Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

Trouvez d’heure en heure la joie de placer vos jours dans la main de la Vie divine !

Kerry Jenkins, C.S., House Springs, MO
Posted Monday, January 13th, 2014

[Trouvezd'heure en heure la joie de placer vos jours dans la main de la Vie divine ! (TdO)]
Idées métaphysiques pour la mise en application de la Leçon biblique de la Science Chrétienne sur 

« Vie »
pour le 19 janvier 2014

par Kerry Jenkins, CS, House Springs, MO (314) 406-0041

[Les rajouts en italiques sont de Warren Huff, Directeur de CedarS. Votre souscription précoce jusqu’au 31 janvier 2014, EarlyEnrollmentending1-31-14 ,  nous aidera à réserver pour les éventuels campeurs de vos familles et communauté lemeilleur été qui les attend déjà! Un merci tout spécial de faire le don qui transforme la vie des campeurs, a life-transformingcampership!]


Vous avez probablement entendu dire que la Science Chrétienne est un  « style de vie ». C’est bien le cas. En fait, ce n’est pas une affaire de «religion», il s'agit plutôt de ce qui est réel. Jusqu’à quel point voulons-nous connaitre ce qui est réel et le distinguer de ce qui ne l'est pas? Ce sujet sur ​​la Vie constitue l’un de ces «grands» concepts qui nous aident à réfléchir sur ce qu’est  la Vie, et ce en quoi elle consiste réellement. Y a-t-il deux sortes de vie ? Y a-t-il une vie qui est la vie dans la matière, puis une autre qui est « la vie spirituelle éternelle» ? S’il ya ces deux sortes de vie, alors nous passerons nos jours à essayer de  nous « accommoder »à l’une jusqu'à ce que nous « passons » à l'autre, la vie spirituelle. S’il ya uniquement la vie spirituelle, alors nous faisons comme il est dit dans la Lecture alternée : « Je demande à l'Eternel une chose, que je désire ardemment : Je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l'Eternel, pour contempler la magnificence de l'Eternel et pour admirer son temple ».

Cela sonne peut-être un peu comme hors de portée ou trop radical. Ce n’est pas vrai. Nous le faisons de jour en jour. Le Message traduit une partie du Texte d'or comme suit: « ... d'heure en heure, je place mes jours entre Vos mains ». C’est certainement une pratique, voire un métier  éternel. Mais, comme nous pouvons le voir, tout au long de cette leçon, c'est un travail joyeux, gratifiant, qui satisfait ; en fait c’est la seule façon dont nous pouvonsposséder une telle vie.

Texte d'or (TdO)
«Mes destinées sont dans ta main ».  Notre avenir, notre vie est dans la main de la Vie elle-même, non l'objet  du, ou «dans la main » du vieillissement, ou du corps. La Vie, Dieu, tient le « siège de conducteur».
 

Lecture alternée
L'idée de la lumière apparait ici, symbole de la lumière de la création et de l'idée de la compréhension. Il nous est promis que nous verrons « la bonté de l'Eternel sur la terre des vivants ». Son assistance, Son harmonie et Sa grâce sont dès  à présent disponibles pour nous dans notre état actuel de connaissance. Le texte se termine ainsi : «… je chantais ses louanges, j'adressais une prière au Dieu de ma vie ». Ce que Le Message traduit poétiquement, en partie, comme suit: « Ma vie, c’est la prière de Dieu ».  Quelle formidable manière de penser à notre vie, en tant que la prière de Dieu, l'expression dynamique de l’activité mentale de Dieu.

