Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

Marchez dans la Lumière de Dieu

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Monday, November 11th, 2019

[ Marchez dans la Lumière de Dieu ]

Idées métaphysiques pour la mise en pratique de la Leçon biblique de la Science Chrétienne sur:

« Mortels et Immortels »
Pour le 11 novembre au 17 novembre, 2019

par Craig L. Ghislin, C.S. Glen Ellyn, Illinois (Bartlett)
craig.ghislincs@icloud.com / (630) 830-8683

[ NB: Il y a plusieurs citations par plusieurs auteurs dans ce ‹ Met ›. Étant donné que mes traductions ne sont pas traductions officielles autorisées par ces auteurs, j'ai mis les citations originales en anglais à la fin, avec des références comme, par exemple JG1 pour John Gill, citation 1. Toutes les citations de Mary Baker sont tirées des traductions autorisées du CSPS, et les citations Bibliques viennent de la Bible Louis Segond]

Êtes-vous déjà vous levés dans la nuit et vous cognés l'orteille contre un meuble. J'ai fait cela. En effet, j'ai souvent marché à travers la maison dans le noir parce que j'étais trop paresseux à allumer une lumière, ou trop présomptueux à penser que c'était nécessaire. Par conséquent, je me suis cogné la figure contre des portes mi-ouvertes, je me suis tombé au bas d'un escalier, et j'ai marché sur beaucoup de jouets éparpillées. Bien qu'il y a souvent dans la maison suffisante lumière ambiante des horloges digitales et des lumières en dehors pour suffire, il est néanmoins beaucoup plus facile de trouver ce que je cherche si j'allume une lumière.

Les Saintes Écritures utilisent souvent la lumière comme une analogie pour l'instruction, la compréhension, l'intégrité, la pureté, la vertu, et la vie par opposition à l'obscurité de la confusion, le doute, la déception, le péché, et la mort. De la même manière que nous pensons que nous pouvons nous débrouiller avec aussi peu lumière que possible quand nous nous frayons un chemin à travers la maison, nous pensons que nous pouvons nous débrouiller dans la vie avec attention minimale à confiance dans Dieu, ou à respect de la loi spirituelle.

Dans le texte d'or, le psalmiste proclame sa confiance complète dans Dieu, basée sur sa délivrance de ce qui paraissait la mort certaine. Il se confie en Dieu pour le soutenir dans les défis qui viennent, pour qu'il puisse continuer à « [ marcher ] devant Dieu, à la lumière des vivants. » Comme beaucoup de gens qui survivent des expériences de mort imminentes, le psalmiste accept qu'il a reçu un nouveau souffle, et avec ce but nouveau plus élevé, il consacre sa vie à plaire à Dieu.

Je me souviens le temps quand j'étais au collège et je me suis trouvé dans l'obscurité total. Avec l'arrogance d'un jeune homme qui se pensait indestructible, j'ai bêtement ingéré un substance qui m'a rendu incapable de penser clairement, et extrêmement malade. J'ai senti des remords immédiats, et j'ai prié à me libérer. Il y avait des gens tout autour de moi qui faisaient de leur mieux à m'aider, mais mon état empirait. Ils m'ont apporté à un canapé, et pendant qu'ils étaient assis autour de moi, pour moi, tout est devenu noir et leur voix se sont évanouis.

Tout d'un coup je me suis trouvé complètement conscient et ne plus malade, mais je n'étais plus sur le canapé. J'étais dans le plus complète obscurité que je pouvais jamais imaginer. C'était complètement claire comme si j'étais au fin fond de l'espace. Je sentais que je n'étais pas seule, et j'ai commencé à voir des points de lumière de toute part. J'avais l'impression inquiétante que j'étais à l'article de la mort. J'étais très embarrassé de me trouver dans cette état, et j'ai fait la décision consciente que je n'allais pas mourir comme ça. J'ai tourné vers Dieu, tout en savant que Dieu était ma Vie, et que mon vrai être ne pouvait jamais être touché. Comme idée spirituelle, j'avais une mission de Dieu à remplir, et je savais qu'à Dieu, tout est possible.

