Cedar Camps

Metaphysical Ideas

Search Metaphysicals
 

Metaphysical Newsletters

The weekly Metaphysical Newsletter is provided to campers, staff, alumni, friends and the CedarS family at no charge however contributions help defray the costs of running this service.

Click here for more about how you can provide support!
 

Delivered to You FREE!

Available in five languages, get it delivered to your inbox weekly!

Subscribe Now!

 Avancer chaque jour un peu dans la bonne direction

Craig L. Ghislin, C.S., Glen Ellyn (Bartlett), IL
Posted Monday, April 15th, 2019

« Avancer chaque jour un peu dans la bonne direction »
Idées métaphysiques pour la mise en pratique de la Leçon biblique de la Science Chrétienne sur:

Doctrine de l’expiation
Pour le 5 à 2 avril, 209

Par Craig L. Ghislin, C.S. Glen Ellyn, Illinois (Bartlett)
craig.ghislincs@icloud.com / (630) 830-8683

Cette semaine, les chrétiens du monde entier célèbrent et commémorent la résurrection de Jésus. Le christianisme traditionnel accorde une grande importance à la Passion ou aux souffrances de Jésus dans les jours qui ont précédé et pendant la crucifixion. Beaucoup considèrent les souffrances de Jésus comme l’expiation de tous nos péchés. Dr Eugene H. Merrill de l’Université Columbia fournit une description concise de la vue traditionnelle de l’expiation :

« … l’expiation implique une partie innocente prenant la peine qui était due à un coupable. … Dans les événements qui se sont déroulés pendant son procès, sa crucifixion, et sa résurrection, Jésus a été le Serviteur souffrant en notre faveur. Bien que innocent de tout péché, Jésus s’est tenu à notre place pour prendre notre punition, versant son sang pour nous racheter. … Jean Baptiste indique que le fait que l’expiation de l’Ancien Testament aboutit à Jésus Christ n’est pas à mettre en doute quand, voyant Jésus il proclame : « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » (Jean 1 : 29) https://www.christianitytoday.com/edstetzer/2012/january/closer-look-jesus-and-atonement-in-old-testament.html

Pourquoi cette vue traditionnelle est-elle si important aux scientistes chrétiens? Elle fournit un contexte au passage d’Éphésiens dans le Texte d’or qui parle du sacrifice de Jésus. Les scientistes chrétiens ont tendance à mettre davantage l’accent sur la résurrection que sur les souffrances de la Passion. Mais la leçon de cette semaine traite des deux. Comme Science and Health déclare en section 4, « Il nous faut Christ, et Jésus-Christ crucifié ». (S22)

Par rapport à considérer la réconciliation de Jésus comme un substitut de notre propre travail, accepter la responsabilité de travailler à notre propre salut peut sembler être une tâche ardue. En tant que disciples de Jésus, devons-nous vraiment tout laisser pour le Christ? Les paroles de Jésus à ses disciples dans le jardin de Gethsémané sont applicables aujourd’hui : « l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible ». (Matthieu 26 : 41) Alors que devons-nous faire?

Nous trouvons un indice au début du Texte d’or : « marchez dans la charité ». (Éphésiens 5 : 2) Certes, nous pouvons tous commencer dès maintenant à marcher dans la charité. Mark Dunagan, théologien et pasteur contemporain du Fifth Street Church of Christ à Beaverton, Oregon, écrit : « … marcher dans la charité implique de dire la vérité, de contrôler notre colère, de donner aux autres, de dire des paroles qui édifient, et d’être gentil, tendre, et indulgent. » Ceci est pratiquer à marcher ou à vivre dans la charité. Ceci est un indice de la Science du Christ. La démonstration pratique est une caractéristique principale de l’enseignement de Mary Baker Eddy au sujet de l’expiation : c’est-à-dire que Jésus n’a pas fait le travail au lieu de nous, sinon il nous a montré comment faire notre propre travail.