Section 1: Toute vraie vie /existence vient de l'Esprit /la Vie
Dieu veut que nous comprenions ce fait. La citation B2 dit: « L'Eternel est Dieu, et il nous éclaire ». Il nous a donné l'intelligence. Il ne cherche pas à être mystérieux et hermétique. Le témoignage du sens matériel essaie de nous cacher cette compréhension avec des vuescontraires, semblables aux analogies dont recourt Mrs Eddy dans cette partie de la leçon  au sujet du soleil (S3 et S4). Les «tentes de la méchanceté » (B3) ne se réfèrent pas à la vie rêche sous les tentes telle que cela arrive aujourd’hui. Ici, il s’agit de la vie « au large » dans la matière dans les demeures de gens méchants ou mauvais. De cette façon, nous pouvons voir que être portiers au seuil de la maison de Dieu, être spirituellement debout et prêts, maintenant la pensée pure et alerte,  et n’accordant aucune indulgence aux matériaux de l’entendement charnel, pourrait être considéré comme une position matériellement peu confortable que de vivre à l’intérieur même d’une maison bien garnie! Le résultat final du fait d'entretenir un entendement spirituelc'est la vie éternelle. Pas si mauvaiserécompense que cela ! C'est ainsi parce que Dieu est « lasource de la vie »même (B4). Il n'y a pas d'autre source de la vie.

Section 2: Les années que l'Ame remplit  vs les années solaires
Etudiez cette section à la lumière des définitions du TEMPS (SS.595:17) et du JOUR (SS.584:1) de Mrs Eddy dans son Glossaire. Il n'y a pas une once de spiritualité dans sa définition du temps. Le temps est un concept mortel. Le physicien Einstein déclarait: «Le temps a été créé pour rendre simple la perception du mouvement ». Et le métaphysicien Mrs Eddy dit dans la citation S8: « Le temps est une pensée mortelle, dont le diviseur est l'année solaire ». Le temps mesure réellement la répétition, par exemple le lever et le coucher du soleil, les repas, etc. Donc, s'il ya un endroit où il n'y a pas de répétition, où chaque idée est nouvelle, originale, se déroulant éternellement, alors là le temps n’existe pas. Peut-être que nous devons vivre nos vies de telle sorte qu’elle soit constamment en mouvement vers l'avant, qu’elle se déroule en de nouveaux aspects  afin de ne pas tomber sous les lois dites du «temps». Le «Jour» est, pour sa part : « L’irradiation de la Vie ; lumière, l'idée spirituelle de la Vérité et de l'Amour ». Dans la mesure où nous comprenons un tel «jour», nous verrons notre vie se prolonger (S5). En ce «jour», le temps disparaît, c'est-à-dire que la  vie mortelle mesurée par les années solaires disparaît. Y a-t-il la lumière dans le «temps» ? Jamais. Mais le jour est défini par sa lumière! «Les rayons de la Vérité infinie, lorsqu’ils se concentrent dans le foyer des idées, font jaillir la lumière instantanément» (S7). Une idée (l'homme, par exemple) est une expression de la lumière, concentrée sur quelque chose qui prend forme substantielle, la Vie exprimée. Cette idée est crééede substance éternelle, tandis que les théories humaines et les doctrines théologiques, quelques fois utiles, n’ont malheureusement jamais apporté la compréhension et la plénitude qui confirment la lumière spirituelle.

Section 3: Comment devrions-nous mesurer la virilité /la féminité ?
La vertu, la vérité, la beauté, la sagesse, la sainteté, tels sont quelques-uns des termes utilisés par Mrs Eddy pour décrire la vraie virilité/féminité (S10). Quel rapport ces termes ont-ils avec l'âge? Même humainement, ces qualités devraient augmenter avec l'âge, n’est-ce pas? Quel  rapport ces qualités ont-elles avec la matière, ou avec des voyages autour du soleil ? Caleb, alors âgé de 85 ans, dit à Josué qu'il est tout aussi fort qu'il l’était à 40 ans (après quarante ans d'errance dans le désert), il n’est pas simplement  fort, il est à même d’aller à la guerre (non spécifié dans la leçon de cette semaine). Quel est ce sentiment de force ? C’est une chose de dire que vous êtes un «jeune» de 85 ans, mais la plupart de ceux qui ont 85 ans ne diront pas qu'ils sont prêts à s’enrôler dans l'armée ! Si nous ne devrions pas mesurer la vie avec les années solaires, alors avec quoi devrions-nous la mesurer ? C’est là  quelque chose à méditer ! Certaines de ces qualités mentionnées ci-dessus pourraient être un bon point de départ. Lorsque nous admettons, au jour le jour, dans notre compréhension que nous ne vivons réellement pas dans la matière, nous commençons à comprendre la nature mythologique des mesures solaires (S13).  Peu à peu, nous nous verrons surmonter certaines des revendications du vieillissement. C’est maintenant le temps de réfléchir à ce sujet, et non « quand nous sommes vieux ». Ce mythe prétend nous en imposer à tout moment. Il n'est jamais «trop tard», parce que le mythe n'a jamais de fondement dans la réalité! Un été, je me suis retrouvée avec un  problème très douloureux au niveau de mon pied. Je ne l'avais jamais fait diagnostiquer mais tout portait à croire qu’il s’agirait d’une arthrite. J'ai profité de l'occasion pour me réjouir de ma flexibilité, pour accueillir de nouvelles pensées de Dieu et pour me résoudre à ne jamais me laisser décourager par les symptômes. Malgré l'inconfort, je marchai tous les jours parce que je voulais me réjouir de l'activité de la vie. Au bout de trois mois, le problème ​​a disparu et n'est plus revenu. Chaque marche, avec chaque pas, était pour moi une opportunité de revendiquer ma liberté de toutes contraintes de la vie dans la matière. Que la situation soit liée à des voyages autour du soleil ou non, une acceptation de nouvelles idées de Dieu sur la nature de la réalitéconduit toujours à la guérison.