Soudainement j'ouvrais les yeux à voir tout le monde autour de moi étonnés que j'avais 'retourné'. Bien que j'étais toujours chancelant, j'étais plus alerte qu'auparavant et on m'a retourné chez moi. Quand je me suis réveillé le lendemain j'avais complètement récupéré, avec aucun effet secondaire.

Je peux certainement m'identifier aux mots du psalmiste et aux premiers versets de la lecture alternée. La voie à la vie est attention à la loi de Dieu. Le révérend John Gill (1697-1771) explique en détail ce qui veut dire se confier en l'Éternel de tout son coeur, et ne s'appuyer pas sur sa sagesse. C'est de confier...

« pas en une créature, la meilleure, la plus sainte, la plus élevée; pas en plaisir de la créature, telles que les richesses, la force, ou la sagesse; ni en quelque privilège qui vient de l'origine naturelle ou l'éducation; pas en le moi de l'homme, en son cœur propre, qui est malhonnête; ni en oeuvres de la justice qu'il a faits; pas en une profession de religion, ou les responsabilités, aussi bien accomplis soient-elles; pas en charpentes, ni en grâces, et l'exercice d'eux, non, pas en foi ou confiance soi-même : mais en Dieu, l'objet de tout grâce, et en lui seule. » (JG1)

Une telle confiance ne vient pas d'une déclaration, sinon d'une envie, qui vient du fond du cœur, d'être le mieux possible dans chaque phase de nos vies. La Scripture nous implore tourner vers Dieu pour l'instruction et la protection dans toutes nos voies, pas seulement quand il convient. Cet admonition me rappelle quelque chose que nous faisons à CedarS Camps. Avant chaque activité nous faisons un « Met ». Un « Met », ( ou « Metaphysical » ) est un temps à réfléchir à l'activité voyant le d'un angle spirituel, pour nous mettre sur une fondation sûre.

Théologien Adam Clarke (c1760-1832) souligne la tendance humaine d'oublier Dieu: « Le grand péché de la race humaine est son effort continuel de vivre indépendamment de Dieu, c.-à-d., d'être sans Dieu dans le monde. La religion véritable repose sur considérer Dieu la source de tout bien, et sur s'attendre à tout bon de Lui. » (AC1) Bien qu'il vivait des siècles avant CedarS, Clarke nous donne sa version d'un « Met » :

« Commencez, continuez, et terminez chaque œuvre, but, et système, avec Dieu. Priez sincèrement pour son instruction au début; cherchez son soutien continuel dans le progrès; et commencez et continuez de cette manière afin que tout puisse terminer dans sa gloire : et par conséquent il sera certainement à ton bien; parce que nous ne jamais honorer Dieu sans que cela nous bénéficie. » (AC2)

La lecture alternée continue avec le psaume 23. Il y a tant de commentaires au sujet de ce psaume et nous sommes si familier avec le psaume qu'il n'est ni nécessaire ni practical de l'adresser complètement ici. La leçon faire allusion au psaume tout au long et je vous encourage de faire votre propre recherche. Il suffit de dire que se confier en Dieu est la plus sage et sûre chose que nous pouvons faire dans cette vie et au-delà. Étant donné le sujet de « Mortels et Immortels » il est intéressant qu'après W.M.L. deWette (1780-1849), qu'on a appelé le fondateur de la critique moderne de la Bible, l'expression, « Il restaure mon âme » veut dire littéralement, « Il cause ma vie a retourner. » (WW1)

En effet, Dieu ne seulement nous donne la vie, sinon, Dieu EST notre Vie, et nous trouvons cette Vie quand nous marchons dans la lumière de Dieu. Albert Barnes (1798-1870), et Adam Clarke remarquent respectivement: « Tout loin de Dieu est l'obscurité; tout près de Dieu est la lumière. Alors, si nous cherchons l'illumination aux sujets qui concernent notre salut, il faut la chercher au moyen d'une approche directe et près à lui… » (AB1) et, « Personne ne peut illuminer son propre âme; toute compréhension doit venir du ciel. » (AC3)

Section 1: « Vous me rappelez de votre Père-Mère! »