La Lecture alternée souligne le besoin profond du Christ dans notre monde. Étant donné les histoires de querelles, de conflits et de divisions qui nous bombardent chaque jour dans les nouvelles, c’est certainement une belle chose d’avoir un message qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix et le salut, et qui reconnait la totalité de Dieu et la suprématie de Son gouvernement. Ce message céleste est assez fort pour atteindre même les « ruines ». (Esaïe 52 : 9)

Outre nous apporter la joie et le confort, Esaïe indique que Dieu «découvre le bras de sa sainteté. » (Esaïe 52 : 10) John Gill (1697-1771) explique que dans l'époque biblique, les soldats devait rentrer leurs vêtements lâches pour permettre libre mouvement dans la bataille. Ainsi, l'idée est d'être prêt à faire face à l'ennemi. Paul n’a pas évité des défis, non plus. Il nous encourage à « glorifier même des afflictions. » Le processus d'atteindre l'expiation peut être difficile. Mais Paul dit, en effet, nous glorifions ces défis. Est-ce que glorifier des défis difficiles veut dire que nous sommes masochistes? Non! Cela indique que nous avons la profondeur de caractère à voir plus loin que la situation actuelle.

Examinant davantage ces idées, Dunagan cite l’auteur chrétien contemporain Jim McGuiggan : « Une personne qui ne peut être heureuse que lorsque les choses vont bien (facile et confortable) ne le restera pas longtemps. Remercier Dieu que le bonheur ne dépende pas de circonstances extérieurs. » La Bible King James nous dit que nous n’aurons jamais honte de supporter ces épreuves. La traduction de J.B. Phillips le clarifie de cette manière : « Ces choses mêmes vont nous donner une endurance patiente; cela développera à son tour un personnage mature, et un personnage de ce type produit un espoir stable, un espoir qui ne nous décevra jamais. »

Bien qu'il parlait aux chrétiens actifs, Paul mentionne une époque « lorsque nous étions ennemis » avec Christ. Adam Clarke (c.1760-1832) croyait que Paul parlait à chacun de nous. Il écrit, « Dans chaque cœur humaine il y a une mesure d'hostilité envers la sainteté et, par conséquence à l'auteur de [la sainteté]. Il est rare que l’homme suspecte cela; parce qu’une caractéristique du péché est de rendre aveugle la compréhension, afin que les hommes ne connaissent pas leur propre état. » C’est peut-être un point stérile pour ceux qui sont déjà « réconciliés à Dieu, » mais il souligne le fait que même les meilleurs d'entre nous ont des saisons où nous nous rebellons de quelque manière contre l'effort qu'il nous faut pour atteindre l'unité avec Dieu. Alors trouvez du courage, mes amis. Nous tous faisons face aux défis et nous pouvons remercier Dieu pour nous avoir donné Christ Jésus pour nous montrer le chemin à la victoire.

Section 1 Ceci est la porte de sortie

Dans son article intitulé, “Où es-tu?” Mary Baker Eddy pose une question hypothétique : « Voudriez-vous que je sorte d'une maison en feu ou que j'y reste ? »

Elle répond, « Je voudrais que vous en soyez déjà sorti, et que vous sachiez que vous êtes dehors ; » (Mis. 335:27-30 Voudriez)

C’est similaire avec le besoin du salut. Il n'y a pas de doute que l'humanité a besoin d’être sauvée. Mais de la perspective divine, nous sommes « déjà dehors. » Quand même, l'Amour divin fournit l’humanité avec un chemin hors de la croyance que nous vivons dans la chair—à cause de la réconciliation de Jésus.

Le prophète appelle à se réjouir même au milieu des ennuis parce que « l’Éternel console son peuple, il a pitié de ses malheureux ». (B1) Les enfants d’Israël « ont vu autour d’eux seulement la mort et la perte, » et l’encouragement d’Esaïe était « qu’ils puissent soutenir leur cœur avec l’espérance d’une condition meilleure ». (Calvin, 1509-1564) Mais fais-tu cela? As-tu pour objectif d’élever ton pensée en temps de détresse? Bien que souvent confronté à des situations terribles, le psalmiste remercie continuellement. (B2) Dans les temps anciens, des offrandes et des sacrifices de sang ont été faits pour rendre grâce et pour l’expiation des péchés; mais Dieu ne veut pas un sacrifice des choses extérieurs. Il veut que Son amour brûle dans nos cœurs. (B3)

Notre livre d’étude dit que Jésus a accompli sa mission en nous donnant « la vraie idée de l’être ». (S1) Il n’a pas enseigné la théorie. Il a enseigné et a pratiqué le chemin : le Principe divin. (S2) Les deux composants de base de l’expiation sont : « l’unité de l’homme avec Dieu » et « l’homme et le Père ne font qu’un ». (S3) Comme indiqué précédemment, la théologie traditionnelle considère l’épreuve de Jésus sur la croix comme une offre de substitution pour l’expiation des péchés de tous les hommes.

