Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

FIDELES DISCIPLES DE CHRIST JESUS, SOYEZ PRETS POUR « DE PLUS GRANDES » OEUVRES !

Rick Stewart, C.S., Dresden, Germany
Posted Monday, February 22nd, 2010

CHRIST JESUS, 22 au 28 février 2010
Traduction libre d'un texte de Rick Stewart, C.S., Dresden, Germany
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s'appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l'importance de l'étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l'année, et pas seulement pendant la durée du camp. La version originale en anglais de ce texte est disponible sur le site Internet de CedarS à l'adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Vous pouvez vous inscrire à cette adresse afin de recevoir ce texte en anglais, ainsi qu'en français ou en espagnol chaque mercredi.
 
FIDELES DISCIPLES DE CHRIST JESUS,
SOYEZ PRETS POUR « DE PLUS GRANDES » OEUVRES !
 
Texte d'Or : Jean 14:12 : « ... celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père »
Lorsque vous lisez ce verset, vous êtes-vous déjà entendu dire, « C'est bien ça ! »
 
Je veux dire par là, que nous connaissons les choses merveilleuses que Christ Jésus a faites. Nous sommes impressionnés par ses œuvres et l'amour qu'il a montré, et il s'attend à ce que nous fassions des « grandes œuvres » ? Après tout, son Père était Dieu ! Il était « inséparable du Christ, le Messie ». (S&S 4) et il s'attend à ce que nous fassions des « grandes œuvres ».
 
Je réfléchis à ce verset depuis quelques semaines et cela m'a fait penser à la maitresse que j'avais en 2e année d'école primaire, Ruth Urquhart.
 
Ma maitresse de 1ère année s'appelait Madame Leonard. Elle était petite, douce et gentille. Ensuite, j'ai donc eu Mme Urquhart. Elle était immense, environ 1,80 m. Elle était très stricte, et très exigeante. Et au début de l'école, elle m'a rendu malade. Je ne veux pas dire que je ne l'aimais pas, je veux dire littéralement que chaque jour, j'avais mal à l'estomac. Je devais quitter la classe, aller à l'infirmerie ou même rentrer à la maison.
 
Mais ma maman était assez vive. Elle était praticienne de la Science Chrétienne et elle savait comment chercher pourquoi nous pensons être malades. Elle savait qu'il y avait plus qu'une cause physique derrière ma maladie. Elle n'a pas commencé en essayant de voir si j'étais allergique à quelque chose se trouvant dans la classe. Elle n'a pas essayé de voir si j'avais attrapé quelque chose d'un autre camarade. Elle a fait ce qu'elle faisait toujours, elle a prié et s'est tournée vers Dieu pour qu'Il lui dise comment m'aider.
 
Et elle m'aida. Comme le principal de l'école (directeur) était un ami proche, maman lui a demandé de l'appeler dès que je serai malade, mais qu'il faudrait me garder à l'école. Et c'est ce qui se passa. Pendant quelques jours, je continuais à me sentir mal. J'allais chez l'infirmière et je m'allongeais. Et ma maman priait.
 
Ma maman a réalisé que la cause du problème était ma réaction à ma nouvelle maitresse. Elle était tellement différente de la maitresse que j'avais à l'école enfantine. A l'école enfantine, j'étais le chouchou de la maitresse. Et ma nouvelle maitresse n'avait pas de « chouchous », elle traitait chaque enfant de la même manière. Et elle s'attendait à ce que chacun fasse de son mieux. Elle demandait beaucoup à chaque élève. Et nous apprenions tous beaucoup de choses.
 
Mme Urquhart est devenue ma maitresse préférée. Elle nous a tellement enseigné. Elle nous a appris à tellement bien écrire que des gens continuent à me dire que j'ai une très belle calligraphie. Elle nous a encouragés à apprendre, apprendre, apprendre. J'aimais l'arithmétique ; elle m'a donc laissé avec un autre garçon, Barry Mitchum, prendre de l'avance dans les mathématiques. Lorsque nous avions terminés un livre d'exercice, elle nous en donnait un autre. A la fin de l'année, Barry et moi avions terminé tous les livres de mathématiques jusqu'au niveau de 6e année (enfants de 11‑12 ans) 
 
L'école était une aventure. Mme Urquhart était toujours aussi grande, mais était encore plus grande dans ce qu'elle nous encourageait à faire. Elle attendait de nous que nous fassions toujours de notre mieux et nous disait toujours que nous pouvions faire plus.
 
