Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

VIVEZ LIBRE DE TOUTE POUSSIERE !

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Monday, November 1st, 2010

ADAM ET L'HOMME DECHU, 1er au 7 novembre 2010
Traduction libre d'un texte de Craig L. Ghislin, C.S. Glen Ellyn, Illinois, USA
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s'appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l'importance de l'étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l'année, et pas seulement pendant la durée du camp. Vous pouvez vous inscrire pour les recevoir gratuitement - en anglais chaque lundi, et vous pouvez en recevoir une traduction gratuite, chaque mercredi, en français grâce à Pascal ou Denise, en espagnol grâce à Ana, Erick, Claudia and Patricio et en allemand grâce à Helga. Vous pouvez vous y inscrire à l'adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Nous recherchons d'autres traducteurs qui seraient prêts à participer à ces traductions hebdomadaires. Vous pouvez envoyer un email à Warren pour proposer vos services à l'adresse director@cedarscamps.org]
 
VIVEZ LIBRE DE TOUTE POUSSIERE !
 
Au camp CedarS, nous faisons de notre mieux pour garder propre nos espaces communs et notre piscine, nous laissons donc dehors nos chaussures, et nous nous rinçons avant d'entrer dans l'eau. Dans le Texte d'Or, on nous dit de secouer notre poussière. Dans la Bible, le fait d'être assis dans la poussière est souvent un signe de deuil ou de repentir, comme lorsque Job s'est assis dans les cendres pendant sa maladie. La poussière peut aussi symboliser les doutes, et les craintes, ou une pensée ou des actions basées sur la matière. Dans le contexte de la Leçon de cette semaine, la poussière peut aussi signifier la croyance que nous sommes nés dans la matière avec une nature pécheresse allant de soi.
 
Quoi qu'il arrive pendant votre semaine, prenez du temps pour examiner la « poussière » qui s'accroche à vous, ou dans laquelle vous vous complaisez, et faites l'effort de la secouer.
 
La Lecture Alternée définit le contexte du Texte d'Or. On nous demande de nous réveiller, de nous lever, et de nous établir dans un meilleur endroit. L'image est celle d'une femme en deuil, assise sur le sol, et couverte de poussière. Cela pourrait sembler facile de dire, « lève-toi, mets-toi sur ton séant ». Cela pourrait vouloir dire de se lever, de se secouer, de remettre en place nos vêtements et de nous rasseoir, mais cela signifie plus vraisemblablement de se lever du sol, et de s'asseoir dans un endroit plus élevé - de s'élever d'une condition humble dans la poussière pour occuper une nouvelle position sur une chaire de dignité et d'honneur.
 
Albert Barnes paraphrase ceci de la manière suivante : « A la fille prisonnière de Sion, après avoir été trainée dans la poussière de la souffrance et de l'oppression, il lui est commandée de se lever et de se débarrasser de cette poussière, pour ensuite, avec grâce, dignité, sang-froid et sécurité, s'asseoir ; de reprendre ce qui était son siège et son rang, au milieu des nations de la terre, qui dans le passé, l'avaient fait souffrir et l'avaient piétiné. »
 
Les Enfants d'Israël ont été punis pour s'être vendus pour rien. Dieu leur a promis de les racheter, et de leur rendre leur situation élevée d'origine. Le Psalmiste demande à tous les peuples de louer Dieu et de reconnaître qu'Il est le seul vrai Dieu. Il nous bénira abondamment de tout ce dont nous avons besoin. C'est un refrain commun, de se tourner vers Dieu pour nous libérer de nos problèmes. Cela conduit à la question, « Comment avons-nous donc pu avoir ces problèmes ? » La première section s'occupe de répondre à cette question.
 
Section 1 : L'homme à l'image de Dieu ou, l'homme de la poussière ?
« Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, » (Bible 1) Les spécialistes sont d'accord sur le fait que la création de l'homme a été un événement singulier. Alors que la théorie de l'évolution promeut la vision que l'homme descend d'autres espèces, le premier chapitre de la Genèse indique clairement que la création de l'homme était unique. Il ne provient pas de l'évolution d'autres espèces. Adam Clarke décrit cette création ainsi : « Dieu créait maintenant un esprit, et un esprit formé aussi selon les perfections de sa propre nature. Dieu est la fontaine d'où vient cet esprit, ainsi le ruisseau doit donc ressembler à la source qui l'a produite. Dieu est saint, juste, sage, bon et parfait ; donc comme l'âme en découle, il ne peut rien y avoir d'impur, d'injuste, d'ignorant, de mal, de bas, de vil, ou de méprisable. Il a été créé à l'image de Dieu ; et de cette image, Paul nous dit qu'elle est composée de justice et de vraie sainteté... » L'homme que Dieu a créé est béni et pur. Il a la domination sur la reste de la création et est supérieur à toutes les autres créatures, et lorsque Dieu a regardé Sa création, Il a dit que tout était « très bon. »
 
