Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

Soyez convaincus de l’accomplissement de la prophétie par Christ; abandonnez tout pour le Christ, prouvez le Christ dans votre vie, et partagez le Christ avec le monde !

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Monday, February 24th, 2014

[Soyez convaincus de l’accomplissement de la prophétie par Christ; abandonnez tout pour le Christ, prouvez le Christ dans votre vie, et partagez le Christ avec le monde.]
Idées métaphysiques pour la mise en pratique de la Leçon biblique de la Science Chrétienne sur :

Christ Jésus

pour le 24 février au 2 mars 2014

par Craig L. Ghislin, CS, Glen Ellyn (Bartlett), Illinois
craig.ghislincs@icloud.com / (630) 830-8683

[Les rajouts en italique entre crochets sont de Warren Huff. Besoin de dons qui transforment à vie les campeurs de CedarS! Life-transforming CedarS camperships needed!]

Que savons-nous au juste de Christ Jésus? Comment le savons-nous? Pourrait-il être, comme d’aucuns le disent, un personnage fictif ou un faux prophète? Ou Dieu en chair comme le croient d’autres à l'autre bout du spectre? Le Texte d'or, attribué à Jean le disciple de Jésus, déclare que Christ Jésus est le Sauveur du monde. Cette affirmation est fondée non sur un désir ni sur un espoir ni sur un ouï-dire. Elle est faite par un témoin oculaire. Le commentaire biblique  Jamieson, Fausset, and Brown’s Commentary On the Whole Bible observe : «La preuve intérieure de l'Esprit résidant est corroborée par la preuve extérieure des témoins oculaires du fait que le Père a « envoyé Son Fils pour être le Sauveur du monde.»

La Lecture alternée abonde dans le même sens en nous rappelant  que tout ce que nous connaissons vraiment des choses spirituelles doit être connu spirituellement. Le témoignage des sens ne peut pas nous aider. Ceux qui sont capables de discerner des vérités spirituelles sont ceux qui ont été affranchis de la corruption du monde et qui ont commencé à grandir dans la nature divine. [C’est ainsi que chaque campeur de CedarS  découvre sa particularité divine en tant qu’Image et Ressemblance Divine (IRD) pendant l’exercice dit de la Tournée Lego Emma de CedarS]. Les enfants d'Israël, à travers des siècles, avaient eu des prophètes qui ont fait progresser lentement la pensée spirituelle et la démonstration, mais l’enseignement de Jésus fut un bond qualitatif en avant. Jésus n’avait pas reçu sa doctrine des  professeurs humains: il naquit de l'Esprit et il enseignait selon qu’il est poussé par l'Esprit. Il fut le lien le plus direct avec le divin qui ait jamais été. Toutes les pièces jusque-là  manquantes de l'enseignement religieux ainsi que chaque espérance religieuse furent accomplies en Christ Jésus.

Ses disciples acquirent sans doute l'ampleur de sa nature spirituelle. Selon un théologien du XIXe siècle, Albert Barnes, le mot traduit par «reflet» dans l'expression  «le reflet de sa gloire» ne se  trouve nulle part ailleurs dans le Nouveau Testament. Il signifie « la splendeur réfléchie » ou « la lumière qui émane d'un corps lumineux.» Tout comme le soleil est vu et connu grâce aux rayons de lumière qui émanent de lui, Dieu est connu à travers la lumière du Christ. Grâce au Christ, le monde peut voir le vrai caractère et la vraie gloire de Dieu. Est également unique l'expression «image empreinte». La traduction grecque est charakter, qui signifie «instrument de gravure» ou quelque chose qui est gravée ou imprimée, et le terme caractère en est dérivé. Ce mot renvoie à la même analogie du soleil et de ses rayons: telle une image imprimée par un tampon ou un sceau est la ressemblance exacte du tampon, telle aussi est la ressemblance du Fils au Père – le caractère de Jésus est l’exacte ressemblance de Dieu. L’expression suivante, «de sa personne», vient du mot grec hypostasis: «qui émane de Sa quintessence». C’est «la nature essentielle de Dieu – ce qui le distingue de tous les autres êtres ... » (Barnes).