Mais tout comme les prophètes ont compris que le sang des taureaux et des boucs étaient impuissants à changer le cœur des hommes, nous constatons que Jésus n’a pas fait son travail au lieu de nous, mais pour nous montrer comment faire notre propre travail. (S4) La solution est indiquée simplement dans notre livre d’étude : « les mortels n’ont qu’à se détourner du péché et à perdre de vue le moi mortel pour trouver le Christ, l’homme réel et sa relation à Dieu… ». (S4) Peu importe combien nous aimons et vénérons Jésus pour ce qu’il a souffert lors de sa démonstration, il ne suffit pas de l’admirer. Nous devons « aller et faire de même ». (S5) Il y a plusieurs ‘nécessités’ dans Science and Health, et la citation S6 en est une grande : « L’unité scientifique qui existe entre Dieu et l’home doit être démontrée dans la pratique de la vie, et la volonté de Dieu doit être faite universellement. » (S6)

Doutes-tu que tu es capable de trouver et suivre ce chemin. Tu ne sauras jamais si tu ne commences pas. C'est à toi. Mais, la Bible dit que nous sommes tous capables, et Mary Baker Eddy dit que nous devrons tous travailler à notre propre salut finalement. Alors voyons quoi d'autre nous pouvons apprendre.

Section 2 En métaphysique, nous commençons là où nous voulons aboutir

En lisant Jean, les gens demandent encore et encore à Jésus, qui il est vraiment. Patiemment et constamment, Jésus désigne ses œuvres de guérisseur comme preuve de son autorité, et il l’assume en affirmant son unité avec le Père. (B7) Bien sûr, cela contredit leur théologie actuelle, et furieux, ils l’accusent de blasphème. C’était anathème pour eux qu’il prétendait être le Fils de Dieu. Plusieurs commentateurs bibliques estiment que le questionnement persistant concernant l’identité et la mission de Jésus n’était pas sincère, mais en fait, un effort pour le prendre au piège de violer la doctrine religieuse, donnant ainsi à ses ennemis une justification pour le condamner. Nul doute que Jésus n’a pas été surpris par la froideur que son message a reçu. Il a prédit, à la gêne de ses disciples, qu’il serait tué.

Jésus était totalement motivé par la compréhension de son unité avec Dieu. (S7) Il n’a prétendu aucun entendement en dehors de Dieu. Mary Baker Eddy a constaté que la population en général n’acceptait pas ce qu’il enseignait parce que leur perception spirituelle était obscurcie par le péché. (S8) Outre les questions morales fondamentales, beaucoup de gens aujourd’hui se demandent pourquoi il est si important de faire l’effort d’éviter le péché – surtout s’il semble que personne ne soit blessé. La réponse simple est que l’assouvissement dans le péché obscurcit notre vue spirituelle. (Pour plus de précisions, voir Écrits divers 362 : 29-34) Il se peut que le monde ne reconnait pas la valeur profonde d’une relation avec Dieu, mais ceux qui s’efforcent honnêtement de pratiquer et qui démontrent le christianisme, sont pleinement conscients de la valeur et de la richesse de la compréhension spirituelle par rapport aux plaisirs sensuels. (S9)

Cette prise de conscience ne provient pas d’efforts spasmodiques dans lesquels nous nous engageons uniquement lorsque la situation devient difficile. Si nous espérons obtenir des résultats, nous devons pratiquer régulièrement. (S10)

Au fond, nous n’avons vraiment pas le choix. Nous sommes ce que Dieu nous a créés, que cela nous plaise ou non. L’homme ne peut pas être séparé de Dieu, pas plus que les rayons du soleil ne peuvent être séparés du soleil. (S11)

Section 3 La sacrifice suprême

Ci-dessus, nous avons mentionné l’importance de maintenir une perspective optimiste même dans les pires conditions. Comme le Psaume dit, « le soir arrivent les pleurs, et le matin l’allégresse ». (B9) Personne n’aime être au milieu de situations difficiles, mais nous les affrontons. Jésus a fait face à de plus grands défis que beaucoup d’entre nous ne peuvent imaginer. Mais heureusement, il nous a montré comment les surmonter.