Section 4: Accueillez le modèle parfait dans la pensée [ainsi que les idées de Crisler sur la guérison au niveau du PS]
«Je vous ai aimés, dit l'Eternel »(B12). C'est ce que Jésus montra à la dame dans cette section qui souffrait d'hémorragie depuis 12 années. [B15, Luc 8:43-48, voir le PS et  le « Daily Lift » de Shirley Paulson pour le 13 janvier 2014,Shirley Paulson’s “Daily Lift” ].La citation B14 illustre ce qu'elle faisait en cherchant de toucher le bord de la robe de Jésus. Elle s’efforçait de « saisi[r] la vie éternelle…en présence d'un grand nombre de témoins » [I Tim.6:12].Elle s’efforçait d’atteindre le Christ, la lumière de la compréhension que Jésus nous a apportée. A ce stade, nous pouvons aussi voir la définition du «SOLEIL» dans le Glossaire de Mrs Eddy (SS.595:1). La citation B13 dit: « Pour vous qui craignez mon nom, se lèvera le soleil de la justice, et la guérison sera sous ses ailes ». Ici, « le soleil » est clairement symbolique de Jésus et du Christ qu'il incarnait. Mrs Eddy donne la  définition suivante : « SOLEIL. Le symbole de l’Ame gouvernant l’homme – le symbole de la Vérité, de la Vie et de l’Amour ». Jésus ne nous a-t-il pas montré ce fait mêmeque l’Ame / la Vie gouverne l'homme à travers chaque guérison qu'il opérait? C'était la Vie qui s’affichait ainsi, et non l'affirmation selon laquelle le sang est notre vie. Il n'accordait aucune attention aux enseignements des médecins sur les hémorragies ni ne posa de questions à la dame à ce sujet. Sa compréhension était si palpable que la dame pouvait se l’attirer à elle en se contentant juste de tendre la main vers elle, alors que toute la société lui interdisait une telle action (elle était considérée comme «impure» à cause de son hémorragie).

Nous aussi, nous pouvons être sûrs que la Vie se révèle à nous,se déverse sur nous. Nous pouvons toucher cette véritable compréhension de la Vieen étirant nos pensées et nos actions vers Dieu, en dépit de ce que la matière nous dit comme étant des « faits » matériels sensiblesconcernant la vie dans le corps humain. Portons ce modèle parfait dans notre pensée. Ne nous laissons pas influencer par la logique humainement indiscutable mais erronée de l'entendement matériel. Rappelez-vous le soleil semble orbiter autour de nous, la lune semble briller alors qu’elle ne fait que refléter, les voies ferrées semblent se toucher au loin. La matière fera toujours de son mieux pour nous convaincre de sa véracité. Elle échouera lorsque nous guérissons en opposition directe à ses témoignages ! C'est ce que Jésus fit pour cette femme.