La caractéristique finale du Messie était qu'il «aimait la justice et haïssait l'iniquité». Il prend position pour tout ce qui est bon, saint et juste, et il dédaigne [le néant de] toute méchanceté et toutes transgressions de la loi. [Ceci se voit dans la compréhension de Jésus du «néant de la vie et de l'intelligence matérielles, et la puissante réalité de Dieu, le bien, qui renferme tout en Lui…les deux points de la guérison- Entendement, ou la Science Chrétienne, qui lui donnèrent pour arme l’Amour » (SS.52:21)].

Section 1: La mission de Jésus est le vrai (et le seul) fait
Les théories humaines vont et viennent et changent avec le temps. Rien de tel avec le Christ. Il est «le même hier, aujourd’hui, et éternellement» (B1). Beaucoup de civilisations antiques ont construit leur vision du monde sur la mythologie. Les Juifs, non. Pour eux, rien n’était plus  important que la prophétie. Leur vision du monde était bâtie sur leur relation tangible avec Dieu. Les apôtres étaient des témoins oculaires du fait que Jésus fut en effet celui dont les prophètes avaient parlé (B2). Cette connexion prophétique leur donnait de l’autorité. Jésus et ses disciples eurent des preuves concrètes de la véracité du message chrétien. En leur temps comme de nos jours, nombreux sont ceux qui considèrent ces preuves comme mythologiques. Il y a aussi certains qui remettent en question la véracité de l'œuvre de guérison faite par la Science Chrétienne aujourd'hui  la faisant passer pour anecdotique. Mais ni le récit chrétien ni le pouvoir de la Science Chrétienne n’est le produit de l’invention humaine ou de l'imagination. Ce sont tous deux des faits avérés, reproductibles.

Notre Leader aussi reconnaît que Jésus et sa mission confirmaient la prophétie tout en admettant que cette leçon était mal comprise (S1, S2). C’est très difficile pour la pensée mondaine de comprendre les vérités spirituelles. Pour les Scientistes Chrétiens, l'exactitude du fait historique n'est pas aussi importante que le fait que lorsqu'elles sont appliquées correctement, les leçons enseignées par Jésus peuvent être démontrées aujourd'hui et le sont effectivement. Nous ne sommes pas mieux compris que Jésus ne l’était. Mais sa mission est l'exemple pour la nôtre – sa mission étant de «révéler la Science de l’être céleste, de prouver ce qu’est Dieu et ce qu’Il fait pour l’homme » (S3). Les Écritures nous invitent à prêter attention aux prophéties, les utilisant comme nous devrions utiliser la lumière artificielle pour nous éclairer la nuit jusqu'à ce que le soleil se lève avec le jour. Ce soleil levant symbolise l'aube du Christ éclipsant tout le reste.

Section 2: La naissance virginale
A la page 70 de Rétrospection et Introspection, Mary Baker Eddy affirme que les Scientistes Chrétiens «ne mett[ent] pas en doute l'authenticité du récit biblique de la Vierge-mère et du petit enfant de Bethléhem... ». La manière dont Jésus fut conçu et né était un accomplissement de la prophétie messianique. Certains théologiens s'interrogent encore sur la signification réelle du mot «vierge» dans la prophétie d'Esaïe (B3), mais les Scientistes Chrétiens ne le font pas. Nous acceptons l'autorité prophétique illustrée dans la nativité de Jésus, mais pas de la même manière que la théologie traditionnelle. Le Nouveau Testament décrit l'accomplissement de la prophétie par la naissance virginale. La théologie orthodoxe explique cet événement en pensant que par quelque opération miraculeuse Dieu a pris la forme humaine dans la personne de Jésus. Les sceptiques rejettent ce point de vue et la tiennent pour une fable. Les Écritures elles-mêmes, non plus, ne supportent pas ce point de vue. Jésus est vraiment le Fils de Dieu et il est né selon la prophétie, mais rien n'indique que Dieu s’est lui-même mué en un homme. La Bible est claire que la conception de Jésus par Marie était un événement spirituel : «...la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu» (B5). Un ange révélait le projet à Marie mais une multitude d'anges publia la naissance de Jésus (B6).

