Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

CELEBRONS LE POUVOIR GUERISSEUR DU SACREMENT - SPIRITUALISE ET VECU !

Kerry Jenkins, C.S., House Springs, MO
Posted Monday, January 3rd, 2011

SACREMENT, 3 au 9 janvier 2011
Traduction libre d'un texte de Kerry Jenkins, C.S. of House Springs, MO, USA
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s'appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l'importance de l'étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l'année, et pas seulement pendant la durée du camp. Vous pouvez vous inscrire pour les recevoir gratuitement - en anglais chaque lundi, et vous pouvez en recevoir une traduction gratuite, chaque mercredi, en français grâce à Pascal ou Denise, en espagnol grâce à Ana, Erick, Claudia and Patricio et en allemand grâce à Helga. Vous pouvez vous y inscrire à l'adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Nous recherchons d'autres traducteurs qui seraient prêts à participer à ces traductions hebdomadaires. Vous pouvez envoyer un email à Warren pour proposer vos services à l'adresse director@cedarscamps.org]
 
CELEBRONS LE POUVOIR GUERISSEUR DU SACREMENT - SPIRITUALISE ET VECU !
 
La plupart d'entre-nous avons une idée de ce que signifie le Sacrement, mais j'ai pensé qu'il pourrait être utile de donner une rapide définition du dictionnaire, pour ceux pour qui c'est moins familier. Une définition du dictionnaire Webster dit : « Un acte religieux solennel qui est sacré comme un signe ou symbole de réalité spirituelle ; particulièrement un acte qu'on pense avoir été institué ou reconnu par Jésus Christ. »
 
Le Texte d'Or de cette Leçon pose la base avec l'appel à « ador[er] le Père en esprit et en vérité » et tout au long de la Leçon, nous trouvons différents exemples de la manière de le faire. L'adoration spirituelle signifie de voir les différentes cérémonies auxquelles Jésus-Christ participa ou initia, comme un symbole de l'esprit Christ actif ou du Saint-Esprit, apportant la guérison et la compréhension à ses disciples et, plus largement, à l'humanité. Jésus nous a toujours encouragés à nous concentrer sur les œuvres, l'activité du Christ, et non à définir des règles ou des lois d'Eglise ; il nous a toujours fait voir l'esprit qui se cache derrière les lois de l'Eglise. Il est alors parfait que la Lecture Alternée contienne une lettre émouvante de Paul à l'Eglise d'Ephèse. De nos jours, comme alors, les paroles de Paul sont puissantes et encourageantes, priant pour notre bien-être spirituel, notre inspiration, pour que nous puissions « connaître l'amour de Christ » et « remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu. » Et il termine avec une bénédiction pour la gloire de l'église « en Jésus-Christ, dans toutes les générations ». C'est une merveilleuse lettre pour nous, de nos jours, que nous soyons membres d'une église ou non, émouvante et encourageante !
 
Section 1
La première section se concentre sur le sacrement du baptême. Jésus nous encourage à repenser les visions traditionnelles de pureté lorsqu'il guérit les 10 lépreux qui l'appelaient de loin (s'étant probablement approchés autant qu'ils le pensaient possible, avec leur statut de banni !). Ils ont eu une vraie expérience baptismale.
 
Dans la citation S&S 1, Mme Eddy écrit avec compassion que le baptême de l'Esprit, purifie le corps ... ce baptême spirituel ne purifie pas simplement notre pensée, mais comme le prouva Jésus avec les lépreux, il touche aussi nos corps. C'est une promesse délicate que ces idées spirituelles ne sont pas trop élevées pour que nous puissions les éprouver, mais qu'elles sont la présence du Christ touchant notre conscience. Plus loin, les citations suivantes de Science et Santé confirment que nous voyons et démontrons notre vraie pureté par notre travail actif de chrétiens - et pas seulement comme rituel religieux. Jésus montra par sa « démonstration de l'Amour », ce que nous devons faire en tant que ses disciples. Il est important de se souvenir que notre propre « démonstration de l'Amour » n'a pas besoin d'être un exemple particulièrement spectaculaire.
 