Section 5: Il n’y a pas de vie dans la matière, donc il n’y a pas de mort
« Le soir arrivent les pleurs,  et le matin l’allégresse » (B16, Ps.30:6). Il est fait ici pour nous plusieurs analogies relatives à « jour », « nuit », « matin » et ainsi de suite. A l’aube de la compréhension que la vie n'a jamais existé dans la matière, nous pouvons être relevés de la douleur associée à l'apparente mort. Non seulement nous nous sortons de la douleur, en plus cette profonde compréhensionà son aube apporte  avec elle son opposée, la joie! L'illustration de cette section  avec la résurrection de Lazare mort et enterré  depuis quatre jours constitue le summum de la dénégation de toute vérité quant à la puissance de la mort, ou même de la vie dans la matière. [Voir les citations S22 et S21 ainsi qu'un sketch de mise en scène biblique sur  ​​ la résurrection de Lazare avec un commentaire de CobbeyCrisler au sujet de la méthode de gratitude anticipéede Jésus. Une version PDF du script et des  questions de vérification est accessible et téléchargeable  en ligne sous Downloads dans le coin supérieur droit.] Quant à la citation S23, je rappelle la persistance que nous devons observer dans notre vie quotidienne pour amener ces grands changements dans la pensée. Dans un témoignage sur Mrs  Eddy ramenant  à la vie son fidèle collaborateur  Calvin Fryesuite à une mort évidente, j'ai été accrochée par une petite phrase à la fin du récit: « Au bout d’une heure, Calvinbougea  un peu puis  parla ».  Le récit commence : « M. Frye avait passé, il n’a plus de battements de cœur, il était froid et rigide comme une pierre. Ses yeux fermés étaient restés fixes, et il n'y avait plus aucune des preuves ordinaires de la vie » ( Mary Baker Eddy , Christian Healer, p. 256-257). C'est l’expression « Au bout d'une heure » qui a frappé mon attention. Mrs Eddy se trouvait en face d’une image irréfutable de mort complète, et apparemment, cette mort n’est pas récente. Elle ne s’était pas laissé dissuader et elle a persisté non seulement pendant quelques minutes ou quinze ou une demi-heure, mais de façon continue et fermementsans réponse, pendant une heure ! Est-ce que cela nous dit quelque chose de la nécessité pour nous d'être indémontables dans notre quête de la vraie nature de la réalité malgré le témoignage du sens  matériel? Warren avait partagé avec nous un cas similaire concernant un animal de compagnie de sa famille, une lapine, qui revint à la vie après la mort suite à un traitement par la Science Chrétienne. Ce n'est pas la peine d’être désespérés lorsque nous faisons face à une situation de mort apparemment consommée dans notre vie. La vérité que l'homme n'a jamais vécu dans la matière est le vrai cadeau, et c’est lui qui nous apporte la joie quand nous le comprenons dans son vrai sens profond. Notez par ailleurs que Calvin Frye n'a jamais pris de vacances de 1882 jusqu'au passage de Mrs Eddy [en 1910]. Après qu’elle eut passé, Calvin a servi en tant que Premier Lecteur  à l’Eglise de Concord, NH, puis comme Président de l'Église Mère en 1916, onze ans après l'incident ci-dessus.

Section 6: Comment progressons-nous ?
Le progrès est essentiel pour vivre la vie éternelle. La Vie immortelle apparaît et la mortalité  disparaît (S26). L'Ecriture prophétique dans la citation B19 compare la compréhension naissante du pouvoir et de la présence du Christ sur la terre à la lumière des sept jours de la création combinés [Esaïe 30:15, 26]. Et la citation B20 parle de la lumière provenant de l'intérieur de nous, la lumière dans notre conscience, la lumière qui ne brille pas sur nous [II Cor.4:6].Cela confirme nos  affirmations antérieures selon lesquelles Dieu, la Vie, veut que nous voyions ou comprenions notre ressemblance avec Lui. Connaître cette vérité (B21) que notre vie est la vie de Dieuréfléchie, nous aide à dépasserles suggestions de sens mortels (S25). La note marginale pour la citation S28 [« Les conditions du progrès »] est un point au sujet duquel nous pourrions bien prier chaque jour et poser la question qu'il pose: « Nous devons tous apprendre que la Vie est Dieu. Posez-vous ces questions : Est-ce que je me conforme à la vie qui s’approche du souverain bien ? Est-ce que je démontre le pouvoir guérisseur de la Vérité et de l’Amour ? S’il en est ainsi, alors le sentier s’éclairera « jusqu’à ce que le jour soit dans sa splendeur ». Telles sont les « conditions de progrès » établies par Dieu. C'est notre plus grande joie et en même temps un privilège !
 


