Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

L'HOMME DE DIEU NE TREBUCHE JAMAIS!

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Monday, October 31st, 2011

ADAM ET L'HOMME DECHU, 31 octobre-6 novembre 2011
Traduction libre d'un texte de Craig L. Ghislin, C.S. Glen Ellyn, Illinois
par Denise Melchner et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s'appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l'importance de l'étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l'année, et pas seulement pendant la durée du camp. Vous pouvez vous inscrire pour les recevoir gratuitement - en anglais chaque lundi, et vous pouvez en recevoir une traduction gratuite, chaque mercredi, en français grâce à Pascal ou Denise, en espagnol grâce à Ana, Erick, Claudia and Patricio et en allemand grâce à Helga. Vous pouvez vous y inscrire à l'adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Nous recherchons d'autres traducteurs qui seraient prêts à participer à ces traductions hebdomadaires. Vous pouvez envoyer un email à Warren pour proposer vos services à l'adresse director@cedarscamps.org]
 
L'homme de Dieu ne trébuche jamais!
 
Quand je considère le titre de la leçon de cette semaine: "Adam et l'homme déchu", je visualise mentalement une idée spirituelle à l'origine parfaite qui plonge dans une chute vertigineuse de son état céleste pour s'écraser sur une terre pleine de péchés, comme un ange banni. En réalité, bien de théologies anciennes ont promu un tel point de vue, un homme parfait qui perd la grâce et se retrouve dans un état de décrépitude morale et mortelle. Le mot grec qui correspond à préserver de toute chute dans le Texte d'Or veut en fait dire : préserver de trébucher, comme un cheval qui ne trébuche jamais. Pour ceux qui ont monté soit un cheval, soit une mule savent que c'est vrai. Ces animaux peuvent se déplacer dans des terrains bien plus accidentés que nous ne le pouvons, sans perdre pied.  
 
Comprenant comment un cavalier compte sur sa monture, nous pouvons réaliser comme il est important de faire confiance au fait que Dieu peut nous préserver de pécher ou d'accepter une erreur qui peut agir contre notre bien-être. De même que nos amis équidés ont l'agilité pour se déplacer avec assurance, ainsi Dieu nous donne la sagesse, l'agilité, l'équilibre, le pouvoir pour ne pas trébucher dans le péché. 
 
La Lecture alternée utilise ces mêmes images. Dieu nous donne la force pour tenir debout fermement, toujours à l'abri sous Sa protection. Ces versets semblent donner toute l'aide qui, si elle avait été écoutée et utilisée, auraient empêché Adam et Eve de pêcher. Ces versets reconnaissent Dieu comme seul aide et seul protecteur. Ils déclarent que l'homme est droit et désireux de connaître la justice plutôt que le mal. Tandis qu'Adam et Eve sont exclus du paradis, à la fin de l'histoire, les paroles de Dieu éclairent. Plutôt que de vouloir agir à notre guise, la Parole de Dieu gouverne chaque pas, ainsi l'iniquité n'a pas de prise sur nous. Plutôt que d'être rejeté dans la disgrâce, la face de Dieu resplendit sur l'homme dans la beauté d'un juste jugement. En étudiant la leçon, cherchez les versets qui donnent une image spirituelle des choses en opposition au point vue déprimant de l'ancienne théologie. Au fur et à mesure qu'une image plus spirituelle est montrée dans chaque section, nous pouvons nous rappeler que chaque jour, chaque heure, nous avons le choix soit de croire aux mensonges du serpent, soit de rester fidèle aux lois divines.
 