John Wesley fait remarquer que dans la « deuxième création » (Bible 2) l'homme n'est pas « créé », mais « formé. » C'est là où la théologie habituelle diffère de la Science Chrétienne essayant d'utiliser ces passages pour expliquer que l'homme est à la fois un « corps » formé de la poussière, et une « âme » imprégnée du souffle ou de l'esprit du divin.
 
Le résultat qui découle de la formation de « l'homme de la poussière de la terre », c'est qu'il est enclin à faire des erreurs et à désobéir à Dieu. Ces erreurs œuvrent pour le bien selon le psalmiste. Au lieu de détourner l'homme de Dieu, ses erreurs ont finalement forcé l'homme à retourner vers Dieu pour être guéri et réconforté. Le corps formé de poussière, sans vie et sans âme, ne peut pas louer Dieu (Bible 3). Le psalmiste sait qu'il doit y avoir quelque chose de plus que la vie dans la chair. Il demande que l'Eternel fasse « lever sur nous la lumière de [sa] face ». (Bible 4) Barnes fait remarquer que le psalmiste cherche Dieu pour obtenir sa grâce, contrairement à d'autres hommes qui recherchent un profit, un plaisir et une ambition matériels. Le psalmiste considère que le « bien suprême » est en faveur et au service du Créateur.
 
Science et Santé reconnaît que « Dieu façonne toutes choses selon Sa propre ressemblance. » (S&S 1) Le livre d'étude explique aussi un peu mieux la distinction qu'il y a entre le premier chapitre de la Genèse et le deuxième. L'histoire de la première création est l'authentique, la création spirituelle de l'homme et de l'univers. La deuxième histoire décrit une vision matérielle de la création (S&S 2). Mme Eddy l'appelle « l'histoire de l'erreur ». Les théories évolutives de la création décrivent un perfectionnement et une amélioration constants de différentes espèces jusqu'à ce que l'Homo Sapiens émerge et survive à d'autres espèces « moins développées », grâce à leur capacité incomparable de se lier et s'adapter à leur environnement. A mon avis, c'est semblable à la distinction que fait Wesley de « l'homme de la poussière » « formé » au lieu de « créé », montrant que les théories de l'évolution et de la vieille théologie, ne sont en réalité pas très éloignées. Mais la Science Chrétienne indique clairement que l'enfant de Dieu « n'est pas de la matière ou poussière éphémère ». (S&S 3) « Ephémère » signifie commençant et se terminant dans la journée, ou aux jours comptés. En Science Chrétienne, l'homme de la poussière n'est pas l'homme de Dieu, créé à Son image. (S&S 4) C'est réellement une chose unique et importante à comprendre. La Science de l'être est la réalité de l'être. L'homme réel n'a jamais été créé de la poussière, et n'a jamais été moins que parfait. L'homme réel est toujours « droit et semblable à Dieu. » (S&S 5)
 
Section 2 : Malédiction et bénédiction
Matthew Henry et John Wesley indiquent qu'à l'origine, l'homme était complètement satisfait par l'environnement apporté par Dieu. Aucun palais ou inventions humaines n'étaient nécessaire au confort de l'homme, et l'homme n'avait besoin d'aucune parure. Il avait tout ce dont il avait besoin et était content de ce qu'il avait. Eden signifie « plaisir et bonheur. » Henry écrit, « La nature se contente de peu, et de ce qui est le plus naturel ; la grâce de moins encore ; mais le désir veut chaque chose, et ne se contente de rien. » La seule chose qui manquait à Adam c'était « une aide semblable à lui. » Adam a reconnu en elle une compagne convenable. (Bible 5) Alors qu'ils étaient heureux, ne ressentant aucun besoin de se loger ou se vêtir, le serpent a planté la graine du désir d'obtenir plus.
 