La trahison et la crucifixion de Jésus ont changé le monde pour toujours. Autant que Jésus mérite le titre, « le Roi des rois », il pourrait également être appelé, « l’Innocent des innocents ». L’homme le plus pur qui ait jamais foulé le globe – le plus aimant, le plus spirituel – a été traité le plus cruellement. Pourtant, il savait que l’agonie du moment aurait pour résultat la gloire éternelle. (B10) Malgré tout, il devait encore se préparer à ce qu’il doit affronter. Calvin note que, dans son heure de grand besoin, Jésus a levé les yeux au ciel. Il écrit, « … dans les affections de son entendement, il était plutôt au ciel que sur la terre, de sorte qu’en abandonnant les hommes, il conversait à l’aise avec Dieu. »

Avant sa trahison, Jésus a prié profondément dans le jardin de Gethsémané. (B11) Cette prière n’était pas concentrée sur l’idée de ‘l’encouragement et la domination’. Il y avait une vraie lutte en cours. Gethsémané veut dire : ‘la presse de l’huile’. Les olives ont subi trois pressions pour extraire chaque once d’huile. Nous pouvons corréler les trois pressions aux trois fois que Jésus a prié dans le jardin. Au sens figuré, Jésus était pressé par le poids du péché, et la haine de la vérité. Luc cite que son agonie était si grave que « sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre ». (Luc 22 : 44) Je pense que parfois nous oublions à quel point c’était difficile pour Jésus. Dans un article appelé ‘Le chemin de Gethsémané’ par Lucy Hays Reynolds, nous trouvons un aperçu du résultat de cette lutte :

« En Jésus, le magnétisme animal n'avait rien trouvé qui lui répondît ou à quoi il pût s'attacher. Mais si ce grand démonstrateur de l'Amour n'avait pas d'abord à Gethsémané fait l'abandon de tout ce qui pouvait être crucifié ou tué, croyez-vous qu'il eût pu par la suite remporter la victoire sur la croix et sortir de la tombe? Certes non. » (Héraut de la Science Chrétienne, mars 1948)

Alors qu’un de ses disciples était sur le point de le trahir et que trois de ses plus fidèles étudiants dormaient, Jésus était seul avec Dieu, faisant face au poids de la haine envers tout ce qu’il représentait. Donc, ne te sens jamais mal si tu es en difficulté, ou laisses-toi submergé par l’agonie d’une situation. Tu es en bonne compagnie. Jésus a tout abandonné dans le jardin ce soir, et après son prière, Judas l’a trahi avec un baiser. (B11) Ses disciples se sont réveillés prêts à se battre, et Pierre coupa même l’oreille de l’un des soldats, mais Jésus a déjà surmonté ceci et a guéri le soldat.

Mary Baker Eddy nous dit que Jésus a aidé à nous réconcilier plus près de Dieu en nous donnant « un sens plus vrai de l’Amour ». (S12) L’acte de Jésus a certainement surpassé la loi de Moïse, qui dit « œil pour œil ». (S13) Jésus n’a pas été roulé par la manière de faire du monde. Judas a conspiré, et Pierre a réagi, mais Jésus a prié. Si Jésus avait essayé de se montrer plus rusé que Judas, ou si Pierre avait réussi à organiser une évasion violente, le résultat aurait été tout à fait différent, et il est fort probable que nous n’en aurions jamais entendu parler ou en aurions connaissance deux mille ans plus tard. Jésus a démontré le pouvoir de l’Amour sur la haine et a eu un impact permanent sur le monde. (S15)

Comment pourrait-il se tenir fermement avec Dieu et répondre avec amour? Mary Baker Eddy dit qu’il y avait deux choses que Jésus avait comprises et que d’autres ne comprenaient pas : « le néant de la vie et de l’intelligence matérielles, et la puissante réalité de Dieu, le bien, qui renferme tout en Lui ». (S16) Il n’a pas lutté pour sauver une vie matérielle parce qu’il savait que sa seule Vie était Dieu. Si Dieu est la seule Vie, alors l’Amour est la seule loi et le seul façon de vaincre la haine. (S17)