Alors, comment cela s’explique en Science Chrétienne? Mrs Eddy, sans équivoque, accepte et enseigne que «Jésus était le fils d'une vierge» (S4). Mais elle ne dit pas que c'était le résultat d'une conception mythologique. Loin de là. Aussi les circonstances de la conception de Jésus ne sont-elles pas du tout miraculeuses. Mrs Eddy attribue cette conception à «l'illumination du sens spirituel de Marie» et à la «communion consciente de Marie avec Dieu» (S5). C’est le résultat d’un progrès naturel dans la mesure où le sens humain de la création a été éclipsé par la réalité divine. Juste un peu comme nous éteignions les ampoules électriques pour nous éclairer lorsque le soleil se lève, de même lorsque «la reconnaissance que l'être est Esprit» s’éveilla dans la compréhension de Marie, la loi de la procréation matérielle a été expulsée. Les philosophes modernes depuis Spinoza ont rejeté le christianisme et la plupart des récits bibliques estimant que les miracles – ou tout événement qui contredit l'ordre naturel des choses – seraient également en contradiction avec le dessein de Dieu et donc impossibles.

Mrs Eddy reconnaît que «Les miracles sont impossibles dans la Science» (S6), cependant elle raisonne  sur une base entièrement différente de celle des spinozistes. Mrs Eddy considère ces contradictions apparentes de la nature comme la révélation de l'ordre divin même des choses. Dieu ne crée pas des lois physiques qu’il met de côté de temps en temps. Dieu n'a jamais fait de loi matérielle. Sa loi divine l'emporte sur la loi matérielle en tout temps. Cette aube du «Principe spirituel et divin de l'homme» (S7) déplace le faux avec le vrai. Elle rend à la mission de Jésus toute son importance. Jésus était la preuve vivante, agissante de l’idée spirituelle la plus élevée au sujet de l'homme. Son autorité ne venait pas seulement des prophéties le concernant, mais de la démonstration de « la Science de la création» par Marie. Tout ceci, dit notre Leader, «lui inspira ses paroles les plus sages et les moins comprises et fut la base de ses merveilleuses démonstrations» (S8).  

Section 3: Ils étaient convaincus que Jésus accomplit la prophétie
Jean-Baptiste était très vocal dans ses dénonciations des pharisiens et des sadducéens. Les rumeurs s’enflèrent comme quoi il pourrait être le Messie, alors le Sanhédrin envoya des messagers pour l’interroger (B7). Jean-Baptiste  répondit nettement qu'il n'était pas le Messie tout en prédisant la venue de celui-ci, et lorsqu’il vit Jésus, il le montra à ses disciples et leur demanda de le suivre sur le champ. Jean-Baptiste étayait ses directives en citant Esaïe – identifiant Jésus  à «l'Agneau de Dieu». Les disciples acceptèrent les instructions de Jean-Baptiste et immédiatement se mirent à suivre leur nouveau maître. Andrée partagea d’abord la nouvelle avec son frère, puis Jésus commença  à inviter d'autres disciples qui n’hésitaient pas à laisser tomber toute activité pour répondre à l'appel. Ils se passaient le mot et chacun était persuadé que Jésus était la prophétie accomplie. Barnes souligne que Jean-Baptiste et chacun des disciples évitaient tout sens de propre agrandissement. Il s’en tient à  leur humilité comme un exemple pour tous ceux qui servent le Christ. Qu’importe la dignité de notre position dans la vie ou dans l'église, nous sommes tous subordonnés à Christ et nous servons pour la gloire de Dieu, non la nôtre. Ponctuant à nouveau sur la prophétie, cette section se termine par un verset du livre des Actes qui souligne la prédiction de la mission de Jésus (B8).  