Remarquez qu'il y a un modèle familier à la méthode du serpent. (Bible 6) Le serpent menteur se déplace vers Eve lorsqu'elle est seule, sans soutien. Il commence par une question, citant incorrectement un commandement de Dieu, et semant le doute dans l'esprit d'Eve. Il dit que la loi divine est illogique et incertaine. Lorsqu'Eve répond, le serpent promet des avantages du fruit de l'arbre que Dieu cachait à Sa création. Le serpent a fait qu'Eve n'était plus contente de ce que Dieu avait apporté. Il y avait certainement plein de bonnes choses à manger, mais le fruit défendu est devenu un objet de désir. Tout ceci est bien entendu un mensonge, et Adam et Eve ont immédiatement ressentis la crainte et la honte lorsqu'ils ont été questionnés pour leurs actes. Le serpent utilise la même méthode de nos jours.
 
Cette histoire est un objet que nous devons étudier. Nous devons faire attention à ne pas parler au serpent et mettre en doute la directive divine. Pour Adam et Eve, ce qui a un jour apporté du contentement, apporte maintenant le chagrin, la sueur et le labeur. Comme l'indique Adam Clarke, « Le dernier chapitre se termine par une histoire courte, mais frappante, de la perfection et de la joie des premiers êtres humains, et il commence par une histoire de leur transgression, leur dégradation, et leur ruine » Après que l'Eternel Dieu ait maudit le sol, il condamne l'homme à retourner à la poussière d'où il a été tiré. Ainsi commence les luttes de l'homme mortel.
 
Selon le psalmiste, peu importe si la lutte semble difficile, il fait pleinement confiance à la promesse de rétablissement fait par Dieu. (Bible 7) Toutes choses sont possibles à Dieu. Selon la circonstance, l'homme qui fait confiance à Dieu n'est pas maudit, mais béni. (Bible 8)
 
Science et Santé reconnaît l'état béni de la création spirituelle (S&S 6), et nous rappelle alors l'état maudit de l'homme matériel tiré de la poussière. (S&S 7) Mme Eddy nous dit que le nom Adam signifie poussière, néant. (S&S 8) Il est clair qu'il y a une différence entre l'homme spirituel - les enfants de Dieu, et la croyance d'un homme mortel. Une ancienne théologie essaie de nous dire que par la désobéissance et le péché, l'homme spirituel est devenu un mortel limité. Mme Eddy voyait qu'un mortel n'était jamais un enfant de Dieu. (S&S 9) Le mortel est l'homme de la poussière - l'homme créé de rien. Notre vraie identité est spirituelle et complètement séparée d'une existence matérielle supposée. « Le véritable moi de l'homme se reconnaît seulement dans ce qui est bon et vrai. » (S&S 10) C'est un élément clé en métaphysique divine. L'homme que Dieu a créé, n'a aucune histoire matérielle, ni ancêtre. (S&S 11) Il commence et termine dans l'Esprit.
 
Section 3 : Jésus-Christ a modelé l'homme réel
Comment savons-nous que l'homme réel est spirituel ? L'homme connu comme étant le Fils de Dieu, Jésus-Christ, a prouvé ce qu'est l'homme réel. Le psalmiste fait appel à Dieu pour qu'Il le renforce en période de troubles et qu'Il le protège des attaques de ses ennemis. Il demande que Dieu le guide et le conduise à une compréhension de sa relation ininterrompue avec Dieu (Bible 9). Wesley assimile la demande d'« envoyer ta lumière » à un désir de découvrir la vérité. St. Paul offre l'espoir à l'homme mortel : comme la croyance en Adam conduit au péché et à la mort, la compréhension de Christ conduit à la vie. (Bible 10)
 