[PS de Warren.  Dans son Commentaire sur Luc 8:41-48 (B15),CobbeyCrisler fixe le décor sur la manière dont la femme souffrant d’une hémorragie pendant 12 ans fut guérie en touchant le bord du vêtement de Jésus. « La femme ... est au bout du désespoir  absolu. Là, nous voyons la réceptivité.Bénis sont ceux qui  se trouvent dans cet état. Heureux sont-ils parce que cet état d'esprit peut être changé.

« Ce changement radical de la pensée était due à la présence de la correction-Christ que Jésus exerçait dans le domaine mental. Cela suffit pour que la femme en sente l’utilité. Elle avait dépensé tout son argent auprès des médecins. [Il n’y avait pas d’assurance maladie ...]. Marc nous dit même que sa situation s’est empirée en raison de cette option [Marc 5:26 ]. Tout ce qu'elle fait c’est juste toucher le bord de son vêtement. La perte de sang, l'hémorragie continue durant douze ans l'avait éloignéedu temple, l’avait tenue à l'écart du culte et fait d'elle une impure à l’instar des lépreux ...

« Dans Luc 8, verset 48, il appelle cette dame, « Ma fille ».La fille de qui? Pas la sienne, en tout cas. En fait, il prononce ce mot «fille» tout à fait en dehors de tout sens de lien consanguin. C'est le problème de la dame. Il lève même son identité au-dessus  du sang.

« Ma fille, va en paix » (verset 48). Regardez comment il abordela pensée de cette femme. Non seulement la précieuse relation à Dieu, mais aussi le réconfort. Elle n'a plus connu cela depuis douze ans. Elle avait perdu tout son argent. Elle était sur ​​le point d’être marginalisée de la société. Il n'y avait nulle part où aller quand vous avez été rejeté de la société. C'est peut-être ce qui arriva à la femme qui avait été pécheresse. La prostitution était la seule carrière ouverte pour de nombreuses femmes lorsqu’elles sont abandonnées et éliminées de l'humanité normale ...

Jésus refuse te permettre à cette dame de quitter le lieu de la scène en ayant en pensée que le contact physique avec sa robe n'avait rien à voir avec la guérison. Il dit encore: « ta foi t’a sauvée ». Les mots «tout» (whole) et «guérir» (heal) chez les anglo-saxons ont une racine identique. Cela implique que la maladie est quelque chose de moins que la plénitude, que c'est une fragmentation de notre être. La guérison est la condition pour retrouver la plénitude » Luke the Researcher (Luc le chercheur), B. CobbeyCrisler, p. 163, 164].


Warren Huff, Directeur de CedarS& rédacteur en chef des notes & rajouts en crochets et en italique.]

[Note supplémentaire du Directeur: Vous pouvez vous inscrire pour recevoir gratuitement par email ces idées pour la mise en application – chaque lundi en anglais, ou une TRADUCTION LIBRE chaque mercredi en allemand grâce à Helga et Manfred, ou en espagnol grâce à une équipe formée d'Ana, d’Erick, de Claudia et de Patricio, ou en portugais grâce aux assistants d’Orlando Trentini au Brésil. Une traduction française volontaire par Rodger Glokpor, un Scientiste Chrétien de Lomé, Togo (Afrique de l'ouest) est assurée. Merci à Rodger et à tous les traducteurs ! Allez surhttp://www.cedarscamps.org/ et cliquez sur « Newsletters » pour un abonnement gratuit dans ces langues.]

 

Metaphysical

Find out what it takes to follow the Master Christian! - We have to be willing to leave the...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page