Comme fit Jean-Baptiste, notre Leader Mary Baker Eddy  nous dirige toujours sur Christ. La mission de Jean-Baptiste était de préparer la voie pour Jésus (S9) et de corriger les fausses idées au sujet de la venue du Messie. A son tour, Mrs Eddy ouvre la voie à la compréhension spirituelle du Christ – corrigeant et clarifiant les fausses conceptions théologiques répandues sur Christ dans la pensée moderne. Elle explique que «Christ exprime la nature spirituelle, éternelle de Dieu» (S10). C'est l'essence même de son caractère comme mentionné plutôt dans l’analyse  de la formulation «l’empreinte de sa personne » en Hébreux. «Jésus est le nom de l’homme qui, plus que tous les autres hommes, a présenté le Christ» (S11). Encore une fois, notre livre d’étude nous rappelle que la vie de Jésus n'était pas miraculeuse, «mais elle relevait de sa spiritualité» (S12). C’est donc naturel que les descendants de l’entendement spirituel vivent et démontrent le pouvoir naturel de la loi spirituelle.

Les disciples renoncèrent à tout pour suivre Jésus. Ils reconnurent qu'ils entraient en association avec celui qui avait été prédit et était attendu depuis des siècles. Nous aussi, nous avons l'opportunité de rejoindre ce mouvement spirituel en devenant des étudiants de la Science Chrétienne. Sommes-nous aussi désireux de tout abandonner pour cela? Voyons-nous l'importance de notre mission?

Section 4: Ses œuvres en donnaient la preuve mais ils n'ont toujours pas cru
Selon Matthieu, dès que Jésus rassembla son équipe de disciples, il commença son ministère avec une triple approche : l'enseignement, la prêche et la guérison (B9). Sa réputation de guérisseur se répandit largement et rapidement. On lui amenait des malades de toutes sortes et il les guérit tous. Nul doute que ce pouvoir de guérison renforçait la conviction des disciples que Jésus était plus qu’un prédicateur ordinaire. Les disciples de Jésus étaient convaincus en termes de qui il était et de ce qu'il représentait, mais la masse populaire étaient encore loin de cette compréhension. Elle continua à poser à Jésus la même question: «Si tu es le Christ, dis-le nous franchement» (B10). En réponse, Jésus leur montra ses œuvres, mais lorsqu’il déclara ouvertement: «Moi et le Père nous sommes un», c’était trop gros pour être accepté par les Juifs. Si Jésus affirmait qu'il était l’égal de Dieu – et donc qu'il était Dieu, telle était leur pensée – ce serait en effet un blasphème, et c’est bien blasphématoire si Jésus se considérait ainsi. Jésus ne disait pas qu'il était Dieu, il déclarait son unité avec Dieu, unité fondée sur son origine spirituelle et la similitude de but. Il prouvait son unité ou unicité avec Dieu par ses bonnes œuvres. Ne pouvant toujours pas s’accommoder avec sa réponse, les gens le poursuivirent. Ils doivent avoir été très en colère. En effet l’apôtre Jean nous dit: « Là-dessus, ils cherchèrent encore à le saisir; mais il s'échappa de leurs mains ». Cela ne ressemble pas à un bon départ. Alors il retourna à l'endroit où Jean-Baptiste baptisait et y trouva un auditoire beaucoup plus réceptif.