Comme nous l'avons mentionné avant, ces deux versets de Matthieu (Bible 11), donnent le ton du ministère de Jésus. Il est allé partout et a apporté la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Il y a surmonté toute sorte de maladie - aiguë, chronique, organique, fonctionnelle, ou mentale. Il a instantanément guéri toutes les maladies de l'esprit et du corps. Il a apporté un remède au mensonge du serpent et a donné à ses disciples le pouvoir de les surmonter. (Bible 12) Dans ces passages, il est dit aux disciples de n'aller que vers les brebis perdues d'Israël et d'éviter les païens et les Samaritains. Barnes mentionne que les Samaritains avaient un désaccord constant avec les juifs en ce qui concerne l'endroit mentionné par Moïse comme étant la vraie place d'adoration. En plus de cela, ils ont systématiquement accueillis des criminels juifs, ainsi que ceux qui avaient été excommunié de la foi juive. Nous pourrions dire que les Samaritains rassemblaient la « poussière » d'Israël. En fin de compte, les disciples ont apporté leur message à tout le monde, mais lorsqu'ils ont commencé leurs ministères, ils sont allés uniquement vers ceux qui étaient prêts à accepter ce qu'ils avaient à leur dire. S'ils étaient rejetés, ils devaient secouer la poussière de leurs pieds et aller vers d'autres perspectives. Littéralement, on pensait que la poussière des païens était impure, profane, et païenne. Donc symboliquement, nous devons aussi secouer la pensée impure, profane et païenne.
 
Dans Romains (Bible 13), nous avons l'image de magnifiques pieds délivrant l'Evangile. Les pieds symbolisent souvent la marche de quelqu'un dans la vie. Les pas d'un messager sont rapides et le message est attendu avec impatience. Ceux d'entre-nous qui portent le message de Christ, soutiennent un message de délivrance attendu avec impatience par un monde qui souffre. Il est utile de savoir que nos missions ont une telle importance pour l'humanité.
 
Notre Conductrice montre que Jésus nous a donné un aperçu de la vraie nature du divin. (S&S 12) Il présentait un plus haut modèle que les mortels avaient pu imaginer. Le péché et la mortalité sont faux et plus nous comprenons la vraie création, plus nous voyons que l'homme de la poussière n'a aucune origine ou existence. (S&S 13) A toute l'erreur, la Vérité dit, « Tu es poussière [néant], et tu retourneras dans la poussière [néant]. » (S&S 14) C'est notre rôle, en tant que Scientistes Chrétiens, d'accepter la responsabilité que Jésus a donné à ses disciples et de prouver le néant de la croyance matérielle, par la compréhension de la totalité de Dieu (S&S 15). La croyance matérielle de l'existence et l'homme créé par Dieu n'ont aucune coexistence et n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Comprendre cela guérit le malade et nous permet de parler avec autorité. (S&S 16). La dernière phrase est : La Vérité est suprême, et le mal est néant. (S&S 17)
 
Section 4 : Secouez la poussière de la limitation
Le psalmiste reconnaît ses serments envers Dieu et fait donc confiance en Dieu pour qu'Il le protège et fasse réussir sa mission. (Bible 14). Son « serment » n'est pas une obligation de servir. C'est un acte volontaire. Dieu nous estime responsable de remplir nos serments. Dans la section précédente, Mme Eddy nous dit que les Scientistes Chrétiens « se sont engagés ». C'est aussi un acte volontaire. De la même manière, Adam Clarke lance ce défi à son auditoire : « Lecteur, qu'as-tu promis à Dieu ? De renoncer au mal et à toutes ses œuvres, les vanités de ce monde mauvais, et de tous les désirs pécheurs de la chair ; de garder la sainte parole de Dieu et Son commandement, et de marcher devant lui tous les jours de ta vie. Ces choses que tu as promises ; et ces choses sont sur toi. Les rempliras-tu ? » Comment pourrions-nous répondre à ce défi ?
 
Paul et Barnabas continuèrent leur mission dans le monde. (Bible 15) Les juifs pour la plupart, ont rejetés leur message et les apôtres ont secoués la poussière de leurs pieds. Mais la réponse passionnée et irrésistible des païens a attiré l'attention des juifs. Ils se sont vus comme le « peuple choisi » et n'ont pas bien pris le fait d'être court-circuités. Les juifs faisaient tout ce qu'ils pouvaient pour discréditer le message Christ, mais les apôtres n'ont pas permis à la poussière de l'envie, de la jalousie et de la haine, de s'accrocher à eux. Permettons-nous à la « poussière » d'une vieille théologie de nous détourner de notre mission ? Matthew Henry écrit, « ... lorsque des adversaires de la cause de Christ sont téméraires, ses partisans devraient être les plus audacieux. »
 