Marcher dans la lumière divine est vivre selon et obéir les lois de Dieu, ce qui nous mène à la vie éternelle. (B1) Paul nous dit que nous ne sommes pas redevables aux voies de la chair. (B2) Suivre telles voies mène à la mort. Vous souvenez-vous la remarque mentionné ci-dessus que les gens sont contents avec aussi peu spiritualité possible pour se débrouiller? Et bien, Paul fait référence ici à cela. Bien que nous savons que les voies de la chair mènent à la mort, nous nous laissons y céder juste jusqu'au point où ce n'est pas trop loin. Notre Leader, Mary Baker Eddy a tué cela dans l'oeuf: « Les éléments accumulés de l'entendement mortel n'ont pas besoin d'une terrible explosion pour être libérés. Il n'est pas nécessaire de donner temporairement libre cours à l'envie,

à la rivalité et à la haine pour qu'elles soient détruites par la souffrance; elles devraient être étouffées par manque d'air et de liberté. » (Écrits divers Mis. 356:6).

Mark Dunagan, un pasteur d'aujourd'hui de Beaverton, Oregon l'explique comme ça : « Les chrétiens n'ont NI DROIT MORAL NI OBLIGATION À PÉCHER. Tant pis pour ceux qui clament ‹ Je sais que c'est immoral, mais je devais juste le faire pour moi-même, je devais juste me défouler. › » (MD1) Au lieu de céder aux voies de la chair, Paul nous implore à « [ faire ] mourir les actions du corps. » Cela veut dire, non seulement les résister sinon les « tuer » -- Trucidez-les! Nous faisons cela quand nous portons l'image de notre parent céleste (B3). Le grec mot pour ‹ porter › veut dire « envelopper; mettre comme un vêtement. » Ceci n'est pas, après quelques commentateurs, changer le corps mortel en corps immortel; sinon, nous habiller en pensées et actions spirituelles. D'où l'avertissement d'Esaïe et l'invitation de: « Venez, et marchons à la lumière de l'Éternel! » (B4).

Après Mary Baker Eddy, cela ne devrait pas être aussi difficile qu'il paraît. Après tout, « Dieu est l'Entendement-Père, et l'homme est le rejeton spirituel de Dieu. » Alors cela devrait être naturel de tenir de votre parent divin, n'est-ce pas? Il peut sembler contraire à notre perception, mais Dieu est le seule Entendement, « brillant par sa propre lumière et gouvernant en parfaite harmonie l'univers… » Bien qu'il paraît que nous sommes mortels, nous sommes, en fait, des modèles immortels de sens spirituel (S4). Comme création spirituelle de Dieu, nous n'avons aucune relation au matériel et mortel. (S5).

Ce qui paraît être un modèle mortel est un contrefaçon de l'homme réel. (S6). Il semble très réel, mais il n'est pas. Est-ce que cela veut dire qu'il y a un modèle réel de nous ailleurs? Non! Il n'y a qu'un de nous. À mesure que nous nous rendons compte de notre nature spirituelle, nous abandonnerons la vue mortelle et fausse, et accepterons la vue spirituelle et réelle. Bien qu'il paraisse difficile, tout ce qu'il faut est un effort honnête et sincère à ajuster notre chemin, et marcher dans la lumière de l'Esprit pour trouver la vie éternelle.

Section 2: Joignez-Vous La Geste À La Parole?

En parlant de marcher dans la bonne voie, comment est-ce que vous marchez? Celui qui « connaît le son de la trompette » marche dans la lumière (B5). Il se repose dans la confiance que sa joie, et l'existence de toute la création sont basés seulement sur Dieu. Barnes écrit, « Il n'y a pas de raison pourquoi la peuple de Dieu ne devrait pas être constamment heureuse; ceux qui ont un tel Dieu, et qui ont telles espérances qu'ils sont permis à chérir, devraient être ainsi. » (AB2)

Qu'est-ce que cela veut dire, marcher à la clarté de la face, de l'Éternel? (B5) John Wesley (1703-1791) explique : « Marcher avec Dieu est d'avoir Dieu constamment sous nos yeux, et de se comporter comme ceux qui sont constamment sous Son œil. C'est de mener une vie de communion avec Dieu, et en ordinances et en providences; c'est de faire la Parole de Dieu notre règle, et sa gloire notre but, dans toutes nos actions; c'est de faire nos affaire et effort constants de plaire Dieu dans tout, et de ne jamais le déranger; c'est de respecter sa volonté, d'être d'accord avec ses intentions, et d'être ouvriers avec Lui. » (JW1)

Le livre de Genèse nous dit que Hénoc, a marché avec Dieu, et cette voie a mené à son ascension de la chair. (B6). De peur que nous pensions que la voie à l'ascension veut dire mener la vie en deprivation, n'oublions pas que Hénoc n'était pas ascétique. Il menait une vie pleine avec une famille de fils et filles, et la Bible indique qu'il a vécu jusqu'à avoir trois cent soixante-cinq ans. Mary Baker Eddy a laissé entendre qu'et la vie longue et l'ascension étaient possible dans la mesure où nous vivons spirituellement, et marchons dans la lumière de Dieu.