Lorsqu'une guérison prend place en Science Chrétienne, ce n'est pas seulement un mal de ventre qui s'en va. Il y a toujours quelque chose de plus profond, de plus grand. Vous pourriez peut-être dire qu'il se produit de « plus grandes œuvres ». Car Dieu voit les choses selon un point de vue plus grand, plus large.
 
J'ai finalement eu Mme Urquhart en 2e année, 4e année et 6e année. J'étais promu chaque année et Mme Urquhart a aussi obtenu une promotion. Un jour, c'est ma maitresse, Mme Urquhart qui a été malade. Ce n'était pas un mal d'estomac. C'est son cœur qui posait problème et elle devait s'arrêter d'enseigner. Mais devinez quoi. Comme elle nous connaissait bien ma famille et moi, elle demanda à ma maman de prier pour elle. Et elle demanda à recevoir un exemplaire de Science et Santé. Et elle a été guérie. C'est maintenant à cela que je pense, lorsque j'entends parler d'« œuvres plus grandes ».
 
Ce n'est pas comme si nous étions en compétition avec Christ Jésus pour essayer d'être meilleur que lui, ou de faire plus que ce qu'il fit. Souvenez-vous que Mme Eddy a écrit (S&S 4) dans un paragraphe au sujet de la filiation de Jésus, « Il était inséparable du Christ, le Messie... »
 
Vous pourriez dire que notre Sauveur est comme Mme Urquhart. Ils aimaient tous les deux ce qu'ils faisaient. Ils nous demandaient beaucoup. Ils s'attendaient à ce que nous apprenions beaucoup, et ... ils s'attendaient tous les deux à ce que nous utilisions ce que nous avions appris.
 
Et c'est la raison pour laquelle je pense que ce Texte d'Or est tout simplement parfait pour vous et moi. Notre bien-aimé Sauveur veut que nous fassions de notre mieux, car il sait que nous le pouvons.
 
Découvrons donc dans cette Leçon biblique, comment le faire.
 
Lecture Alternée : Le pouvoir d'éliminer les doutes au sujet de la mission messianique de Christ
Actes 10:38 : « Dieu a oint ... Jésus » Le verbe grec « chrio » signifie « oindre » - « consacrer Jésus au poste de Messie, lui fournissant tous les pouvoirs nécessaires pour son administration ; et accordant aux chrétiens, les dons du Saint-Esprit. » (www.blueletterbible.com)
 
Actes 1:40, 41 : Dieu a ressuscité Jésus et l'a montré « ouvertement » - mais uniquement à des témoins « sélectionnés ». Ceux qui ont partagé avec lui, « qui [ont] mangé et bu avec lui ». Si vous voulez donc « voir » ou recevoir la visite du Sauveur ressuscité, vous devez rompre le pain (la « grande vérité de l'être spirituel » lisez S&S page 33) et boire (le «sang de la Nouvelle Alliance », S&S p. 33) avec le Christ.
 
Jean 20 : L'élimination du doute. Le mot araméen traduit par « Thomas », et le mot grec « Didyme », se réfèrent au mot « jumeau ». Thomas est souvent mentionné sous le nom de « Thomas, celui qui doute », il n'était pas présent lorsque Jésus est apparu en premier aux disciples. Mais lorsqu'il l'a vu, il s'est exclamé, « Mon Seigneur et mon Dieu. » A cause de cela, Thomas est aussi connu sous le nom de « Thomas, celui qui croit ». Et ne pensez pas que Thomas était tout simplement sans personnalité. Dans Jean 11, Jésus entend parler de la mort de Lazare. Lorsque Jésus dit qu'il a prévu d'aller le voir et de le réveiller, les disciples le mettent en garde contre un retour en Judée, car les juifs allaient essayer de lui faire du mal. Thomas dit, « Allons-y aussi, pour que nous mourrions avec lui (Jésus) ». C'est une chose assez courageuse venant de l'homme dont il est souvent dit « qu'il doute ». Et il est aussi dit de Thomas qu'il fut le disciple qui voyagea le plus pour répandre l'Evangile. N'oubliez donc pas qu'il y a beaucoup de place pour ceux d'entre-nous qui ont parfois « douté » de leur foi en Christ.
 