Et les apôtres étaient audacieux. Adam Clarke commente qu'en secouant la poussière de leurs pieds contre les juifs, cela disait en fait, « Vous êtes pires que les païens : même votre propre pays est maudit pour votre opposition à Dieu, et nous n'osons pas même permettre à cette poussière de toucher la plante de nos pieds ; et nous la secouons, en quittant votre pays, selon le commandement de notre Seigneur, comme témoignage contre vous, pour vous avoir offert votre salut, que vous avez rejeté et pour nous avoir persécuté. » C'est une assez forte gesticulation. Leur conviction encouragée a renforcé leur capacité de guérison. Le psalmiste confirme que ceux qui « connaisent le son de la trompette » - ceux qui acceptent la Vérité - sont bénis et marchent dans la lumière de la grâce de Dieu. (Bible 17)
 
Les citations de Science et Santé nous donnent du courage et de la force pour continuer de marcher dans la lumière de la Vérité. (S&S 18) La même haine que les juifs avaient envers la mission des apôtres, est celle qui essaie de se mettre sur notre chemin de nos jours. Mme Eddy dit que c'est « La détermination de tenir l'Esprit dans l'étreinte de la matière... » (S&S 19) Comme cette Leçon le répète de nombreuses fois, la Vie est complètement indépendante de la matière ; l'homme est spirituel et « n'est pas sujet à la décomposition et à la poussière. » (S&S 20)
 
Peu importe ce qui semble être pour le sens matériel, nous ne sommes pas liés à la matière, ni dépendant d'elle pour voir, entendre, se mouvoir, penser, ou tout autre choses. (S&S 21) L'homme n'est pas une structure matérielle. (S&S 22, 23) Il est donc de notre devoir de secouer la poussière des croyances anatomiques qui se posent sur nos vêtements. Si vous êtes confrontés à un défi qui suggère le contraire, pourquoi ne pas embrasser la vérité que vous n'êtes pas une structure matérielle et que vous ne l'avez jamais été ? Acceptez le fait que « L'homme est indestructible et éternel. » (S&S 24) Suivez les instructions de notre Conductrice à la page 264 :12 (S&S 25) Regardez où vous posez le pied, et « agissez comme possédant tout pouvoir de Celui en qui nous avons notre être. » Ce n'est pas une illusion. C'est une promesse. Levez-vous dès maintenant et prouvez-le.
 
Section 5 : Elevez-vous à une existence « libre de toute poussière »
Une fois encore, on nous demande de nous lever et de sortir de la poussière. (Bible 18) Ce message est donné à celui qui est découragé et opprimé, assis dans un état de pauvreté, et annonçant la résurrection. C'est un appel faire sortir quelqu'un du rêve adamique. Les premiers chrétiens s'attendaient à voir la fin du monde matériel et à voir l'aube du royaume de Christ prendre place d'un moment à l'autre. Paul appelle donc à se que nous nous éveillons maintenant. (Bible 19) Etes-vous prêt à vous réveiller ou souhaitez-vous continuer à dormir ? Barnes écrit que le sommeil est représentant de l'inactivité et de l'insensibilité aux doctrines de la religion. Il dit qu'il y a un penchant naturel dans le monde à être actif dans la malice au lieu de la vérité. « Plus profonde est l'ignorance et le péché, plus grande est l'insensibilité et la stupidité des pécheurs. Plus profonde est l'ignorance et le péché, plus grande est l'insensibilité aux choses spirituelles, et aux devoirs que nous avons envers Dieu et l'homme. » Sommes-nous toujours couchés dans la poussière d'Adam ? Esaïe nous encourage à nous lever. (Bible 20) Se lever, c'est déclarer notre liberté de la poussière du péché.
 
Paul attend que nous nous focalisions sur la vraie image spirituelle de Dieu, nous conformerons nos vies à cette image. (Bible 21) C'est vrai, que nous assumons les opinions et les attitudes des gens avec lesquels nous vivons. Où passez-vous le plus de temps ? Contemplez-vous l'homme de la poussière ? Ou en apprenez-vous plus au sujet de l'homme créé par Dieu ? La Bible conclut avec la bénédiction que l'Eternel te bénit, te garde, resplendit sur toi, est aimable avec toi et t'apporte la paix. (Bible 22) Aucune malédiction, uniquement des bénédictions. Une telle condition nous rappelle l'état béni de l'homme originel - dont il est pris soin, qui est content et entièrement satisfait.
 