Science et Santé souligne combien il est difficile pour la pensée mondaine d’appréhender toute la portée de ce que Jésus enseignait et démontrait (S13). Il opérait sur une base spirituelle plutôt que matérielle. Son emphase ne portait pas sur les règles et règlements, mais plutôt sur l'importance de vivre en harmonie avec la loi de l'Amour et de prouver cette dévotion par la guérison. Ce n’était pas vraiment surprenant que les ordres religieux établis de l'époque en voulurent au message de Jésus. Son enseignement leur posait le défi d’aller au-delà de la lettre pour trouver l'esprit. En accord avec la nature de son origine spirituelle, Jésus ne cherchait pas le salut dans les doctrines faites de main d'homme  mais en Dieu seul (S14). Il ne connaissait d’Entendement que Dieu. C’était impossible à la populace de reconnaître la filiation divine de Jésus parce qu’elle avait de fausses croyances. Nos fausses conceptions actuelles cachent encore la vraie compréhension du Christ. Mais il y a un moyen de surmonter cette difficulté. Tout ce que nous avons à faire c’est de nous détourner du péché et à perdre de vue le moi mortel» (S15). Se faisant, nous trouverons non seulement la vraie compréhension de Jésus et du Christ mais nous trouverons aussi notre vraie relation à Dieu.

Section 5: Résistance à la guérison du Christ
Ici nous avons le récit familier de l'homme à la piscine de Bethesda (B11). Nous avons analysé ce récit sous différents angles dans d'autres leçons. Que pouvons-nous trouver cette fois-ci? Nous disions plus haut dans la présente leçon que l'origine et les démonstrations de Jésus n’étaient nullement miraculeuses mais divinement naturelles. La piscine de Bethesda fut construite pour accueillir les malades et s’utilisait comme les sanctuaires modernes où les infirmes se rassemblent attendant un miracle. Le malade attendait un miracle tout en étant convaincu qu'il ne pouvait l’obtenir sans quelqu’un pour l’aider. Jésus brisa ce mesmérisme et lui dit de se mettre debout lui-même. Les Juifs étaient en colère parce que l'homme transportait son lit le jour du sabbat et ils attaquaient Jésus pour avoir opère la guérison le jour du sabbat. D'une certaine manière je m’imagine que si cet homme était guéri miraculeusement en sautant dans l'eau, il se pourrait qu’il ne fût pas réprimandé pour avoir transporté son grabat. Ce que les Juifs désapprouvaient c’était que la guérison fut opérée par Jésus. Jésus ne tenait aucun compte des lois faites de main d’homme. Il guérissait parce que c'était dans sa nature de guérir. De même, de nos jours la pensée populaire peut croire à des «miracles» occasionnels.  Des livres peuvent être publiés sur le sujet et devenir des «best-sellers» et le sujet fera l’objet des talk-shows en plein jour. Cependant la guérison authentique par la Science Chrétienne est peu couverte, si couverture il y a, quelqu’impressionnante que la guérison puisse être. En fait beaucoup de gens mettent en doute la guérison par la Science Chrétienne même quand cela arrive à quelqu'un qu'ils connaissent. Le monde se méprend simplement et résiste à la vraie guérison christique. Notre livre d’étude note que les paroles de Jésus sont beaucoup plus citées que ses œuvres (S16). Peu les comprennent. Jésus ne parlait pas seulement. Il prouvait ce qu'il disait par la guérison (S17). Nous devons faire de même. Notre Leader nous donne la base pour la guérison véritable: «Dieu parfait et homme parfait» (S18). Partant de la vieille croyance théologique selon laquelle Jésus était Dieu, on croit que la capacité qu’avait Jésus de guérir était exclusivement réservée pour lui et les quelques premiers chrétiens qu’il enseigna. Il y a certains groupes aujourd'hui qui, bien qu’acceptant la guérison comme étant un don spécial du Saint-Esprit, refusent généralement de croire qu'il soit possible pour quelqu’un d'apprendre comment guérir.