Section 1 Homme parfait
Il est important de se rappeler que l'homme créé par Dieu n'est pas, n'a jamais pu être autrement que parfait. Le soi-disant homme déchu n'est pas l'homme parfait qui aurait perdu sa perfection, mais un faux concept de l'homme parfait. Cette première section nous décrit l'homme parfait. Le théologien Adam Clarke nous donne une si belle description de la création parfaite de l'homme telle que donnée dans (B1) "... l'Etre Divin est infini, il n'est pas limité en différentes parties, ni défini par des passions, donc il ne peut avoir d'image corporelle pour créer un corps pour l'homme. L'image et la ressemblance doit donc être intellectuelle; son entendement, son âme, doit avoir été faite d'après la nature et la perfection de son Dieu.... Dieu crée maintenant un esprit, d'après les perfections de Sa propre nature. Dieu est la fontaine d'où provient cet esprit, donc le ruisseau doit être semblable à la source qui l'a créé. Dieu est saint, juste, sage, bon et parfait, donc l'âme qui a été créée par Lui aussi; il n'y a rien d'impur, injuste, ignorant, maléfique, bas, méchant ou vil. Il a été créé à l'image de Dieu, et cette image, nous dit St. Paul, consiste en bonté, sainteté, connaissance. Donc l'homme a une intelligence aiguisée, il est saint en son cœur, juste dans ses actions. Même si la parole divine est muette sur ce sujet, la lumière qui éclaire notre raisonnement et notre bon sens ne nous permet pas une autre explication." Pour un théologien de la vieille école, c'est une description très spirituelle. Cet homme parfait, décrit dans (B2) a une fin paisible. Il peut s'attendre à la quiétude et la confiance pour toujours.
 
Mary Baker Eddy souligne le fait que cet homme parfait est spirituel, non physique. (S1) Il n'a pas d'entendement séparé de Dieu, il ne peut donc pas avoir de pensées contraires ni agir contrairement à la volonté divine. Comme nous l'avons déjà dit, cette vue spirituelle ne se réfère pas à "l'homme mortel, pécheur et malade mais à l'homme idéal, reflétant la ressemblance de Dieu." (S2) Mais qu'en est-il de l'image de l'homme que nous voyons autour de nous? La suite de la leçon nous l'explique. Continuez à lire!
 
Section 2 Le corps matériel
Même si l'homme est fait à la ressemblance de Dieu, il semble que l'homme est tout sauf cela. Un autre théologien du XVIII siècle, Matthew Henry, paraphrase l'Ecclésiaste (B3) "Il est lamentable que l'homme, que Dieu a créé droit, a trouvé tant de façons pour se rendre méchant et misérable." Qui est cette créature induite en erreur? D'où vient-elle? Gen2 nous dit qu'elle a été formée à partir de la poussière et de la vapeur de la confusion. (B4) Des commentateurs de la Bible s'appuyaient souvent sur ces versets pour soutenir les fausses conclusions que l'homme est une forme matérielle à qui on a insufflé un esprit. Ils font la conjecture que le jardin était approprié pour l'homme à cause de sa simplicité et de sa pureté. C'était un endroit d'une grande douceur, mais l'homme était encore en charge de son entretien. En bref, c'était une existence idyllique et merveilleuse. Mais Matthew Henry souligne le fait que même si la nature se satisfait de peu, et la grâce avec encore moins, " la luxure a soif de tout et n'est contente avec rien."
 
Bien que les commentateurs trouvent normal de « cultiver et garder » le jardin, un ordre divin pour être productif par opposition à l'oisiveté, Madame Eddy voit le jardin d'Eden sous un différent éclairage. Elle écrit « Dans le verset ci-dessus, l'Eden représente le corps matériel mortel. »(S5) Elle continue en disant qu'en aucune façon Dieu ne pourrait mettre l'Entendement dans la matière et que ce corps n'est qu'une conception erronée de l'entendement mortel. (S6) Elle ne dit pas que l'homme n'a pas de corps, mais que, au lieu d'une forme matérielle, l'homme a « un corps insensible ». (S7) Avec ceci en tête, nous voyons que le jardin n'est pas un environnement matériel pour un homme fait à partir de la poussière, mais que la croyance au jardin représente la croyance que nous vivons dans un corps. Il représente les aspects agréables supposés coïncider avec la vie dans un corps matériel, mais tout ceci est erroné. 
 
 
Section 3 : La matérialité revendique l'intelligence.
En poursuivant l'histoire d'Adam, les commentateurs traditionnels pensent que le fait qu'Adam donne un nom à tous les animaux, cela constitue une évidence que Dieu veut que l'homme soit un être social, et que sa capacité à donner un nom à toute chose indique une connaissance du langage et montre sa supériorité intellectuelle sur tous les animaux. Ils relient aussi le fait de donner des noms à toute créature le rend conscient qu'il a besoin d'un être équivalent pour être son compagnon. Dans le premier récit de la création, l'homme est complet, dès le départ, mais l'homme fait de la poussière a toujours besoin de réajustements. 
 
