérir. Lorsqu'on lui posait des questions au sujet de ses méthodes, elle répondait, « J'utilise "Le traitement par le Christ" ». Ceux qui la questionnaient lui demandaient de développer sa réponse. Elle les dirigea sur la page 369 :16 (S&S 22) de Science et Santé avec la note marginale : « Le traitement par le Christ. » Elle disait que c'était la base de sa pratique.
 
Lorsque vous vous traitez ou que vous traitez quelqu'un d'autre, recherchez-vous la preuve d'une maladie ? Vous demandez-vous si un péché doit être banni, ou peut-être si certaines lois matérielle de la santé ont été transgressées ? Tout comme la tolérance au songe du péché nous sépare de notre héritage exempt de péché, les indulgences envers les lois matérielles de la santé sont un obstacle à l'affranchissement de toute maladie. Nous devons renoncer à toute foi en l'erreur. (S&S 23) Il n'y a aucune nécessité derrière la maladie ou le péché. Ni les lois matérielles de la santé, ni l'erreur théologique que Dieu envoie la maladie pour nous enseigner des leçons, ne peuvent nous faire souffrir. On nous enseigne à « abandonner les fondements des systèmes matériels ». (S&S 24) Un énorme élément de ces fondements, c'est la croyance que Dieu envoie ou permet la souffrance. Lorsque nous savons que Dieu n'envoie, ni ne permet le mal, nous trouvons notre liberté.
 
Section 6 : Le repentir est nécessaire pour être admis dans la communauté céleste.
Repentir (Bible 21) vient du grec meta-no-eh-o qui signifie penser différemment, voir d'un autre point de vue, ou changer d'avis ou d'objectif. Nous devons changer notre manière de nous voir, de voir nos vies, ce qui nous donne satisfaction, et notre santé. Même si nous pouvons commencer à comprendre l'idée que Dieu n'a rien à voir avec le mal, et que nous commençons à assumer la responsabilité de nos propres conditions, nous pouvons toujours porter des jugements lorsqu'il s'agit des péchés des autres. Dieu est certainement capable de pardonner, mais nous avons souvent plus de mal avec ça. Jésus tendait la main à tous. Il offrait la guérison à chacun, et faisait particulièrement attention à ceux qui en avaient le plus besoin. (Bible 22) Il annonçait la venue du royaume des cieux. Mais le royaume dont il parle est en dedans. (Bible 23) Cela demandait un changement de cœur.
 
La Bible indique qu'aucun péché ne peut entrer dans le royaume des cieux. Certains pensent qu'en entrant dans un lieu nommé « le royaume », nos péchés seront éliminés. Mais qu'est-ce que cela signifie si ce royaume est en nous ? Cela signifie que nous avons besoin de nous libérer de tout mal, pour apercevoir ce royaume. Mme Eddy écrit qu'en permettant au meilleur de régner dans nos vies, cela éliminera tout ce qui est opposé au royaume des cieux. (S&S 25) « Le ciel n'est pas une localité mais un état divin de l'Entendement... » (S&S 26) En permettant à ce royaume des cieux de gouverner chaque pensée et action, cela élimine le péché non seulement en nous, mais dans toute l'humanité. Cela corrige tout ce qui est faux dans chaque aspect de l'expérience humaine. (S&S 27) Alors que de nombreux théologiens pourraient considérer que c'est impossible, nous pouvons vraiment nous attendre que tous les péchés seront finalement détruits, et il ne restera rien qui devra être puni. C'est un moyen complètement spirituel de voir les choses. Dans un tel état céleste, il n'y a plus d'accusateur, car il n'y a rien à condamner. (S&S 28) En laissant le pouvoir du bien nous gouverner, cela nous instruit et nous rend digne d'être admis dans cette communauté céleste.
 
Cette leçon métaphysique hebdomadaire est offerte sans frais au personnel et aux 1200 campeurs bénis chaque été au Camp CEDARS, ainsi qu'aux anciens élèves, leurs familles et les amis qui en font la demande. Cependant, les dons présents et futurs sont toujours nécessaires pour aider à couvrir les coûts de fonctionnement de ce service et pour réaliser les camps. Allez à l'adresse suivante pour soutenir en-ligne le travail de CedarS http://www.cedarscamps.org/giving/default.htm?id=1
Votre contribution, toujours bienvenue et déductible d'impôts, est particulièrement nécessaire pour le camp de cette année ainsi que pour le Fond de soutien "Adoptez le troupeau". Il vous est toujours possible de faire un don en appelant le (636) 394-6162 ou d'envoyer un chèque par courrier à:
CEDARS Camps, 1314 Parkview Valley, Manchester, MO 63011  
 
Note du Directeur du Camp: Ce partage est le plus récent de la série hebdomadaire émise sans interruption depuis 8 ans. La série des "mets" (idées d'application métaphysique) de la leçon biblique existe grâce à la contribution des Praticiens résident de CedarS et occasionnellement d'autres métaphysiciens. (Pour maintenir le flux des idées du praticien intact et pour permettre de les imprimer séparément "les sujets à envisager pour l'école du dimanche" viennent sur une page séparée ou par e-mail en suivant.) L'offre de cette semaine est destinée à encourager la poursuite de l'étude et l'application des idées de la leçon et pour l'école du dimanche à dynamiser la participation des étudiants et des enseignants en herbe de notre personnel. A l'origine envoyé SEULEMENT à mes élèves de l'école du dimanche et aux campeurs, aux membres du personnel et aux familles de CedarS qui voulaient poursuivre à la maison et dans leurs écoles du dimanche à domicile le même type d'étude centrée sur la leçon, d'application et d'inspiration qu'ils ont apprécié au camp, les "mets" ne sont en aucun cas destinés à être définitifs ou concluants ni en aucune façon à se substituer à l'étude quotidienne de la leçon.Les pensées présentées sont l'inspiration d'un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension, de recul et d'angles nouveaux sur l'application quotidienne sur certaines des idées et des passages étudiés. Les Leçons Bibliques sont protégées par le droit d'auteur auprès de la Christian Science Publishing Society et sont imprimées dans le Christian Science Quarterly disponibles dans les salles de lecture de la Science chrétienne ou en ligne à eBibleLesson.com ou myBibleLesson.com.Les citations référencées (B..) sont tirées de la version King James de la Bible et (S..) du livre d'étude de Science Chrétienne : Science et Santé avec la clef des écritures de Mary Baker Eddy. La Bible et Science et Santé sont les livres ordonnés pasteurs de l'Eglise du Christ, Scientiste. La leçon biblique est le sermon lu lors des services dans chaque église de la Science Chrétienne dans le monde entier. La Leçon-Sermon parle à tous individuellement par le Christ, offrant un aperçu unique et des applications sur mesure pour chacun. Nous sommes heureux que vous ayez demandé ce partage métaphysique et nous espérons que vous trouverez ces idées utiles dans votre cheminement spirituel, en creusant plus profondément dans vos livres et en étroite liaison avec votre consolateur et Pasteur. Régalez-vous!
 
Warren Huff, Directeur du camp, director@cedarscamps.org (636) 394-6162 
 

Metaphysical

Recognize Mind, God, as the source of all good and all understanding! - Whenever — for...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page