Il pourrait sembler qu'avoir « la pensée calme et élevée » soit contraire à l'idée de s'éveiller et de se lever, mais un vrai contentement ne peut être trouvé qu'avec une « intelligence spirituelle, » et être donc « en paix. » (S&S 26) Une vie dans la poussière de la pensée matérielle, serait une vie dans un songe, mais ce songe ne peut jamais apporter la paix qui vient avec une compréhension spirituelle. Détourner notre concentration de la vision matérielle de la création de l'homme, pécheur déchu, vers la vision spirituelle de l'homme juste, fort et libre, nous permet d'entrer à nouveau dans par les portes du Paradis. (S&S 27) Pour le sens humain, cela pourrait sembler être un processus graduel. Mais lorsque le sens spirituel de l'être est compris, le matériel s'évanouira dans le néant car il n'a jamais été vrai. (S&S 29) L'homme et la femme créés par Dieu sont toujours dans un état parfait (S&S 30) comme ils l'ont été au début, spirituels, parfaits, droits, en bonne santé, et libre de tout poussière !
 
Cette leçon métaphysique hebdomadaire est offerte sans frais au personnel et aux 1200 campeurs bénis chaque été au Camp CEDARS, ainsi qu'aux anciens élèves, leurs familles et les amis qui en font la demande. Cependant, les dons présents et futurs sont toujours nécessaires pour aider à couvrir les coûts de fonctionnement de ce service et pour réaliser les camps. Allez à l'adresse suivante pour soutenir en-ligne le travail de CedarS http://www.cedarscamps.org/giving/default.htm?id=1
Votre contribution, toujours bienvenue et déductible d'impôts, est particulièrement nécessaire pour le camp de cette année ainsi que pour le Fond de soutien "Adoptez le troupeau".
Il vous est toujours possible de faire un don en appelant le (636) 394-6162 ou d'envoyer un chèque par courrier à:
CEDARS Camps, 1314 Parkview Valley, Manchester, MO 63011  
 
Note du Directeur du Camp: Ce partage est le plus récent de la série hebdomadaire émise sans interruption depuis 8 ans. La série des "mets" (idées d'application métaphysique) de la leçon biblique existe grâce à la contribution des Praticiens résident de CedarS et occasionnellement d'autres métaphysiciens. (Pour maintenir le flux des idées du praticien intact et pour permettre de les imprimer séparément "les sujets à envisager pour l'école du dimanche" viennent sur une page séparée ou par e-mail en suivant.) L'offre de cette semaine est destinée à encourager la poursuite de l'étude et l'application des idées de la leçon et pour l'école du dimanche à dynamiser la participation des étudiants et des enseignants en herbe de notre personnel. A l'origine envoyé SEULEMENT à mes élèves de l'école du dimanche et aux campeurs, aux membres du personnel et aux familles de CedarS qui voulaient poursuivre à la maison et dans leurs écoles du dimanche à domicile le même type d'étude centrée sur la leçon, d'application et d'inspiration qu'ils ont apprécié au camp, les "mets" ne sont en aucun cas destinés à être définitifs ou concluants ni en aucune façon à se substituer à l'étude quotidienne de la leçon.Les pensées présentées sont l'inspiration d'un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension, de recul et d'angles nouveaux sur l'application quotidienne sur certaines des idées et des passages étudiés. Les Leçons Bibliques sont protégées par le droit d'auteur auprès de la Christian Science Publishing Society et sont imprimées dans le Christian Science Quarterly disponibles dans les salles de lecture de la Science chrétienne ou en ligne à eBibleLesson.com ou myBibleLesson.com.Les citations référencées (B..) sont tirées de la version King James de la Bible et (S..) du livre d'étude de Science Chrétienne : Science et Santé avec la clef des écritures de Mary Baker Eddy. La Bible et Science et Santé sont les livres ordonnés pasteurs de l'Eglise du Christ, Scientiste. La leçon biblique est le sermon lu lors des services dans chaque église de la Science Chrétienne dans le monde entier. La Leçon-Sermon parle à tous individuellement par le Christ, offrant un aperçu unique et des applications sur mesure pour chacun. Nous sommes heureux que vous ayez demandé ce partage métaphysique et nous espérons que vous trouverez ces idées utiles dans votre cheminement spirituel, en creusant plus profondément dans vos livres et en étroite liaison avec votre consolateur et Pasteur. Régalez-vous!
 
Warren Huff, Directeur du camp, director@cedarscamps.org (636) 394-6162 

Metaphysical

Recognize Mind, God, as the source of all good and all understanding! - Whenever — for...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page