Section 1 : « Tu es mon Fils bien-aimé »
Dieu a un message et il nous parvient parfois fort et clair, comme dans le verset Bible 3. « Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j'ai mis toute mon affection. » Cette section parle d'un puissant message. Il ouvre les lignes de communication. Comme l'a montré Jésus, il y a un grand pouvoir dans le fait d'entendre et d'accepter le message de filiation divine. Il permet au Christ de resplendir et permet aux autres d'entendre le même message.
 
Je me souviens d'un événement après une conférence en Argentine. J'étais allé rendre visite à des enfants avant ma conférence. Il y a avait un garçon d'environ 9 ans, qui semblait très réceptif. Je l'ai donc invité à venir se joindre à nous pour la conférence. Il a accepté et s'est assis tout devant. J'ai fait un effort particulier pour attirer son attention, en lui posant parfois des questions directement.
 
Après la conférence, il est venu vers moi avec un grand sourire et il semblait impressionné en disant, « Je ne savais pas que j'étais le fils de Dieu ! » En parlant et partageant sa perspicacité spirituelle, j'ai ressenti la profondeur de sa compréhension. J'étais un peu comme ceux qui se tenaient là lorsqu'ils entendirent des cieux, « Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j'ai mis toute mon affection. »
 
Ce petit garçon avait tellement bien compris sa relation à Dieu que sa déclaration portait en elle le pouvoir de Christ. Il savait qu'il était le fils de Dieu.
 
S&S 5 : « L'homme réel étant lié par la Science à son Créateur, les mortels n'ont qu'à se détourner du péché et à perdre de vue le moi mortel pour trouver le Christ, l'homme réel et sa relation à Dieu, et pour reconnaître la filialité divine. »
 
Section 2 : Foi dans le pouvoir du Principe divin
Bible 6 : Le Psalmiste nous dit que le Seigneur envoie sa parole et guérit les enfants des hommes.
Bible 7 : Esaïe reconnaît que l'onction de Dieu résulte en la guérison et le réconfort. Une fois encore, ce sens « d'onction » pourrait être considéré comme une forme de qualification ou d'autorité.
Bible 8 : Un homme s'est tourné vers Jésus pour qu'il sauve son enfant qui était sur le point de mourir. Il demanda à Jésus, « Seigneur, descends avant que mon enfant ne meure. » Mais lorsque Jésus lui dit qu'il pouvait rentrer chez lui, que son enfant était en vie, il crut ce qu'il lui disait. Il apprit plus tard que son enfant avait été guéri au moment où Jésus avait parlé.
 
S&S 7 : Un Sauveur corporel ou un Principe rédempteur ? La Science Chrétienne nous aide à faire confiance au Principe divin, Dieu, à la place de la matière qui a peur. Comme cet officier du roi, nous cherchons souvent en premier une présence personnelle, comme solution à une maladie. Nous apprenons alors à avoir foi dans « le Christ, la Vérité, en tant que seule puissance curative et rédemptrice. »
 
Section 3 : « La foi, élevée jusqu'à la compréhension spirituelle »
Mary Baker Eddy fait remarquer dans S&S 11 qu'en grec et en hébreu, le mot traduit par « belief » (croyance) est différent du verbe anglais, « believe » (croire) Les textes originels ont plus le sens de « foi, compréhension, confiance, constance, rigueur. »
 
Bible 11, 12 : La plupart des commentaires bibliques se réfèrent à la guérison dans Matthieu 17 comme à la guérison de l'épilepsie. (Bien que cela ne soit pas compris dans la Leçon biblique, la rencontre entre Jésus, Moïse et Elie sur le Mont de la Transfiguration débute ce chapitre. Il y avait 1'300 ans et 900 ans qui séparaient Jésus de ces prophètes. Mais il parla avec eux et les disciples les ont vus et reconnus.)
 