A l’instar de Jésus qui n’accordait aucune valeur aux restrictions théologiques de son temps, Mrs Eddy ne tolère pas de restrictions concernant le pouvoir de guérison de Christ. Elle comprit que le pouvoir de guérison était le produit de la compréhension et que tous les croyants sont capables de suivre les traces de notre Maître (S19). Elle pousse la pensée moderne à regarder au-delà de l’univers physique et mesurable, et à chercher la compréhension spirituelle qui guérit. Elle nous invite à «effectuer la destruction du péché et de la maladie en maîtrisant les pensées qui les produisent» (S20). « Effectuer » tel qu’utiliser ici signifie « obtenir ... se procurer; faire entrer dans son pouvoir; accomplir» (Student’s Reference Dictionary ). Cela veut dire que nous pouvons le faire. C'était la mission de Jésus de nous montrer que c’est faisable.

Section 6: La seconde génération met la pression
Vous rappelez-vous de comment les disciples répandirent avec conviction la bonne nouvelle de Jésus ? Pour eux, Jésus et son message étaient, sans réserve, la chose la plus importante au monde. Paul pourrait être considéré comme un chrétien de la «seconde génération». Il eut une révélation personnelle mais il n'était pas un témoin oculaire de Jésus. Il tourna le dos à son ancienne façon de penser et malgré tous les obstacles il se donna pour mission d’apporter sans honte l'Evangile du Christ au monde (B12). C’était une option particulièrement audacieuse vu que Rome à cette époque était une citadelle de fierté et de puissance païennes.  Dans sa lettre aux Corinthiens (B13), Paul réitéra qu'il ne forgeait pas le récit de Jésus mais que cela lui était confié. Il fondait son message sur les Écritures, et qui plus est, il avait entendu beaucoup de témoignages de première main à ce sujet, et en plus il le prouvait lui-même. Il fit tout son possible pour affronter les plus sceptiques. La résurrection de Jésus d'entre les morts était une preuve solide en faveur de ce que Jésus enseignait exactement qu’il était. Jésus étant venu au monde dans des circonstances exceptionnelles en contradiction des lois de la procréation matérielle, sa résurrection et son ascension étaient également étranges. La naissance virginale et la résurrection de Jésus d'entre les morts sont des éléments clés du message chrétien. Si ces choses sont vraies, alors tout ce que Jésus enseignait doit également être vrai, et si cet enseignement est accepté, il conduit à la délivrance par rapport à toute croyance matérielle. 

La résurrection de Jésus était la preuve indéniable qu'il disait la vérité. Sa démonstration sur la mort prouva que le salut était possible pour nous tous (S21). Jésus enseignait qu'il était un avec le Père et il le prouva en montrant que l'homme ne peut jamais être séparé de la seule Vie – Dieu (S22). Mais la croyance mortelle ne reconnaît pas ce que Jésus disait et faisait. Plus grandes ses démonstrations sur la croyance matérielle, plus incompréhensibles sont-elles  pour ceux qui sont coincés dans les lois matérielles et la vieille doctrine théologique (S23). Mrs Eddy utilise le mot «odieux» pour décrire la réaction du monde aux démonstrations de Jésus. «Odieux» signifie «haineux ». Il semble étrange qu'un tel sentiment négatif pourrait être dirigé contre celui qui persévérait dans un pur amour pour l'humanité. Notre livre d’étude nous donne l'assurance qu’il n’y a rien de mystérieux ou de miraculeux dans les enseignements de Jésus. Ils ne sont pas non plus incomplets. Ils sont tout à fait compréhensibles et démontrables à travers  un raisonnement métaphysique et spirituellement scientifique (S24).

«Nous devons être pour toujours conscients de l’existence » (S25), voilà ce que nous sommes chargés de faire avec la promesse que cette pratique et cette discipline nous permettront de maîtriser le péché et la mort. Cela devient possible dans la mesure où nous abandonnons  les croyances matérielles et admettons «les faits immortels de l'être ».