Les interprètes traditionnels de la Genèse cherchaient surtout à apporter une justification et une cause aux connaissances intellectuelles et aux capacités de l'homme, mais cela donne à l'homme mortel des pouvoirs qu'il ne possède pas. Dans l'ancienne théologie, Adam représente l'homme créé par Dieu, mais pour Mary Baker Eddy, Adam est équivalent à l'erreur et représente la fausse théorie disant que la matière est intelligente. (S9) Adam ou erreur, n'avait rien à voir avec le fait de connaître la création et lui donner des noms. Dieu seul bénit et définit la création. (S11) Cette création réelle est spirituelle et harmonieuse. (S12) La croyance mortelle est arrogante, et elle pense qu'elle peut identifier et définir la création, mais elle ne le peut. Donc, les créatures divines ne sont pas les formes mutées, sauvages, féroces observées par la pensée mortelle, mais les idées inoffensives, utiles, nommées par Dieu.
 
Section 4 : Le dormeur.
Une fois encore, le Psalmiste vise à obtenir une vue plus élevée de l'homme. Une lumière se lève dans les ténèbres sur l'homme droit (B7) mais l'homme faux nommé Adam est plongé dans un sommeil profond, dont il ne se réveille jamais. De cette obscurité surgit une autre mortelle, nommée Eve. Pour être cohérents avec leur théorie, les commentateurs trouvent à nouveau un encouragement et un soutien pour la condition humaine dans l'apparition d'Eve. Par exemple, Jamison, Fausset, et Brown Commentary prennent cette phrase si connue lorsqu'ils interprètent l'apparition d'Eve : « Elle n'a pas été prise de la tête, pour être supérieure à lui, ni de ses pieds pour être écrasée par lui, mais de sa côte, pour être son égal, près de son cœur et chérie par lui. » Une telle interprétation est mignonne et quelque peu sentimentale, mais elle ne reflète pas la vue spirituelle. 
 
Jonas (B8) était aussi un dormeur dans ce rêve adamique. Vous vous rappelez l'histoire de sa désobéissance envers Dieu. Même si influencé par la vieille théologie sur Adam, Matthew Henry fait une remarque significative sur le sommeil de Jonas, qui éclaire le rêve adamique. « Jonas dormait profondément. Le péché rend léthargique, et nous devons faire attention de ne pas laisser notre cœur s'endurcir à aucun moment, ni de se laisser prendre par sa malhonnêteté. Que pensent les hommes de se laisser endormir par le péché, lorsque la parole de Dieu et les convictions de leurs propres consciences les avertissent de se lever et d'appeler le Seigneur, s'ils veulent échapper à la misère éternelle ? Ne devrions-nous pas nous mettre mutuellement en garde et nous réveiller, appeler notre Dieu qui pourra nous délivrer ? » Aussi « proche de l'enfer » que se sentiment puisse paraître, c'est pourtant une bonne question à considérer. A la page 542 de Science et Santé, Madame Eddy écrit : « La croyance à la vie dans la matière pèche à chaque pas. » Nous pouvons tous prendre cette question à cœur.
 
Egalement cohérente avec ses perspectives, tels les théologiens sur la Genèse, Madame Eddy voit dans la création d'Eve, l'évidence que la création matérielle est fausse. Eve est née de l'obscurité. Elle est seulement un simulacre de la véritable création. (S13) Madame Eddy montre l'incohérence des théories humaines, et dément toute possibilité à l'homme d'être autre que le rejeton de l'Esprit. (S14, 15).
 
Section 5 : Le serpent fait son apparition
Le serpent n'a qu'un objectif : faire qu'Eve mange le fruit. Que se soit la réalité ou une allégorie, les commentateurs cherchent à découvrir et à justifier pourquoi la femme désobéit à Dieu. Mais une autre figure du XVIII siècle, John Wesley trouve dans cette histoire le mode d'emploi utilisé encore par le serpent aujourd'hui. En premier lieu, le serpent pose la question de savoir si l'acte proposé est un péché ou non, deuxièmement, il nie qu'il puisse présenter un danger, troisièmement il suggère qu'en le faisant, cela donnera un avantage à celui qui l'exécute. Toute cette approche pour appâter la victime et de lui faire croire que quelque chose de désirable lui est refusé injustement, et que la victime a le droit de le prendre. Dans ce cas, le serpent suggère que s'ils mangeaient le fruit, leurs yeux seraient ouverts à des choses jusque-là invisibles et connues que des dieux, une fausse promesse comme ils s'en rendront vite compte. Une fois que l'appât a pris, ils s'enfoncent de plus en plus dans l'obscurité du rêve, croyant que le bien et le mal coïncident et coexistent. Encore une fois, le psalmiste donne une idée plus vraie pour trouver la vraie lumière. « Ouvre mes yeux, pour que je contemple les merveilles de ta loi. » (B11) Comme l'exprime Wesley : « Eclaire mon entendement avec la lumière du Saint Esprit, et chasse toute ignorance et toute erreur. » 
 