Cela pourrait être considéré comme un prélude intéressant à la guérison d'une maladie qui est souvent considérée comme héréditaire. La réunion de Jésus avec les prophètes dont trois disciples ont été témoins, défie toutes les lois de la matière étant soi-disant à la base de la vie. L'ADN ne pouvait pas dupliquer Moïse et Elie, mais l'Esprit le pouvait. La matière n'était pas la base de la Vie ; c'est l'Esprit qui l'était. Et c'était le Christ, l'esprit de la Filialité divine, qui combla cette période, vers la Vie éternelle et spirituelle.
 
Était-ce donc si incroyable pour Jésus de guérir le jeune garçon de l'épilepsie ? Uniquement pour la croyance mortelle matérielle et limitée. La réunion entre Jésus et ces prophètes, et la guérison du jeune garçon donnent une preuve merveilleuse de vie indépendante de l'ADN, ou des limites de l'existence matérielle.
 
La lecture de cette guérison de l'épilepsie me rappelle une guérison d'un ami de longue date, Warren Wagner. Enfant, Warren devait prendre beaucoup de médicaments pour contrôler les effets de l'épilepsie. Adolescent, il s'intéressa à des conversations occasionnelles dans sa famille où il était fait référence au mot « Science ». Il était toujours intrigué par ces conversations et découvrit que la « Science » dont il était question, était la Science Chrétienne. Le père de Warren avait connu la Science Chrétienne, lorsqu'il était enfant, mais n'avait pas accroché à cette idée étant adulte.
 
Plus Warren en apprenait au sujet de la Science Chrétienne et plus il trouvait cela intéressant. Il prit contact avec un praticien de la Science Chrétienne et devint très proche de lui. Le praticien et sa femme ont été un soutien important lorsque Warren commença à étudier la Science Chrétienne. Warren trouva bientôt une liberté qu'il n'avait jamais connue.
 
Warren dit que la guérison avait pris quelques années et il avait particulièrement été touché à diverses occasions, lorsque la présence de Christ a été une présence tangible. C'était une lumière chaude, naissante, qui le laissait avec une assurance certaine que « tout est bien. » Il y eut non seulement un calme et une paix qui s'installèrent, mais aussi un rétablissement physique qu'il savait être l'activité du Consolateur, le Christ, la Vérité.
 
Section 4 : Le Christ est une ferme fondation, pas une personne !
La partie du monde dont je suis originaire (Floride, USA) est caractérisée par de nombreuses églises. Et parfois, sur la même petite route, il peut y avoir deux ou trois église de la même confession. J'ai entendu qu'on nommait ces églises, « grudge churches » (les églises de la rancune). Quelqu'un s'est fâché avec d'autres membres de son église et est allé un peu plus bas dans la rue pour former une nouvelle église. Leurs visions et opinions entrèrent en conflit entre eux et au lieu de changer de vision, ils formèrent une nouvelle église.
 
Le monde qui semble rétrécir tout le temps pourrait ressembler à cette petite rue et ses nombreuses églises. Lorsque des divisions éclatent, nous voyons souvent la fondation d'une nouvelle confession.
 
Citation Bible 12 nous demande de considérer attentivement la vraie fondation pour une église (selon différentes versions de la Bible en anglais).
Bible 12 : The Message dit « Observe attentivement. Je pose une fondation en Sion, une fondation solide en pierre, angulaire et vraie. Et c'est la signification de la pierre : une vie confiante qui ne s'effondre pas. »
Bible 12 : New International Version dit « celui qui croit ne sera jamais découragé. »
Bible 12 : Amplified Bible dit « celui qui croit (a confiance en, s'appuie sur, adhère à cette pierre) n'aura pas honte et ne cédera pas le pas [pris de panique]. »
 