Section 7: Une belle bénédiction
L'auteur des Ephésiens prie régulièrement pour nous comme une famille de croyants et veut que nous soyons fortifiés dans l’homme intérieur (B14). Il ne prie pas que nous obtenions le plus grand montant de bourse religieuse mais pour que nous ayons le Christ demeurer dans nos cœurs. Il prie pour que cet Esprit christique intérieur nous enracine profondément dans l'amour de sorte que nous puissions comprendre toute la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur des enseignements de Jésus comme les disciples les avaient compris. Il veut que nous soyons familiarisés avec l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance du monde afin que nous débordions de la plénitude de Dieu. Il termine en priant que nos œuvres, à travers l'Eglise du Christ, continuent à le glorifier éternellement sans interruption. Quand je lus ce passage pour la première fois, j'avoue que j'étais tenté de le survoler. Cependant je pris le temps d’analyser chaque phrase et je trouvai combien il est plein d’amour et d’espoir. C'est vraiment une belle bénédiction.

Notre Leader avait une foi totale dans l'efficacité continue de l'enseignement de Jésus. Le Christ est toujours actif – prêchant, guérissant et chassant les démons tout comme Jésus le fit au début de son ministère (S26). Comme au temps de Jésus, il existe différentes méthodes de guérison «qui ne sont pas comprises dans les systèmes généralement acceptés » mais la Science Chrétienne est la seule digne d’être présentée au monde entier. Nous avons la même chose que Jésus enseignait (S27). La vraie guérison spirituelle n'a jamais été facilement accueillie par l’entendement mondain. Si les gens rechignent à cet enseignement, la démonstration de cette vérité par la guérison peut néanmoins se faire sentir et comprendre (S28). Une guérison – comme une image – vaut mille mots. Rien ne peut arrêter le pouvoir de guérison du Christ. Mrs Eddy a aussi prié pour les générations futures. Elle priait pour l’avènement du jour où tout le monde  «reconnaîtra la Science du Christ et aimera son prochain comme lui-même ». Elle aspirait que chacun sentît ce pouvoir guérisseur et témoignât de la toute-puissance de Dieu. Elle avait une foi totale que toutes les prophéties ainsi que toutes les promesses seraient accomplies. La leçon se termine par un fait profond : «Christ, la véritable idée spirituelle, est l’idéal de Dieu, maintenant et pour toujours, ici et partout » (S29). Ce n'est pas là un souhait ni le produit de l'imagination humaine ; c'est quelque chose dont nous pouvons être convaincus, quelque chose pour laquelle nous pouvons tout laisser tomber, quelque chose à prouver dans nos propres vies et à partager avec le monde .


[Les idées pour la mise en pratique étaient initialement préparées  pour aider les campeurs et le personnel de CedarS (et autres amis) à voir et démontrer quotidiennement  l'importance d’étudier et de mettre en pratique les enseignements des Leçons bibliques de la Science Chrétienne toute l’année, et pas seulement au camp!

Warren Huff, Directeur de CedarS & rédacteur en chef des notes & rajouts entre crochets et en italique.]

[Note supplémentaire du Directeur: Vous pouvez vous inscrire pour recevoir gratuitement par email ces idées pour la mise en pratique – chaque lundi en anglais, ou une TRADUCTION LIBRE chaque mercredi en allemand grâce à Helga et Manfred, ou en espagnol grâce à une équipe formée d’Ana, d’Erick, de Claudia et de Patricio, ou en portugais grâce aux assistants d’Orlando Trentini, CSB,  au Brésil. Une traduction française volontaire par Rodger Glokpor, un Scientiste Chrétien de Lomé, Togo (Afrique de l'ouest), est assurée. Merci à Rodger et à tous les traducteurs ! Allez sur http://www.cedarscamps.org/ et cliquez sur « Newsletters » pour un abonnement gratuit dans ces langues.]

Metaphysical

Find out what it takes to follow the Master Christian! - We have to be willing to leave the...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page