Elle nous dit que cela dépend de la compréhension exacte de la Science de la vie. (S8). Dans la citation S9, nous avons le sens spirituel du Psaume 23. En vérité, en considérant chaque expression nous voyons que le Psaume est un modèle qui nous montre ce qui veut dire marcher avec Dieu comme Hénoch. Mary Baker Eddy raconte pour nous les leçons qu'elle a appris quand elle se trouvait « dans l'ombre de la vallée de la mort » (S10). La vérité de l'être allumait sa voie pendant qu'elle a prié à voir un sens plus claire de son vrai être.

Comme nous avons indiqué avec Hénoch, marcher avec Dieu ne veut pas dire que nous évitons les activités normales de notre expérience présente. Notre livre d'étude nous avertit de ne pas « entraver la spiritualisation ultime de toutes choses, mais entrez naturellement dans l'Esprit par l'amélioration de votre santé et de vos mœurs, et que ce soit le résultat de votre croissance spirituelle » (S11). La clef est de traverser la vie en se tournant vers la lumière de la vérité pour nous montrer la voie bonne. Hénoch a vu plus que les sens matériels ont révélé, et cela lui a permis de marcher avec Dieu (S12). Avant que nous nous élevons, nous pouvons faire preuve qu'utiliser une compréhension spirituelle de Dieu tout au long de notre présent parcours de la vie nous aidera nous lever du mortalité à l'immortalité (S13).

Section 3: Quand Tout Paraît Obscure

Quand tout va bien, il semble un peu plus simple « marcher dans la lumière. » Mais, quand la vie est difficile, « marcher dans la lumière » semble vraiment difficile. Le psalmiste fait, en effet, une progression spirituellement forte en déclarant que Dieu restera avec lui même dans la nuit. (B8) [ La traduction française de ce verset est un peu différente de l'anglais. En anglais, la traduction peut avoir le sens que la chanson de Dieu est avec nous dans la nuit. ] Rappelez vous que avant l'invention de l'électricité, la nuit était complètement noir. Il y avait beaucoup de superstitions autour des démons qui venaient la nuit, et qui fuyaient seulement au lever du soleil. Alors, c'était vraiment une avancée spirituelle de confier que Dieu serait présent même dans les ténèbres. Des commentateurs nous dit qu'au sens figuré « le jour » fait référence aux saisons de prospérité, et « la nuit » aux saisons de calamité.

L'histoire d'Ézéchias (B9) est un peu similaire à celle de Job. À l'époque ancienne, on croyait que la maladie était le résultat du péché—une punition des dieux pour les méfaits. En fait, le philosophe, David Hume propose que la religion elle-même s'est développée de l'effort des gens d'apaiser la colère des dieux pour atténuer les désastres. C'est vraiment opposé de la vue d'aujourd'hui, mais la croyance que les péchés nous font malades est un vestige de ce point de vue.

Plutôt que donner un assortiment de sermons pénitentiaires, Ézéchias se tourne son visage contre le mur ( pour une conversation privée avec Dieu ), et, comme Job, il raconte sa dévotion: « O Éternel! souviens-toi que j'ai marché devant ta face avec fidélité et intégrité de coeur, et que j'ai fait ce qui est bien à tes yeux! »

À propos, le passage d'Esaïe concernant être renouvelé comme les aigles (B10) est basé sur la croyance mythique que les aigles étaient « renées » pendant leur quarantième année, à travers une transformation épuisante, qui remplaçait leurs bec, serre, et plumes avant qu'ils continuaient de vivre trente ans de plus. Il est curieux que beaucoup de commentateurs jusqu'à aujourd'hui ont continué à croire ces mythes. Apparemment, il y a un diaporama inspirational qui circule sur l'Internet qui utilise la même idée, mais il est factuellement incorrect. Néanmoins, nous savons que quand nous tournons sincèrement, de tout cœur, à Dieu, nous pouvons, bien sûr être renouvelés et « redémarrés » afin de vivre à nouveau. La lumière de la vérité dans laquelle nous marchons est la lumière qui rayonne de la nature sainte de Dieu seulement (B11).