Bible 13 : Jésus demande aux disciples de reconnaître qui il était. Les disciples exprimèrent certaines opinions qui planaient concernant qui était Jésus. Et Pierre déclara alors fermement, « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » (Matth. 16:16) Jésus approuva la réponse de Pierre et déclara, « je te le dis : tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. »
 
S&S 14, 15, 16 : Toutes ces citations dans Science et Santé ont à voir avec la réponse ferme que Pierre donna à la question de Jésus : « Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l'homme ? »
 
S&S 16 : C'était « la Vie, la Vérité et l'Amour divins, non une personnalité humaine, [qui] était le guérisseur des malades, un roc, une fondation solide » pour bâtir.
 
Cette reconnaissance trouve peu de place pour qu'une personnalité humaine ou des visions changeantes ébranlent la fondation de l'Eglise. La reconnaissance du Christ, la Vérité, apporte la guérison dans le corps humain et dans le corps de l'église.
 
Section 5 : La foi dans le Sauveur ressuscité, le Christ
Bible 16 : Une foi durable lorsque les sens pourraient nous empêcher de voir le Christ ressuscité. Jésus est d'abord apparu à Marie de Magdala, mais lorsqu'elle l'a dit aux disciples, ils ne l'ont pas crue. (Combien d'hommes ont-ils fait la même erreur ? Je sais que j'en fais partie, mais j'essaie d'apprendre à corriger cela.)
 
Jésus « reprocha » aux disciples « leur incrédulité et la dureté de leur coeur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient vu ressuscité. »
« Reprocher » signifie : 1) critiquer sévèrement ; 2) réprimander sévèrement, avec véhémence. (Merriam-Webster Dictionary.)
 
S&S 17, 18 : Les disciples ont beaucoup appris de la résurrection de Jésus. Leurs yeux s'étaient ouverts. Ils partagèrent ce qu'ils avaient appris et leur œuvre était caractérisée par des « signes ».
 
Don Flemin, un ami d'Arkansas, partagea l'observation suivante :
« Ne sommes-nous pas souvent troublés, dérangés et même découragés par le soi-disant cours des événements dans les expériences humaines ? Les choses ne semblent pas du tout se passer comment nous l'avions prévu, et nous sommes donc parfois contrarié - essayant de dire à Dieu ce qu'Il doit faire ! Mais nous devons continuer à avoir la confiance constante de l'enfant, une foi inébranlable et nos pensées constamment alignées avec la Vérité. »
 
J'ai récemment entendu une histoire au sujet des impalas que j'ai trouvé intéressante (et je suis sûr que vous la connaissez déjà).
-      Les impalas sont des sauteurs incroyables.
-      Ils peuvent sauter à environ 3m de haut.
-      En courant, ils peuvent faire des bonds de 10m.
-      Mais ils peuvent aussi être bloqués devant une clôture de 2m de haut s'ils ne peuvent pas voir ce qu'il y a derrière la clôture - ils ne sauteront pas s'ils ne peuvent pas voir ce qui s'y trouve.
N'est-ce pas exactement le même genre de limitation où l'entendement mortel aimerait placer l'homme ? Ne sommes-nous pas tous, à un moment ou un autre, limités dans notre capacité, car nous ne voulons pas quitter notre « zone de confort » et quitter une foi inébranlable, seulement parce que nous aimerions voir le résultat final pour qu'il se produise ?
 
Laissons notre sens et notre foi spirituels nous guider pour sauter par-dessus les barrières réductrices d'une existence mortelle. Vous pouvez le faire.
 
Section 6 : Un espoir pour nous tous, grâce au Christ ressuscité.
Bible 18 : Pierre et Jean démontrent leur foi dans le Christ qui guérit. Un homme qui n'avait jamais marché espérait qu'ils pourraient l'aider. Ils ne lui donnèrent pas « l'aumône ». Au lieu de cela, ils partagèrent leur compréhension et ils le guérirent. Lorsque les gens ont été étonnés par la guérison, Pierre les a prévenus qu'ils ne devaient pas être impressionnés par cette guérison. Elle n'avait pas eu lieu grâce à la capacité, la valeur ou la sainteté de Pierre et Jean. C'était la foi dans la parole, les œuvres et la vie de Christ Jésus.
 