Les enfants nous donnent souvent les plus simples et plus belles illustrations de ce genre de pureté. Récemment, notre famille luttait contre une avalanche agressive de défis physiques qui empêchaient les enfants d'aller à l'école et qui m'empêchaient d'aller à la chorale. Alors que je priais un après-midi, mon enfant de six ans, Huck, m'a demandé pourquoi je priais. Je lui ai expliqué et il a immédiatement offert son aide. Il a sorti ses propres livres, est allé directement au livre Exode 20 où il savait qu'il trouverait les Dix Commandements, et a commencé à les lire. Il a ensuite sorti son hymnaire et a chanté ses hymnes préférés. J'ai bien entendu été un peu distrait par sa lecture méticuleuse à haute voix (il débute encore en lecture), mais j'ai reconnu que, plus qu'un exemple touchant d'une confiance innocente qu'un petit garçon avait dans l'efficacité de la prière, c'était un message qui m'était destiné, de croire que sa propre compréhension de la bonté de Dieu, de la présence de Christ, avait la puissance de renverser la situation à laquelle nous faisions face. Il a pu retourner à l'école le lendemain et a terminé la semaine avant les vacances de Noël, y compris en chantant à son concert de Noël le dernier soir.
 
Section 2
Le rituel qui est décrit ici est celui du sacrement de l'Eucharistie, le partage du pain et du vin par Jésus lors du Dernier Repas, avant qu'il soit crucifié. J'ai trouvé la citation Bible 4 facile à comprendre dans différentes traductions ; et la version de New Living Translation est particulièrement inspirante. C'est une lettre que Paul a adressé aux membres de l'église de Corinthe concernant leur observation du repas de la Pâque (le même repas où Jésus partagea le pain et le vin de nombreuses années plus tôt). Paul leur a reproché de ne pas être réellement intéressé de « manger le repas du Seigneur. Certains d'entre vous sont pressés de manger leur propre repas sans le partager avec d'autres. Le résultat est que certains ont faim pendant que d'autres se soûlent. Quoi ? N'avez-vous pas vos propres foyers pour manger et boire ? Ou voulez-vous vraiment déshonorer l'église de Dieu et faire honte aux pauvres ? » Et la dernière partie de cette citation donne une lumière nouvelle à la formulation de The Message : « Vous ne devez jamais laisser la familiarité engendrer le mépris. » (En d'autres mots, des cérémonies sans la pensée et l'action justes n'ont pas de sens.) « Examinez vos motivations, testez votre cœur, venez à ce repas avec une crainte respectueuse. » Si nous nous approchons du sacrement, cet acte symbolique de notre Maître, avec « une crainte respectueuse », nous pouvons alors nous attendre à de grandes choses, à une véritable activité de guérison ! Aussi dans cette lettre aux Corinthiens, Paul fait une distinction entre les pains avec levain et « les pains sans levain de la pureté et de la vérité. » Le pain sans levain est bien sûr représentatif du pain de la Pâque que les enfants d'Israël devaient cuire en hâte avant de sortir d'Egypte. Mais ici il représente aussi la simplicité, la pureté de pensée, et l'action prise lors d'une période de besoin désespéré. Mme Eddy, je pense, répète ce besoin désespéré dans la citation S&S 7, où les disciples ressentent un grand désespoir concernant l'avenir de leur Maître. Cette vérité pure et simple qu'il a partagée avec le pain sans levain de la Pâque, signifiait qu'il leur était donné une nourriture spirituelle lorsqu'ils en avaient besoin. C'était un pain qui devait apporter le réconfort, guérir, un pain de démonstration scientifique, pas un pain à perdre dans une tradition ritualiste de mort. Notre participation cette semaine à la célébration du Sacrement est plus basée sur le fait de démontrer les grandes vérités de guérison du Christ, que de commémorer un événement sacré.
 