Notre livre d'étude admet que les ténèbres peuvent certainement sembler aussi réelles que la lumière, mais les ténèbres ne sont pas une présence, sinon une absence de la lumière (S14). Au contraire, la lumière de la vérité est une présence puissante qui chasse toute condition de mortalité. Mary Baker Eddy écrit, « Le péché, la maladie et la mort doivent disparaître pour faire place aux faits qui appartiennent à l'homme immortel. » (S15). Notre Leader nous a montré la façon en guérissant beaucoup de cas considérées désespérés. Elle nous assure que nous pouvons guérir aussi, mais, il faut commencer par les plus simples démonstrations, et par marcher dans la lumière (S16). De même que nous devons porter nos regards où nous marchons, nous devons mettre nos regards spirituels un pas au delà de notre position présente afin d'avancer dans la direction correcte. Le cri d'Esaïe à réveiller la pensée endormie vient quand il est toujours noir. Alors la grandeur du pétrin où nous pensons que nous sommes ne fait rien, Dieu est toujours un « secours qui manque jamais dans la détresse » (S17).

Section 4: Ne Croyez pas l'Image de la Mort

L'accent mis par la plupart de chrétiens sur Jean 3:16 (B12) est (à paraphraser) que Dieu a si aimé nous pauvres pécheurs qu'Il a envoyé Son Fils unique pour charger sur ses épaules nos péchés et pour mourir pour nous. Ce n'est pas de tout comment nous voyons ce verset de l'angle de la Science Chrétienne. Dieu ne sait rien des pécheurs matériels parce qu'il ne les a pas créés. L'homme créé par Dieu est spirituel, immortel, sans péché, et en bonne santé. Jésus, étant complètement conscient de sa perfection comme enfant de Dieu vient nous montrer que nous aussi sommes les enfants de Dieu, et que non seulement ne peuvent pas la maladie et le péché dominer nos vraies natures, sinon, la mort aussi est sans puissance, parce que Dieu est notre Vie. Jésus est certainement « la lumière du monde » (B13). Il nous a montré à l'aide de son pouvoir guérisseur et de sa victoire sur la mort que nous sommes immortels.

Un exemple du pouvoir de Jésus sur la mort est la guérison de la fille de Jaïrus (B14). Il est intéressant que le nom « Jaïrus » veut dire « Dieu éclairera. » Dans la version de Marc, cet homme est venu à Jésus quand sa fille était presque au point de mourir. Nous pouvons seulement imaginer l'angoisse du père. Voici un des chefs de la synagogue qui aurait pu sentir la pression d'être critique ou douteux de la mission de Jésus. Néanmoins il avait l'humilité de reconnaître que Jésus était la seule espérance que sa fille avait de survivre. Nous savons qu'après Jésus consent à accompagner le père pour soigner sa fille, Jésus arrête pour guérir quelqu'un dans la foule. À ce point-là le père devait être très anxieux pour le moins. Quand enfin ils partent encore une fois, ils reçoivent les nouvelles qu'il est trop tard; sa fille est déjà morte.

À ce point-là, Jaïrus aurait certainement senti qu'il était dans l'obscurité de confusion, sinon dans le noir totale. Néanmoins il trouve la lumière de l'espoir quand Jésus lui demande avec compassion de ne pas craindre, sinon de croire simplement. Quand ils arrivent chez lui, Jésus repousse la clameur des pleureuses et guérit la fille. C'était une autre preuve que la lumière peut percer même l'obscurité de la mort (B15). Albert Barnes nous dit que le concept hébreu de « la terre de l'ombre de la mort » est poétique:

« L'idée est celle de la mort, comme une substance ou être obscure, qui jette une ombre longue et froide par-dessus de la terre -- positionné entre la terre et la lumière -- et ainsi devenant l'image d'ignorance, la détresse, et la calamité. Il est souvent utilisé, dans les Saintes Écritures, pour décrire les régions qui se trouvaient pour ainsi dire dans la pénombre de cet objet sombre, et exposées à tous les frissons et tristesses de cette obscurité mélancolique » (AB3)

Aussi noir que ce concept est, la lumière de Dieu perce la morosité et nous montre le chemin de la vie.