Science et Santé confirme que les fausses promesses du serpent d'ouvrir les yeux de l'homme en fait leur ferment les yeux. (S16) Le pacte fait par Eve a remplacé la réalité avec des idées fausses. (S17) Les sens matériels cachent la vérité à l'homme. En aucune façon on ne peut découvrir quelque chose concernant Dieu en le cherchant avec les sens matériels. Aujourd'hui, nous sommes encore souvent tentés par ce fruit, mais le résultat est toujours le même. Notre Leader nous dit que la vraie compréhension de notre être vient par les impressions de l'Entendement divin à l'homme. (S19) Il n'y a aucun autre moyen pour connaître la vérité.
 
Section 6 : Le résultat du péché, c'est la honte.
Le résultat immédiat de leur péché fut la honte et la crainte. (B12) Matthew Henry a très bien analysé la situation : « voyez quel déshonneur et quel problème est le péché. Il crée le désordre partout où il est, détruisant tout confort. Tôt où tard, il mène à la honte... Voyez ce qui est communément la folie de ceux qui ont péché. Ils prennent plus de soin à garder leur réputation auprès des hommes plutôt que d'obtenir le pardon de Dieu. Les excuses qu'ils font pour diminuer ou couvrir leurs péchés sont vaines et frivoles, tout comme les ceintures des feuilles de figuier que firent Adam et Eve, cela n'améliore jamais les choses. » Cela résume bien la situation, non ? Encore une fois, le psalmiste révèle un pont de vue plus haut : « que je ne sois pas confus. Que l'innocence et la droiture me protègent... » (B13) Plutôt que de se cacher de Dieu, le psalmiste regarde vers Dieu pour trouver délivrance et protection.
 
 
Notre livre d'étude nous dit que le rêve de la matière débute et termine avec la crainte. (S20) L'auteur pose une question qui touche à un point vu précédemment : Est-il possible que l'homme spirituel perde sa nature spirituelle et tombe en disgrâce ? Bien sûre que non. « L'homme réel ne peut s'écarter de la sainteté.... Un pécheur mortel n'est pas l'homme de Dieu. » (S21) Il est important que nous reconnaissions cela. L'homme mortel pécheur n'est pas l'homme créé par Dieu. L'homme mortel n'a jamais été spirituel. Il n'est qu'une fausse croyance que l'homme puisse être séparé de Dieu. Le plus important : l'homme mortel n'a pas de relation avec la réalité.
 
Section 7 La femme confesse.
Les commentateurs bibliques cherchent encore une fois dans la Bible des justificatifs pour ce qui se passe sur la scène humaine. Ils utilisent la malédiction comme cause pour l'enfantement dans la douleur et aussi comme excuse pour que l'homme domine la femme pour la garder sur le droit chemin. Les commentateurs soulignent le fait que le serpent ne mérite même pas un examen, car il menteur dès le départ et mangera toujours la poussière du néant. Sa condition naturelle est passée de l'élégance et la grâce à ce qui est odieux, vil, et dégoutant. Mais notre cher psalmiste ne voit pas Dieu comme un juge sévère promulguant sa sentence, mais comme le seul défenseur de la rectitude de l'homme. (B15) 
 
D'une manière caractéristique, Mary Baker Eddy tire une leçon totalement différente de ce récit. Elle souligne l'humilité, la dignité, le courage montré par la femme en confessant sa faute. (S22) Ces qualités ont permis à la femme d'enfanter Jésus, d'être la première à le voir après sa résurrection, et de découvrir la Science Chrétienne. Cette découverte fait que la vapeur de l'entendement mortel confus puisse s'évaporer et montrer que toute la croyance d'une vie matérielle avec ses modes de reproduction ne sont qu'une illusion. (S23) 
 