Section 3
La cérémonie que nous voyons dans cette section n'est pas souvent pratiquée de nos jours. C'est le rituel où Jésus lave les pieds de ses disciples. C'était un acte délicat d'amour. Jésus est concentré sur ce moment angoissant pour les disciples, mais plus largement pour l'humanité. Par cet acte d'amour et de dévotion, il illustre le grand besoin d'aimer humblement son prochain. Il nous a dit que ce n'est qu'en aimant son prochain comme il nous a aimés, que nous suivons réellement son exemple. La citation S&S 11 contient cette phrase familière et tellement appréciée concernant « Ce dont nous avons le plus besoin... » Cela indique ce que nous devons faire pour montrer notre amour pour Jésus et notre dévotion pour sa mission. C'est par notre propre transformation de pensée et d'action que nous montrons notre vraie adoration du Père et notre amour approprié de Son fils. Dans la citation S&S 13, Mme Eddy nous met au défi de ne pas simplement désirer faire mieux (ce que nous faisons tous), mais de mettre ces désirs quotidiennement en pratique en « portant la croix ». En d'autres mots, il n'est pas suffisant de « désirer ardemment » croitre en grâce, mais nous devons faire que notre désir soit « exprimée par la patience, l'humilité, l'amour et les bonnes œuvres. » Combien de manières pouvons-nous trouver cette semaine pour laver les pieds de notre prochain, de manière figurée ? Qu'est-ce que cela signifie pour nous ? C'est un acte de profonde humilité et d'amour, habituellement pas un acte qu'on pourrait attendre de quelqu'un. C'est certainement quelque chose à méditer ! Il y a quelques années, lorsque j'étais un membre d'une petite église isolée, j'ai été nommée au poste de responsable du comité de musique. C'était une tâche qui me convenait, étant musicienne, mais elle demandait beaucoup de travail pour trouver des organistes ; et d'habitude, ceux que je trouvais n'étaient pas vraiment de bons musiciens. C'était surtout dû à une très mauvaise qualité de notre orgue. Mais après des mois où j'ai appelé différentes personnes pour essayer de chanter avec des accompagnateurs qui pouvaient à peine apprendre un hymne et encore moins un solo, j'ai abandonné l'orgue et j'ai apporté le petit piano droit de l'Ecole du Dimanche. Cela ressemblait à une réponse à la prière en étant capable de trouver une bonne pianiste à l'université de la région. La musique qu'elle jouait était de bonne qualité, répondait au « degré reconnu de valeur musicale » mentionné à l'article « musique » dans le Manuel de l'Eglise Mère (p. 61) Il était facile de travailler avec elle et elle pouvait jouer une large variété du répertoire de solos que j'aimais chanter. Après de nombreuses années de musique de qualité, un dimanche, un membre âgé m'a collé au mur de l'église de manière très impressionnante et menaçante. Lui et sa femme avaient apparemment donné le piano pour qu'il soit utilisé à l'Ecole du Dimanche et il était très fâché que nous n'ayons pas respecté son don en déplaçant le piano dans l'Eglise. Il était aussi très fâché que je n'aie pas demandé à sa femme de jouer à l'orgue (je l'avais fait et elle avait refusé) ; et a continué dans cette voie. J'étais tellement surprise que je n'avais pas grand-chose à dire si ce n'est de m'excuser et de lui assurer que le piano retournerait tout de suite à l'Ecole du Dimanche. Après une bonne crise de larmes (je n'avais pas l'habitude de me faire crier dessus ainsi), je me suis mise à prier pour savoir quoi faire. J'ai bien sûr remis le piano à sa place, mais j'ai aussi tout de suite pardonné à ce membre, sachant qu'il se sentait probablement délaissé et qu'il avait exprimé cela avec une force inutile car il avait pensé par erreur que j'avais volontairement agit contre ses souhaits. Mais j'avais dépassé cela, car j'étais très affectée par le changement qui semblait inévitable et qui me coûterait de nombreuses heures passées au téléphone pour chercher à nouveau des organistes. Mais tout en calmant humblement ma pensée, me reposant sur le pardon et l'espoir, au lieu du désespoir, j'ai pu progresser dans ma prière avec l'idée que la musique était une part de notre service basée sur le Manuel. C'était plus qu'un joli accompagnement du service de notre église. En fait, cela concernait plus de 30 minutes du service, si on comprend le prélude, le postlude, la collecte, le solo et trois hymnes. J'avais donc le droit de m'attendre à ce que ce besoin soit répondu avec grâce. Le résultat a été que j'ai trouvé deux organistes qui avaient eu un enseignement classique et pour qui le salaire était une bénédiction qui leur permettait d'oublier la mauvaise qualité de l'orgue. Ils ont joués assez longtemps, jusqu'à ce que notre église vote l'achat d'un joli grand piano qui a été facile à trouver et qui a permis de conserver d'excellents musiciens depuis lors ; et comme bénéfice supplémentaire, l'église héberge maintenant des récitals de piano et des petits concerts de toutes sortes, grâce au joli instrument qu'ils ont. D'une certaine manière, j'ai le sentiment que c'était l'une des opportunités que j'avais de laver les pieds de mon prochain. C'est venu sous la forme d'être prêt à accepter d'abandonner ce qui semblait une victoire chaudement disputée pour chercher un pianiste régulier pour devoir ensuite revenir à un orgue affreux. C'était nécessaire de le faire pour aider le membre contrarié à se sentir aimé et respecté ; et je devais le faire avec compréhension et grâce.
 