Section 4: Semer avec larmes…

Comme déjà mentionné, Jésus était traité brutalement. Prêt au combat, on l'a arrêté, et l'a crucifié comme un criminel ordinaire (B12, B13). La crucifixion était une mort terrible et atroce. La préparation de prière de Jésus l'a soutenu pendant l’épreuve entière. Bien qu’il a cédé tout dans le jardin, il y avait toujours un moment quand Jésus aurait pu avoir une dernière suggestion à vaincre. Il y a un débat théologique au sujet de son cri à haute voix, « Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? » (B14). Il y a quelques-uns qui pense que Jésus citait le texte sacré, et d'autres qui pensent qu'il croyait véritablement que Dieu l'avait abandonné. Le texte sacré que peut-être Jésus citait est citation B15. Comme beaucoup de psaumes, celui-ci commence à un point de désarroi, et résout avec Dieu délivrant le pétitionnaire de son affliction. Il est certainement possible que Jésus a prononcé ces mots avec une combinaison des deux motivations imaginées. Même si pas parlant à l'oral ces mots, quiconque qui a souffert sévèrement, même si pour juste un instant, s'est senti abandonné dans une certaine mesure. Peut-être, c'est juste la pensée, « Pourquoi moi ? » T'es-tu déjà senti comme ça ? Heureusement, il y a en effet une raison pour l'espérance. Psaume 126:5 déclare, « Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d'allégresse. » (B16).

La soumission de Jésus à la crucifixion a certainement démontré un sens d'amour qui a beaucoup surpassé n'importe quelle sorte d'amour connu avant ou après cet événement sur Calvary (S18). En réponse à la question de si Jésus s'est vraiment senti abandonné sur la croix, Mary Baker Eddy dit clairement que Dieu ne l'avait pas abandonné—n’aurait pas pu l’abandonner. Jésus n'était jamais séparé de la Vie, la Vérité, et l'Amour —pas même « un seul instant » (S19). La Vie, la Vérité, et l'Amour ne nous abandonne jamais non plus. Notre livre d'étude déclare qu’il est « divinement antinaturel » pour Dieu de se détourner de Son enfant (S20). Croire que Dieu puisse abandonner est une théorie basée sur la vue humaine de Dieu. Théologiquement, l’expiation présente un paradoxe—comment pourrait Dieu permettre telle souffrance? Il y a des volumes de doctrine de théologie traditionnelle qui essaient d'expliquer ce paradoxe. La Science Chrétienne répond que Dieu, la Vérité, ne permet point n'importe quelle souffrance, sinon, Il détruit tout péché et souffrance avec l'Amour éternelle.

La doctrine de la Science Chrétienne déclare, « l’Amour divin ne peut être privé de sa manifestation, de son objet… » (S21). Il continue pour indiquer que la joie et la tristesse, le bien et le mal, la matière et l'entendement, la vie et la mort ne coopèrent ni se mélangent jamais de n'importe quelle façon. Et comme j’ai indiqué dans des « Mets » pour des Leçons précédentes—notes bien que c'est Dieu qui ne peut se priver de nous! D'habitude nous pensons des choses selon notre point de vue—que nous ne pouvons pas nous priver de Dieu. Mais cela n'est pas ce que Mary Baker Eddy écrit. « l’Amour divin ne peut être privé de sa manifestation, de son objet… »” [l’emphase ajouté]

Quand tu es face aux défis terribles, te souviens-tu que la suite est moissonner avec chants d'allégresse. Il y a un autre « faut » que nous ne pouvons pas éviter dans la citation S22: « Il nous faut des épreuves et de l'abnégation aussi bien je des joies et des victoires, jusqu'à ce que toute erreur soit détruite. » Penses-tu que cela contredit la citation S21? Non! Cela simplement nous encourage dans nos propres épreuves. Nous ne pouvons pas « bâtir des bateaux en Espagne ». L'expérience montre que nous rencontrons des difficultés prétendues chaque jour. Mais elles sont seulement prétendues. Jésus savait le néant de la matière et la totalité de Dieu. C'est cette compréhension qu'il nous faut pour vaincre ces prétentions nous-mêmes.

Section 5: …Moissonner avec chants d'allégresse.

Maintenant on arrive à l'évènement qui a changé le monde. Toute l'agonie, et même la mort, est défi par la résurrection. Jésus avait été mis dans un sépulcre neuf qui appartenait à Joseph d’Arimathée (B17). Des commentateurs ont des idées intéressantes au sujet de la signification de Jésus avoir été mis dans un sépulcre neuf où personne n'était jamais mis. Seulement des gens avaient tels sépulcres. Pendant le procès et la crucifixion, Jésus avait été traité dans une manière la plus fils et cruelle concevable. Enterrer lui dans un sépulcre d'un homme si honorable était, comme Matthew Poole (1624-1679) indique, « le début de l'honneur fait au Christ, après qu'il avait passé par son plus bas degré d'humiliation. »