Notre livre d'étude nous assure que nous pouvons trouver le pouvoir vivifiant de la Vérité et de l'Amour à mesure que nous marchons dans la lumière et suivons l'exemple de Jésus (S18). La compréhension de la Science Chrétienne nous mènera à la compréhension de l'harmonie éternelle. Mais la croyance contraire, que l'homme est mortel et qu'il vit dans un corps matériel, mène à la mort (S19). Mary Baker Eddy raisonne logiquement que si la maladie et la mort étaient vraies, il n'y aurait aucune façon d'empêcher ce que Dieu a ordonné. Mais si Dieu ne les a pas faites elles ne peuvent pas être réelles, et la mort n'est qu'une illusion (S20).

Cela n'est pas juste une théorie. Jésus a prouvé le néant de la mort et Mary Baker Eddy aussi, et tant d'autres. Science and Health déclare catégoriquement, « …ce qui, pour les sens, semble être la mort n'est qu'une illusion mortelle, car pour l'homme réel et l'univers réel le processus de la mort n'existe pas » (S21). L'exemple de Jésus est pratique et démontrable (S22). Cette section se termine avec une de mes citations préférées: « Tout ce qui est gouverné par Dieu n'est jamais pour un instant pourvu de la lumière et de la puissance de l'intelligence et de la Vie » (S23). Voilà la vérité puissante de l'immortalité.

Section 5: « Voici ce qu'est la vie éternelle…»

Les Saintes Écritures disent ce qu'il en est: « Il n'y a point de Dieu semblable à toi, dans les cieux et sur la terre… » (B16). La clef pour se rendre compte de et prouver cela est de marcher avec Dieu de « tout [ notre ] coeur.” Cela n'est pas la confiance aveugle. C'est une assurance sincère et consciente que Dieu est tout et il n'y en a point d'autre. Nous n'acceptons aucune autre possibilité. Quand nous savons que Dieu est tout, la peur s'évanouit (B17). Dieu ne nous rend lâches, découragés, ou craintifs. Il nous donne un esprit de force et de sagesse. Barnes dit, « L'état ici est celui dans lequel l'Entendement est équilibré, et sous des influences propres; dans lequel il voit les choses dans leurs proportions et relations correctes… » (AB4) Nous devons cette capacité de voir au-delà de la mort à Jésus dont la mission a détruit la mort et mis en évidence la vie et l'immortalité. (B17) Paul dit la vérité quand il nous rappelle que, « le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur. » (B18).

Jésus a enseigné que la vraie connaissance de Dieu « est la vie éternelle. » Mary Baker Eddy souligne que cela n'est pas une promesse pour la future sinon un fait du présent (S24). Elle a complètement cru que nous serions tous capable de comprendre cela, et nier les prétentions de la chair est un pas important pour achever ce but. Comme nous avons dit, il y a une tendance aujourd'hui d'être heureux avec une faible lueur, et aussi, d'être politiquement correct, en disant qu'il y a plusieurs façons pour atteindre cette compréhension. Mais nous devons regarder en face ce qui est écrit : « Il n'y a qu'un chemin qui mène au ciel, à l'harmonie, et en Science divine le Christ nous montre ce chemin » (S25).

Nous achevons cela par spiritualisation de la pensée (S26). Le titre dans la marge de citation S26 est « mémoire immortelle. » Cela indique que nous ne sommes pas des mortels essayant de devenir des immortels, sinon, nous avons toujours été immortels, et la spiritualisation nous rappelle ce que nous avons toujours été. Par le progrès spirituel, nous abandonnons la croyance mortelle pour la réalité spirituelle (S27). À répéter, un mortel ne devient pas un immortel. Mary Baker Eddy indique que les mortels et les immortels ne sont pas semblables. Quand l'homme immortel apparaît, la croyance mortelle disparaît (S28).