Section 4
Dans la citation Bible 8, nous trouvons Jésus et ses disciples dans le Jardin de Gethsémané. Ici Jésus a demandé si cette coupe amère pouvait être éloignée de lui, mais affirme aussi son humilité en disant que la volonté de Dieu devait être faite, et non la sienne. S'il y avait un meilleur exemple d'humble amour pour l'humanité, il se trouvait à ce moment dans l'histoire. Sa volonté de vivre sa vie en complète dévotion pour l'humanité, même au point de guérir l'oreille de l'un des soldats venus l'arrêter, qui avait été blessé par l'un des disciples. C'était alors incompréhensible. Les disciples n'ont pas même pu comprendre cela après sa résurrection. Le sacrifice était tellement grand que comme le souligne Mme Eddy dans la citation S&S 15, cela a dû être fait par le Principe divin, l'Amour. J'ai trouvé intéressant de réfléchir à ce que dit Mme Eddy dans la citation S&S 18 lorsqu'elle parle de la guerre entre l'idée spirituelle et la religion superficielle. L'idée spirituelle, représentée par Jésus-Christ, était une idée d'action et de bénédiction qui rendait la religion ritualiste mauvaise et vide. C'était ce conflit qui amena les Pharisiens à la conclusion que s'ils tuaient ce représentant de clairvoyance et de vitalité spirituelle, ils ne paraitraient alors pas si inefficaces. Mais comme nous le savons, « Le Christ présente l'homme indestructible, que l'Esprit crée, constitue et gouverne. » Nous pouvons trouver la guérison à un plus petit niveau en laissant de côté notre propre volonté. Nous pouvons essayer d'abandonner nos désirs et leur permettre d'être « façonnés et élevés avant de prendre forme en paroles et en actions » comme nous le dit Mme Eddy dans Science et Santé à la page 1. Cette ardeur de nos prières/désirs, est un processus qui laisse tomber la volonté humaine et qui écoute le bien que Dieu a toujours en magasin pour nous. Ma fille a eu une rapide guérison de tous les symptômes d'une infection de la vessie en laissant simplement tomber un désir fort qu'elle avait d'assister à un mariage auquel elle était invitée. Elle a non seulement été complètement guérie en moins d'un jour, mais a aussi pu s'occuper des plans qu'elle avait pour le week-end. Le plan que Dieu a pour nous est toujours bon, mais nous devons être assez humbles pour savoir que Son plan pourrait ne pas être le nôtre.
 
Section 5
Jésus est apparu en premier à Marie de Magdala. (Bible 11) Cela me fait penser à la pureté et au désir humble qu'elle avait de croître. Le désir était exprimé dans ses actes et lui permit d'être le premier témoin de la résurrection de Jésus.
Jésus rencontra ses disciples à la mer où ils étaient retournés à leur ancien travail, pensant apparemment que tout ce qu'il leur avait enseigné n'avait servi à rien. (Bible 12) Cela semble correspondre à la tendance que nous sommes nombreux à avoir, de nous focaliser sur notre activité ou travail actuel sans considérer la merveilleuse œuvre qu'était la vie de Jésus ! C'est certainement facile à faire. Les demandes de notre époque sont grandes et les tâches sans fin (si vous êtes comme moi !) Mais il y a un appel primordial à agir, l'action que Jésus nous a demandé faire pour guérir, croître en compréhension, bénir l'humanité, se repentir (repenser). C'est ce qu'il a finalement enseigné à ses disciples lorsqu'ils sont retournés sur les berges après une nuit de pêche désespérément infructueuse. Il demanda qu'ils jettent leurs filets du « côté droit ». En fait, il leur demandait s'engager dans l'œuvre fertile de suivre les actes leur Maître. Ce petit déjeuner qui est décrit dans la Bible est le plus élevé du Sacrement que nous honorons, la demande réelle de suivre le chemin de Jésus. J'ai trouvé une jolie « résolution de nouvelle année » dans la citation S&S 20 : « Nous devons prendre la résolution de porter la croix, et aller de l'avant, le cœur honnête, pour travailler et veiller afin de trouver la sagesse, la Vérité et l'Amour. Nous devons "prier sans cesse". » C'est certainement une résolution valable.
 