Section 8 : La malédiction
Le récit biblique se poursuit avec la malédiction d'Adam et tout son environnement. Non seulement Adam a succombé aux suggestions d'Eve, mais il a refusé d'en prendre la responsabilité et l'a portée sur la femme. Le jardin qui était si plaisant se remplit de mauvaises herbes nocives qui étouffent les bonnes graines. Le labeur n'est plus une joie, mais un travail pénible. L'homme est assujetti aux rigueurs de son environnement et pour finir retournera à son néant primitif. Adam Clarke conclut, tristement, que si l'homme n'avait jamais transgressé, il aurait pu être immortel. Adam est condamné à une vie de labeur. En contraste, le psalmiste décrit l'homme comme étant intègre, avec un héritage qui dure à jamais (B17).  (B18) Repousse la malédiction qui pèse sur l'homme : « la malédiction sans cause n'a point d'effet. » Les buts du mal ne sont jamais atteints, car ils ne l'atteignent jamais.
 
Science et Santé réitère simplement le fait que Dieu bénit plutôt qu'Il ne maudit. (S24) L'homme n'est pas condamné à un dur travail en vain tout au long de sa vie. Comme affirmé dans le premier récit de la création, il possède la domination sur toute la terre.
 
Section 9 L'expulsion du jardin.
La promesse du serpent, comme quoi l'homme deviendrait comme un dieu, était fausse, de même que la supposition que Dieu aurait dit que l'homme mourrait s'il mangeait du fruit défendu. Pourtant il y a un prix à payer. Adam et sa femme ont été chassés du jardin pour qu'ils ne puissent manger du fruit de l'arbre de vie et vivre éternellement. (B19) D'une manière étrange, les commentateurs voient ceci comme étant une gentillesse. Ils disent que l'homme aurait pu être banni de la terre et même envoyé en enfer, pourtant il a simplement été banni du jardin et condamné à une vie de labeur : « de labourer, pas de traîner des chaînes. » L'homme était-il devenu comme un dieu ? L'admette veut dire que nous acceptons le fait que Dieu connaît le mal. Seul un mortel pourrait croire un tel mensonge, et par conséquent pour ce mortel, l'homme est devenu l'image d'un dieu mortel connaissant le bien et le mal et souffrant en conséquence. Dans cette section Paul donne une perspective plus élevée. Il pose la question : Dieu a-t-il vraiment rejeté son peuple ? (B20) D'aucune manière ! L'homme de Dieu n'a jamais été expulsé de la terre préparée pour lui. Il vit, se meut et a son être en Dieu. Il reste pour toujours droit et parfait. (B22)   
 
Madame Eddy montre que ce n'est pas l'homme spirituel, mais le matériel qui est exclu de la présence divine. (S25) Ceux qui recherchent dans les sens matériels la vie et le bonheur rêvent toujours. La vieille théologie dit que l'homme peut être exclu du bien. Mais seules les fausses croyances du péché ne peuvent entrer dans le royaume. Le faux ne peut rien faire contre l'homme réel. La demeure réelle de l'homme est le ciel. (S26) Le psalmiste dit tout de même quelque chose dans cette section. Il promet que l‘homme habitera la conscience de l'Amour pour toujours. (S27)
 
Section 10 Jésus, le model de l'homme réel.
Ceux qui sont empêtrés dans le rêve adamique resteront pour toujours dans les ténèbres. Jésus est l'exemple de l'homme réel vivant à la clarté de la vie. Le serpent a faussement promis la sagesse et la liberté, mais la promesse de Jésus de donner la liberté est véridique. (B22)  Il a la vérité qui nous ouvrira réellement les yeux et qui nous mènera à la vie éternelle. Cette illumination bénit tous ceux qu'elle touche et apporte la guérison. Jude nous enjoint d'être persévérants dans notre obéissance aux lois divines. (B24) En l'exécutant, ne serons sans fautes, dignes de vivre dans le royaume, sans tomber et ne trébuchant jamais dans le péché, mais toujours joyeux.
 