Section 6: Nos Commandements de Départ

La dernière section de la leçon répète la nécessité de « marcher dans la lumière de Dieu » [ Hymne 592 ] Barnes dit que marcher « digne de Dieu » (B19) est de « vivre d'une telle manière que nous honorons Dieu, en menant une vie qui n'amène pas de honte causé par la mauvaise conduite, sinon vivre conformément à ses commandements, apportant ses principes dans chaque compartiment de nos vies. » (AB5)

L'épître aux Ephésiens ponctue de plus le besoin de marcher comme enfants de la lumière dans le Seigneur (B20). Dunagan indique que les images de ténèbres et lumière illustre la nature inflexible de cette demande. Il n'y a pas de zone grise ici. Il faut que notre comportement se conforme à nos identités comme enfants de Dieu. En citation B21 l'identification de Dieu comme « immortel » vient du mot grec qui veut dire incorruptible. Voilà un « essence simple, sans mélange » (Clarke, AC4).

Notre livre d'étude nous implore d'apprendre de cette essence « réelle et éternelle », dans mélange (S29). La Science Chrétienne est la lumière qui révèle les possibilités de l'homme immortel (S30). Si nous nous considérons des mortels, marcher sans la lumière peut sembler assez exigeant, et l'immortalité peut sembler très loin, hors de portée. Mais si nous nous souvenons que l'homme est l'expression de Dieu, nous nous rendons compte que nous sommes déjà immortels, et qu'il n'y a pas de limite à notre développement (S31).

La leçon se termine avec un fait solid: « L'homme, étant immortel, a une vie parfaite, indestructible » (S32). Alors tournez vous vers la lumière de Dieu et marchez-y!

Citations originales en anglais:

JG1: "Not in a creature, the best, the holiest, and the highest; not in any creature enjoyment, as riches, strength, and wisdom; nor in any outward privilege, arising from natural descent and education; not in a man's self, in his own heart, which is deceitful; nor in any works of righteousness done by him; not in a profession of religion, or the duties of it, ever so well performed; not in frames, nor in graces, and the exercise of them; no, not in faith or trust itself: but in the Lord, the object of all grace, and in him only"

AC1 “The grand sin of the human race is their continual endeavor to live independently of God, i.e., to be without God in the world. True religion consists in considering God the fountain of all good, and expecting all good from Him.”

AC2 "Begin, continue, and end every work, purpose, and device, with God. Earnestly pray for his direction at the commencement; look for his continual support in the progress; and so begin and continue that all may terminate in his glory: and then it will certainly be to thy good; for we never honor God, without serving ourselves.”

WW1 “He causes my life to return.”

AB1 “All away from God is dark; all near him is light. If, therefore, we desire light on the subjects which pertain to our salvation, it must be sought by a direct and near approach to him…”

AC3 “No man can illuminate his own soul; all understanding must come from above.”

MD1 “Christians have NO MORAL RIGHT NOR OBLIGATION TO SIN. So much for those that claim, ‘I know it’s wrong, but I just needed to do something for myself, I just needed to let off some steam.’”

AB2 “There is no reason why the people of God should not be constantly happy; they who have such a God, and such hopes as they are permitted to cherish, should be so.”

JW1 "To walk with God, is to set God always before us, and to act as those that are always under his eye. It is to live a life of communion with God, both in ordinances and providences; it is to make God's word our rule, and his glory our end, in all our actions; it is to make it our constant care and endeavour in every thing to please God, and in nothing to offend him; it is to comply with his will, to concur with his designs, and to be workers together with him."

AB3 "The idea is that of death, as a dark substance or being, casting a long and chilly shade over the land - standing between the land and the light - and thus becoming the image of ignorance, misery, and calamity. It is often used, in the Scriptures, to describe those regions that were lying as it were in the penumbra of this gloomy object, and exposed to all the chills and sorrows of this melancholy darkness.

AB4 "The state referred to here is that in which the mind is well balanced, and under right influences; in which it sees things in their just proportions and relations…”

AB5 "to live in such a way that we bring honor to God, living lives that bring no disgrace through misconduct, but living according to his commands, carrying His principles into every area of our lives."

AC4 “a simple uncompounded essence”

Metaphysical

Be fully persuaded that you and we all are one with divine Love! - Many things attempt to make...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page