Section 6
Nous allons finalement aborder le sujet de l'Eglise et des membres de l'église dans notre étude du culte. Cela semble un endroit logique pour conclure, car la plupart d'entre-nous pense en premier à l'église lorsqu'il est question de culte. La première église chrétienne est dépeinte dans la citation Bible 15, comme un endroit d'une certaine mobilité carles disciples pratiquaient leur culte non seulement dans le « temple », mais aussi en « rompa[nt] le pain dans les maisons, ... avec joie et simplicité de cœur ». J'aime cette idée d'église sans murs. Il est intéressant de voir qu'après l'ascension de Jésus, une église a été créée. C'était comme si un manque de confinement dans la matière concrétisée avec l'ascension puisse correspondre avec un sens plus vital et spirituel de l'église. Et la question est alors de savoir comment garder l'église ouverte à la vigueur de la révélation, et pas limitée par un quelconque sens de procédure ritualiste et traditionnel. Je pense que c'est fait, une fois encore, par un culte actif, un culte qui comporte la guérison ! Si nous voulons révolutionner le monde, nous devons, comme nous le dit Mme Eddy dans la citation S&S 24, faire les œuvres de notre Maître. Il est intéressant de voir qu'elle a initialement écrit que pour être membre de son église, il fallait une preuve de guérison. Elle n'a pas inclut cela dans son Manuel. Mais nous pouvons voir où elle a inclut cela dans Science et Santé. (S&S 22) « Nous ne pouvons nous unir à cette église que dans la mesure où nous sommes nés à nouveau de l'Esprit, où nous atteignons à la Vie qui est la Vérité, et à la Vérité qui est la Vie, en produisant les fruits de l'Amour - en chassant l'erreur et en guérissant les malades. » Ici encore, nous voyons les exigences actives liées au fait d'être disciple. C'est l'opposé du culte rituel. C'est le culte vivant, plein de souffle, actif, Christ, que Jésus demanda.
 
Cette leçon métaphysique hebdomadaire est offerte sans frais au personnel et aux 1200 campeurs bénis chaque été au Camp CEDARS, ainsi qu'aux anciens élèves, leurs familles et les amis qui en font la demande. Cependant, les dons présents et futurs sont toujours nécessaires pour aider à couvrir les coûts de fonctionnement de ce service et pour réaliser les camps. Allez à l'adresse suivante pour soutenir en-ligne le travail de CedarS http://www.cedarscamps.org/giving/default.htm?id=1
Votre contribution, toujours bienvenue et déductible d'impôts, est particulièrement nécessaire pour le camp de cette année ainsi que pour le Fond de soutien "Adoptez le troupeau". Il vous est toujours possible de faire un don en appelant le (636) 394-6162 ou d'envoyer un chèque par courrier à:
CEDARS Camps, 1314 Parkview Valley, Manchester, MO 63011  
 
Note du Directeur du Camp: Ce partage est le plus récent de la série hebdomadaire émise sans interruption depuis 8 ans. La série des "mets" (idées d'application métaphysique) de la leçon biblique existe grâce à la contribution des Praticiens résident de CedarS et occasionnellement d'autres métaphysiciens. (Pour maintenir le flux des idées du praticien intact et pour permettre de les imprimer séparément "les sujets à envisager pour l'école du dimanche" viennent sur une page séparée ou par e-mail en suivant.) L'offre de cette semaine est destinée à encourager la poursuite de l'étude et l'application des idées de la leçon et pour l'école du dimanche à dynamiser la participation des étudiants et des enseignants en herbe de notre personnel. A l'origine envoyé SEULEMENT à mes élèves de l'école du dimanche et aux campeurs, aux membres du personnel et aux familles de CedarS qui voulaient poursuivre à la maison et dans leurs écoles du dimanche à domicile le même type d'étude centrée sur la leçon, d'application et d'inspiration qu'ils ont apprécié au camp, les "mets" ne sont en aucun cas destinés à être définitifs ou concluants ni en aucune façon à se substituer à l'étude quotidienne de la leçon. Les pensées présentées sont l'inspiration d'un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension, de recul et d'angles nouveaux sur l'application quotidienne sur certaines des idées et des passages étudiés. Les Leçons Bibliques sont protégées par le droit d'auteur auprès de la Christian Science Publishing Society et sont imprimées dans le Christian Science Quarterly disponibles dans les salles de lecture de la Science chrétienne ou en ligne à eBibleLesson.com ou myBibleLesson.com.Les citations référencées (B..) sont tirées de la version King James de la Bible et (S..) du livre d'étude de Science Chrétienne : Science et Santé avec la clef des écritures de Mary Baker Eddy. La Bible et Science et Santé sont les livres ordonnés pasteurs de l'Eglise du Christ, Scientiste. La leçon biblique est le sermon lu lors des services dans chaque église de la Science Chrétienne dans le monde entier. La Leçon-Sermon parle à tous individuellement par le Christ, offrant un aperçu unique et des applications sur mesure pour chacun. Nous sommes heureux que vous ayez demandé ce partage métaphysique et nous espérons que vous trouverez ces idées utiles dans votre cheminement spirituel, en creusant plus profondément dans vos livres et en étroite liaison avec votre consolateur et Pasteur. Régalez-vous!
 
Warren Huff, Directeur du camp, director@cedarscamps.org (636) 394-6162 

Metaphysical

GEMS to wash away blame-game feelings and their bodily results with floodtides of Love! - GEMS...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page