Dans le livre d'étude nous retournons au commencement : l'homme en tant que véritable image de Dieu. (S28) Jésus nous montra qui nous sommes réellement et nous éleva hors de la croyance que nous sommes tombés de la perfection. Le Christ, la Vérité, nous permet de rouvrir les portes du paradis. (S29) Avec le Christ, nous n'avons pas besoin de regarder ailleurs que vers Dieu pour trouver notre statut. La Science démontre de manière irréfutable que l'homme réel est parfait. (S30) Donc n'admettons pas que l'homme ait perdu sa perfection. Nous pouvons toujours choisir de quelle manière nous voulons vivre. A chaque décision prise, nous avons l'opportunité de choisir correctement. Tout ce dont nous avons besoin est d'acquérir une vision spirituelle. Notre Leader affirme que l'homme est pour toujours « droit et semblable à Dieu. »
 
Cette leçon métaphysique hebdomadaire est offerte sans frais au personnel et aux 1200 campeurs bénis chaque été au Camp CEDARS, ainsi qu'aux anciens élèves, leurs familles et les amis qui en font la demande. Cependant, les dons présents et futurs sont toujours nécessaires pour aider à couvrir les coûts de fonctionnement de ce service et pour réaliser les camps. Allez à l'adresse suivante pour soutenir en-ligne le travail de CedarS http://www.cedarscamps.org/giving/default.htm?id=1
Votre contribution, toujours bienvenue et déductible d'impôts, est particulièrement nécessaire pour le camp de cette année ainsi que pour le Fond de soutien "Adoptez le troupeau". Il vous est toujours possible de faire un don en appelant le (636) 394-6162 ou d'envoyer un chèque par courrier à:
CEDARS Camps, 1314 Parkview Valley, Manchester, MO 63011  
 
Note du Directeur du Camp: Ce partage est le plus récent de la série hebdomadaire émise sans interruption depuis 8 ans. La série des "mets" (idées d'application métaphysique) de la leçon biblique existe grâce à la contribution des Praticiens résident de CedarS et occasionnellement d'autres métaphysiciens. (Pour maintenir le flux des idées du praticien intact et pour permettre de les imprimer séparément "les sujets à envisager pour l'école du dimanche" viennent sur une page séparée ou par e-mail en suivant.) L'offre de cette semaine est destinée à encourager la poursuite de l'étude et l'application des idées de la leçon et pour l'école du dimanche à dynamiser la participation des étudiants et des enseignants en herbe de notre personnel. A l'origine envoyé SEULEMENT à mes élèves de l'école du dimanche et aux campeurs, aux membres du personnel et aux familles de CedarS qui voulaient poursuivre à la maison et dans leurs écoles du dimanche à domicile le même type d'étude centrée sur la leçon, d'application et d'inspiration qu'ils ont apprécié au camp, les "mets" ne sont en aucun cas destinés à être définitifs ou concluants ni en aucune façon à se substituer à l'étude quotidienne de la leçon. Les pensées présentées sont l'inspiration d'un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension, de recul et d'angles nouveaux sur l'application quotidienne sur certaines des idées et des passages étudiés. Les Leçons Bibliques sont protégées par le droit d'auteur auprès de la Christian Science Publishing Society et sont imprimées dans le Christian Science Quarterly disponibles dans les salles de lecture de la Science chrétienne ou en ligne à eBibleLesson.com ou myBibleLesson.com.Les citations référencées (B..) sont tirées de la version King James de la Bible et (S..) du livre d'étude de Science Chrétienne : Science et Santé avec la clef des écritures de Mary Baker Eddy. La Bible et Science et Santé sont les livres ordonnés pasteurs de l'Eglise du Christ, Scientiste. La leçon biblique est le sermon lu lors des services dans chaque église de la Science Chrétienne dans le monde entier. La Leçon-Sermon parle à tous individuellement par le Christ, offrant un aperçu unique et des applications sur mesure pour chacun. Nous sommes heureux que vous ayez demandé ce partage métaphysique et nous espérons que vous trouverez ces idées utiles dans votre cheminement spirituel, en creusant plus profondément dans vos livres et en étroite liaison avec votre consolateur et Pasteur. Régalez-vous!
 
Warren Huff, Directeur du camp, director@cedarscamps.org (636) 394-6162 

Metaphysical

Let Peace Prevail! Denounce the re-living of dead history... - This lesson is a good roadmap...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page