S&S 21 : « Comprenant la loi spirituelle et sachant qu'il n'existe pas de loi matérielle, Jésus dit : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : ... Ils saisiront des serpents ; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris." »
La promesse de Jésus est éternelle.
 
Et qu'en est-il des « œuvres plus grandes » ? J'ai hâte de voir ce que vous allez faire !
 
 
 
 
Cette leçon métaphysique hebdomadaire est offerte sans frais au personnel et aux 1200 campeurs bénis chaque été au Camp CEDARS, ainsi qu'aux anciens élèves, leurs familles et les amis qui en font la demande. Cependant, les dons présents et futurs sont toujours nécessaires pour aider à couvrir les coûts de fonctionnement de ce service et pour réaliser les camps. Allez à l'adresse suivante pour soutenir en-ligne le travail de CedarS http://www.cedarscamps.org/giving/default.htm?id=1
Votre contribution, toujours bienvenue et déductible d'impôts, est particulièrement nécessaire pour le camp de cette année ainsi que pour le Fond de soutien "Adoptez le troupeau". Il vous est toujours possible de faire un don en appelant le (636) 394-6162 ou d'envoyer un chèque par courrier à:
CEDARS Camps, 1314 Parkview Valley, Manchester, MO 63011  
 
Note du Directeur du Camp: Ce partage est le plus récent de la série hebdomadaire émise sans interruption depuis 8 ans. La série des "mets" (idées d'application métaphysique) de la leçon biblique existe grâce à la contribution des Praticiens résident de CedarS et occasionnellement d'autres métaphysiciens. (Pour maintenir le flux des idées du praticien intact et pour permettre de les imprimer séparément "les sujets à envisager pour l'école du dimanche" viennent sur une page séparée ou par e-mail en suivant.) L'offre de cette semaine est destinée à encourager la poursuite de l'étude et l'application des idées de la leçon et pour l'école du dimanche à dynamiser la participation des étudiants et des enseignants en herbe de notre personnel. A l'origine envoyé SEULEMENT à mes élèves de l'école du dimanche et aux campeurs, aux membres du personnel et aux familles de CedarS qui voulaient poursuivre à la maison et dans leurs écoles du dimanche à domicile le même type d'étude centrée sur la leçon, d'application et d'inspiration qu'ils ont apprécié au camp, les "mets" ne sont en aucun cas destinés à être définitifs ou concluants ni en aucune façon à se substituer à l'étude quotidienne de la leçon. Les pensées présentées sont l'inspiration d'un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension, de recul et d'angles nouveaux sur l'application quotidienne sur certaines des idées et des passages étudiés. Les Leçons Bibliques sont protégées par le droit d'auteur auprès de la Christian Science Publishing Society et sont imprimées dans le Christian Science Quarterly disponibles dans les salles de lecture de la Science chrétienne ou en ligne à eBibleLesson.com ou myBibleLesson.com.Les citations référencées (B..) sont tirées de la version King James de la Bible et (S..) du livre d'étude de Science Chrétienne : Science et Santé avec la clef des écritures de Mary Baker Eddy. La Bible et Science et Santé sont les livres ordonnés pasteurs de l'Eglise du Christ, Scientiste. La leçon biblique est le sermon lu lors des services dans chaque église de la Science Chrétienne dans le monde entier. La Leçon-Sermon parle à tous individuellement par le Christ, offrant un aperçu unique et des applications sur mesure pour chacun. Nous sommes heureux que vous ayez demandé ce partage métaphysique et nous espérons que vous trouverez ces idées utiles dans votre cheminement spirituel, en creusant plus profondément dans vos livres et en étroite liaison avec votre consolateur et Pasteur. Régalez-vous!
 
Warren Huff, Directeur du camp, director@cedarscamps.org (636) 394-6162 

Metaphysical

Wake Up from the Dream to Reality! - Are you a prophet? A spiritual seer? A prophet is someone...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page