Aussi, pendant la vie de Jésus, Joseph d’Arimathée avait en effet tu son soutien à Jésus, peut-être parce qu'il craignait la réprimande de ses pharisiens ensemble. Mais après avoir témoigné la cruauté que Jésus a souffert, il s'est présenté audacieusement comme supporter, une démonstration de la capacité de Dieu de changer l'avis de quelqu'un. À cause de l'arrivée du sabbat, il n'y avait pas le temps pour préparer le corps. Ainsi, l'histoire de Mathieu nous dit que deux femmes sont venus tard le lendemain pour compléter cette tâche. Cette histoire décrit un tremblement de terre, et le rouler de la pierre de l'entrée. Mais Jésus n'était pas là. Mathieu mentionne un ange qui déclare aux femmes que Jésus est ressuscité (B18).

Notre Leader donne cette définition de « Résurrection » : “Spiritualisation de la pensée ; une idée nouvelle et plus élevée de l'immortalité, ou existence spirituelle; croyance matérielle cédant à la compréhension spirituelle » (S23). Cela indique que la résurrection n'est pas un évènement unique, sinon un éveil continu pour chacun de nous de la croyance de la vie dans la matière. Je trouve cela un peu étonnant que, de tous les théologiens au fil des ans, disséquant et expliquant la résurrection, Mary Baker Eddy remarquablement l'a vue sous un complétement nouveau jour. Elle a considéré la victoire de Jésus sur la tombe comme épreuve du néant de la vie dans la matière (S24, S25).

Il y a une certaine ironie dans le fait que l'effort à faire taire Jésus et son message l’a en réalité perpétué pour des âges à venir (S25). Mais c'est beaucoup plus que la justice poétique. La résurrection de Jésus change les bases desquelles nous regardons tous. Elle nous fait douter de la totalité de la loi matérielle et démontre la totalité de Dieu. En effet, la pierre était non seulement élevée du sépulcre, mais ce fait a ouvert la porte à « la révélation et la démonstration de la vie en Dieu » (S26). Aussi, la résurrection nous a donné le sens vrai de l'expiation. « Parvenir à la plénitude de l'idée de Dieu » (S27) est un but beaucoup plus élevé que se considérer un mortel « sauvé ». Jésus a montré le chemin complètement hors de la mortalité.

Section 6: «…chaque jour un peu dans la bonne direction…”

Comme des témoins vivants de la résurrection de Jésus, ses disciples ne pouvaient pas s'empêcher de témoigner audacieusement, et de démontrer ce qu’ils avaient été enseigné (B19). Si des guérisons innombrables et la résurrection ne suffisaient pas, témoigner l'ascension (B20) a certainement fourni plus que bon épreuve que les enseignements de Jésus étaient vrais. L’ascension est la réconciliation ultime—le disparaître de la croyance de la vie matérielle et l'apparaître de l'homme un avec Dieu (B21).

Tous ces événements exaltants ont prouvé sans équivoque que la mortalité est un mythe, et qu’elle disparaît en présence de la réalité (S28). Le « Christ vivant » est une réalité pratique qui apporte la vie éternelle à portée de main de chacun de nous (S29). Mais peut-être tu penses, « Cela a l'air génial, mais je suis si loin de commencer à comprendre tout cela. » Néanmoins, chaque guérison indique que nous serons capables d'atteindre ce but spirituel, une démonstration à la fois.

Notre Leader n’exige pas que nous nous élevons demain. Personne devrait se sentir coupable s'il a du mal. Tout le monde a du mal. Peu importe notre distance prétendue de pratiquer et comprendre notre unité avec Dieu, notre travail est de combattre le bon combat dans « [notre] vie et [notre] conduite quotidiennes » (S30). Bien sûr, il nous faut « faire des efforts pour arriver, » mais plus nous nous détournons du sens matériel, et fixons nos regards sur l'Esprit, plus proche nous serons à atteindre le but. Si nous honnêtement “avançons chaque jour un peu dans la bonne direction, » nous achèverons finalement notre « course avec joie! »

Metaphysical

See God in the Midst of Us - This Pentecost event transcended logical explanation.  The...
Latest Lesson Application Idea

Newsletters

Get free weekly uplifting newsletters (available in English, Spanish, French, German and now in Portuguese!)
Subscribe or Update Subscription

Facebook

Find CedarS on Facebook for the latest news, heart-warming fruitage, facility upgrades and more!
Go to the CedarS' Facebook Page